vendredi, janvier 27, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsLa police assassine froidement un jeune athlète iranien

La police assassine froidement un jeune athlète iranien

La police assassine froidement un jeune athlète iranien

 Résistance populaire croissante contre les mesures répressives du régime

L’assassinat d’Asghar Nahvipour, un jeune athlète iranien, par la police dans une station de métro de Shahre Rey, au sud de Téhéran, a soulevé une vague de colère et d’indignation à travers le pays. Cet incident a eu lieu le samedi 15 Juillet quand Nahvipour protestait contre un mollah qui était en train de harceler de jeunes femmes sous prétexte de « mauvais hijab ».

Les témoins affirment qu’il a été tué à bout portant par la police, alors qu’il criait : « Nous ne voulons pas de ces mollahs. Nous ne voulons pas de cet islam. Quel genre de pays avons-nous ? Quel genre d’islam avons-nous à faire ? »

Les autorités iraniennes n’ont pas autorisé sa famille à organiser une cérémonie dans sa ville natale et ont déchiré les affiches de ses funérailles. Les agents des services du Renseignement ont interdit à la famille d’organiser toute manifestation publique, d’évoquer la question ou même de pleurer sur la tombe de leur être cher.

Les mollahs reconnaissent que les résistances populaires s’amplifient chaque jour en Iran contre les efforts du régime pour imposer leurs mesures répressives.

La motivation derrière ces attaques est la « haine des religieux », a affirmé Gholam-Hossein Gheibparvar, chef de l’Organisation du Bassidj, affiliée aux pasdaran. Malheureusement, nous avons été témoins de dissidence à travers toute la société… les ennemis et les éléments antirévolutionnaires sont devenus actifs, et nous assistons à des développements qui discréditent le système. Un seul organe ne peut empêcher de telles actions. Les dispositifs du gouvernement doivent être plus fermes et sérieux. » (Agence de presse Mehr, 16 juillet)

Un jour après ces propos, un soldat dans la caserne près de la ville de Ghazvin, au nord-ouest de l’Iran, a ouvert le feu sur un groupe de militaires, avant de mettre fin à ses jours. Le bilan fait état de huit militaires tués et blessés. (Agence de presse Mehr, 17 Juillet)

Par ailleurs, des jeunes à Neishabour, au nord de l’Iran, ont attaqué et blessé un mollah, qui a été transféré à l’hôpital. (Agence de presse Fars, le 18 juillet)

Le régime iranien a mis en œuvre diverses mesures pour protéger ses mollahs et Bassidjis contre les actes de résistance, notamment de la part des jeunes. En 2014, le Parlement des mollahs a adopté une loi baptisée, « Soutenir les autorités pour la promotion de la vertu et la prévention du Vice ». Une loi qui autorise à ses agents d’user d’une plus grande violence face à la population.

Secrétariat du Conseil National de la Résistance iranienne
Le 18 juillet 2017

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe