samedi, novembre 26, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceIl est temps de reconnaître le droit du peuple iranien à se...

Il est temps de reconnaître le droit du peuple iranien à se défendre et à renverser le régime iranien (132 eurodéputés)

Il est temps de reconnaître le droit du peuple iranien à se défendre et à renverser le régime iranien (132 eurodéputés)
Parlement européen

Dans une déclaration publiée cette semaine, plus de 130 députés européens de différents groupes politiques ont soutenu le mouvement de protestation du peuple iranien et son appel au changement de régime.

Ils ont condamné la répression brutale des manifestants par le régime tout en rappelant les quatre décennies de crimes contre l’humanité commis par les mollahs, comme le massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques à l’été 1988. Les députés ont également souligné le rôle crucial de l’opposition organisée et des unités de résistance dans la poursuite du mouvement.

« La perspective de changement en Iran n’a jamais été aussi accessible. Il est temps de reconnaître le droit du peuple iranien à se défendre et à renverser ce régime, et à établir un Iran libre et démocratique », affirme la déclaration.

Le texte intégral de la déclaration :

Soutenez le soulèvement du peuple iranien

Condamner la répression brutale des manifestants

Le 4 octobre 2022

Depuis la mi-septembre, les protestations anti-régime se sont répandus dans tout l’Iran. Les protestations des femmes et des jeunes se sont jusqu’à présent étendues à plus de 170 villes dans les 31 provinces. Des manifestations ont lieu dans 45 grandes universités. Les manifestants, scandant le cri de ralliement « Mort à Khamenei », cherchent à renverser la dictature religieuse non élue. Les forces répressives tirent des gaz lacrymogènes et des balles réelles sur les manifestants.

La nouvelle série de soulèvements a été déclenchée lorsque Mahsa Amini, une femme de 22 ans originaire de la province du Kurdistan iranien, a été arrêtée à Téhéran sous prétexte de port du voile et a été assassinée à la suite de passages à tabac par la police. Au 1er octobre, au moins 400 manifestants ont été tués et d’innombrables autres ont été blessés, et plus de 20 000 arrêtés. En perturbant et en déconnectant Internet dans de grandes parties de l’Iran, le régime tente d’empêcher la transmission et la diffusion d’informations et d’images de protestations, les véritables dimensions du soulèvement, et enfin des révélations sur l’ampleur de son massacre et de sa répression. La communauté internationale doit garantir un accès gratuit à Internet pour le peuple iranien.

Les unités de résistance et l’opposition organisée prennent de sérieux risques pour jouer un rôle vital dans l’organisation et le maintien de ces manifestations tout en dressant un front de résistance contre la répression.

Au cours des 40 dernières années, des exécutions et des répressions ont été menées par les dirigeants actuels de l’Iran, tels qu’Ali Khamenei et l’actuel président du régime, Ebrahim Raïssi. Amnesty International a appelé à plusieurs reprises à la poursuite de Raïssi pour son rôle dans le massacre de prisonniers politiques en 1988. Cette année-là, 30 000 prisonniers politiques, dont 90 % appartenaient à l’OMPI/MEK, ont été exécutés conformément à la fatwa de Khomeiny. Lors du soulèvement du peuple iranien en novembre 2019, plus de 1500 manifestants ont été tués par le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI).

La perspective de changement en Iran n’a jamais été aussi proche. Il est temps de reconnaître le droit du peuple iranien à se défendre et à renverser ce régime et à établir un Iran libre et démocratique.

Compte tenu des faits ci-dessus, nous, soussignés, lançons l’appel suivant à l’Union européenne, HR/VP, Nations Unies et ses États membres :

1- Condamner fermement le meurtre de manifestants en Iran et prendre des mesures urgentes pour arrêter cette répression. Le dossier des crimes de ce régime doit être renvoyé au Conseil de sécurité des Nations unies et les responsables de tels crimes doivent être traduits en justice ;

2- Faire dépendre toute relation avec l’Iran de l’arrêt des exécutions, de la répression intérieure, de la répression des manifestations et de la dissidence et de la libération de toutes les personnes arrêtées lors du récent soulèvement ;

3- Aider le peuple iranien à avoir un accès libre et sans entrave à Internet en réponse à la fermeture d’Internet par le régime et au blocage des plateformes de médias sociaux ;

4- Imposer des mesures punitives aux responsables de la dernière répression meurtrière et aux dirigeants du régime comme Raïssi, conformément aux lois de style Magnitsky de l’UE, comme l’exige le Parlement européen ;

5- Reconnaître les aspirations démocratiques du peuple iranien, son mouvement organisé de Résistance et son droit à établir un Iran libre, démocratique et laïc.

Support-Iranian-peoples-uprising-October-2022

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe