samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsProtestations des enseignants dans 53 villes de 22 provinces d’Iran malgré un...

Protestations des enseignants dans 53 villes de 22 provinces d’Iran malgré un climat sécuritaire intense

Protestations des enseignants dans 53 villes de 22 provinces d’Iran malgré un climat sécuritaire intense

Maryam Radjavi : Le cri des enseignants épris de liberté « Enseignants, levez-vous pour défendre vos droits » et « Libérez les enseignants emprisonnés »

est l’appel à la justice et la liberté de tout le peuple iranien

Dans la matinée du jeudi 11 novembre 2021, les enseignants et éducateurs se sont rassemblés dans 53 villes de 22 provinces d’Iran pour réclamer leurs salaires, protester contre la flambée des prix, leurs conditions de vie insupportables et le mépris du régime pour leurs revendications légitimes. En plus de Téhéran, ces protestations se sont déroulées devant les rectorats à Kermanchah, Chiraz, Ispahan, Ahwaz, Andimechk, Yazd, Lordegan, Qom, Kouhdasht, Ilam, Arak, Guenaveh , Marivan, Machad, Chirvan, Qazvine, Aligoudarz, Poldokhtar, Zarrine-Dasht, Mamassani, Khorramabad, Racht, Bandar-Anzali, Boroujerd, Mahshahr, Izeh, Tabriz, Marvdasht, Neka, Saqez, Zandjan, Bouchehr, Babol, Doroud, Malayer, Songhor, Amol, Hamedan, Razan, Zivieh, Sari, Jolfa, Dezfoul, Sanandaj, Oroumieh, Divandereh, Daran, Boukan, Khorrambid, Bojnourd, Farashband et Miandoab.

Les forces de sécurité et les agents en civils ont tenté d’empêcher la formation de ces rassemblements. A Téhéran, des nuées d’agents ont d’abord tenté de disperser les enseignants, puis ont violemment chargé les protestataires déchirant les portraits des martyrs du soulèvement de novembre 2019. Les forces répressives ont empêché les enseignants de filmer le rassemblement et ont procédé à des arrestations.

Parmi les slogans scandés lors des rassemblements de protestation on pouvait entendre : « Ni soumission, ni compromis, appliquer le classement », « Libérez les enseignants emprisonnés », « Pas de répit tant qu’on n’aura pas nos droits », «Enseignants, criez pour réclamer vos droits », « Aucune nation n’a jamais connu autant d’injustice », « Parlement, gouvernement, honte à vous ! » et « Notre ennemi est ici même, ils mentent quand ils disent que c’est l’Amérique ». Parmi les tracts et les banderoles, on pouvait lire : « Enseignants, levez-vous pour défendre vos droits » et « Levez-vous, enseignants, pour mettre fin à la discrimination ». Dans certains rassemblements, un tract a été distribué à la mémoire des 1500 martyrs du soulèvement de novembre 2019.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a rendu hommage aux martyrs du soulèvement de novembre 2019 et salué les enseignants, les éducateurs, les retraités et les agriculteurs qui manifestent. Elle a déclaré : Khamenei, Raïssi et les autres dirigeants criminels de ce régime n’échapperont pas à la justice pour le sang versé des martyrs innocents, ni au soulèvement du peuple excédé par l’oppression et les crimes de ce régime. Le cri des enseignants épris de liberté, qui a résonné aujourd’hui dans les villes du pays avec les slogans « Enseignants, levez-vous pour défendre vos droits » et « Libérez les enseignants emprisonnés », est le cri de l’appel à la justice et à la liberté de tous les Iraniens.

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 11 novembre 2021

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe