vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsPropagation du soulèvement à 146 villes dans 31 provinces malgré la répression...

Propagation du soulèvement à 146 villes dans 31 provinces malgré la répression brutale aux cris de « à bas le dictateur », « à bas Khamenei »

Soulèvement en Iran – N°15

Manifestations nocturnes dans des dizaines de points à Téhéran ; résistance et altercations avec les forces répressives

Hier soir, malgré la répression brutale des pasdaran et des forces de sécurité, du renseignement et des agents en civil, les manifestations et les altercations se sont poursuivis à Téhéran et dans un grand nombre de villes. Le soulèvement s’est étendu à 146 villes. Les principaux slogans des manifestants étaient « à bas le dictateur », « à bas Khamenei », « Mojtaba [fils de Khamenei], meurs sans prendre le pouvoir », « à bas le tyran, qu’il soit chah ou mollah », « c’est l’année du sacrifice, on va renverser Khamenei » et « nous nous battons et nous mourrons, mais nous reprendrons l’Iran« .

Des manifestations nocturnes ont eu lieu dans des dizaines de secteurs à Téhéran, notamment Aryashahr, Narmak, Sattar Khan, la place Vali Asr, Sadeghieh, le métro Sadeghieh et Tehran Pars. Dans toutes ces zones, les manifestants ont fait face aux forces répressives qui ont ouvert le feu sur la foule.

Des manifestations ont eu lieu hier soir dans des villes comme Chiraz, Tabriz, Zahedan, Shahinshahr, Kermanchah, Zandjan, Qom, Racht, Mehrchahr-Karadj, Varamine, Shahrari, Jounqan, Sanandaj et Amol. Dans tous les endroits, les jeunes ont allumé des feux et bloqué la circulation des agents avant d’affronter des hordes de pasdaran et d’agents en civil. A Chahr-e-Ray, lorsque les pasdarans ont chargé la manifestation nocturne des jeunes, ces derniers ont riposté en attaquant la caserne de la 10e division des pasdaran dite « Seyed al-Shohada », dans la rue Neinava. Ce n’est qu’en ouvrant le feu à balles réelles et en blessant des manifestants, que les pasdarans ont empêché la prise de la caserne.

Dans de nombreuses villes, lors des heurts avec les forces répressives, les jeunes ont incendié des motos, des véhicules et des banques appartenant au corps des pasdaran et ont tabassé des agents.

A Amol, la jeunesse courageuse a forcé la police et les camions à canon à eau à battre en retraite. À Ahvaz, les agents ont tiré avec des fusils à plomb blessant un grand nombre de manifestants. À Tabriz, de jeunes insurgés ont lancé des cocktails molotov sur le point de rassemblement des agents, les forçant à battre en retraite.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 25 septembre 2022

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe