mardi, novembre 29, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueIran : Maryam Radjavi appelle à des sanctions complètes contre le régime...

Iran : Maryam Radjavi appelle à des sanctions complètes contre le régime iranien

La propagande du régime iranien sur le projet nucléaire est destinée à la consommation intérieure en pleine  campagne électorale

CNRI – Avant la prochaine réunion des 5+1,  Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a appelé à l’adoption immédiate de sanctions complètes en armement, technologiques, diplomatiques et pétrolières pour empêcher le régime des mollahs d’acquérir la bombe nucléaire. 

Elle a adressé ses félicitations au peuple iranien pour le coup dévastateur que la Résistance a porté au fascisme religieux contre ses activités nucléaires. Elle a déclaré que ce régime inhumain et anti-iranien qui tente de se doter la bombe atomique juste pour garantir sa survie, est à nouveau pris au piège par les révélations étonnantes de la Résistance.  

Mme Radjavi a qualifié les remarques de Mahmoud Ahmadinejad et d’autres responsables du régime qui essayaient – dans un mouvement orchestré – de peindre le rapport de l’AIEA comme une victoire et une preuve de l’innocence du régime dans ses activités illégales,  comme étant seulement destinées à la consommation intérieure.  

Elle a ajouté que dans la campagne électorale législative, l’ensemble du régime des mollahs et particulièrement la faction de Khamenei et d’Ahmadinejad essayent désespérément de dissimuler la montée de la crise intérieure et leur isolement international croissant. Ils luttent aussi pour renforcer leur position dans les luttes intestines du régime. 
 
Le régime met en avant cette propagande creuse alors que l’article 54 du rapport de l’AIEA rappelle qu’ « il reste une question majeure concernant la nature du programme nucléaire du régime à propos des études sur le sel vert, des explosifs à haute intensité et un corps de rentrée de missile ». L’AIEA exige aussi « de comprendre le rôle du document sur le métal d’uranium et des clarifications concernant les activités  fournies par des institutions militaires concernées qui n’ont toujours pas été données. » L’agence exige donc avec véhémence du régime iranien qu’il fournisse davantage de clarifications.

L’article 56 déclare que contrairement aux résolutions du Conseil de sécurité, le régime n’a pas suspendu ses activités d’enrichissement d’uranium et a continué l’opération de PFEP et FEP. Il a aussi continué la construction du réacteur IR-40 et l’opération de l’usine de production d’eau lourde.

Dans l’article 57, l’AIEA conclut que la confiance dans la nature exclusivement pacifique du programme nucléaire de l’Iran exige que l’Agence soit capable de fournir des assurances non seulement sur le matériel nucléaire déclaré, mais, tout aussi important, sur l’absence de matériel nucléaire et les activités non déclarés en Iran. 

En réponse à une question dans une interview télévisée samedi soir demandant à Ahmadinejad s’il y avait une histoire non dite sur le dossier nucléaire du régime, il a dit que « la question nucléaire sous sa nouvelle forme a commencé au début de l’été  2002, quand le MKO [terme utilisé par le régime pour le Moudjahidine du peuple d’Iran] a publié un rapport sur Natanz et (…) (des installations nucléaires). En automne de 2003, après le rapport du MKO,  des ministres des Affaires étrangères européens sont venus à Téhéran proposer un plan qui a été approuvé par les deux côtés pour régler la question nucléaire iranienne. Cela s’est passé alors qu’une résolution contre l’Iran avait déjà été adoptée par le Bureau des gouverneurs de l’AIEA. »

Mme Radjavi a rendu hommage aux membres et aux sympathisants de la Résistance iranienne ainsi qu’à tous ses compatriotes épris de liberté qui ont aidé à dévoiler les projets nucléaires du régime.

Elle a ajouté que le régime des mollahs n’avait apporté que la répression et la pauvreté au peuple iranien. Tous ses projets, y compris celui du nucléaire et l’exportation de l’intégrisme et du terrorisme, ont coûté aux Iraniens des milliards de dollars, a-t-elle ajouté en soulignant que cet aventurisme est contraire aux intérêts suprêmes de la nation iranienne. 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 24 février 2008

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe