lundi, novembre 28, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Les bourreaux du régime des mollahs menacent d’exécuter les prisonniers...

Iran : Les bourreaux du régime des mollahs menacent d’exécuter les prisonniers politiques

Hodjat Zamani, 31 ans, prisonnier politique Moudjahidine exécuté par le régime des mollahsCNRI – Le régime inhumain  des mollahs en Iran refuse de rendre le corps du Modjahed martyr, Hodjat Zamani, dix jours après sa pendaison barbare. La famille de M. Zamani n’a pas réussi à récupérer son corps malgré les visites répétées à la prison de Gohardacht  (dans la ville de Karadj).

Les prisonniers politiques de la prison de Gohardacht mènent une grève de la faim depuis le 16 février pour protester contre l’exécution de M. Zamani. Les bourreaux du régime ont menacé plusieurs prisonniers Moudjahidines et d’autres prisonniers d’opinions de les exécuter.

Des informations indiquent qu’un interrogateur nommé Hosseinzadeh a torturé plusieurs prisonniers politiques en représailles de leur grève de la faim.  Les visites des familles de nombreux prisonniers ont été annulées et tous les contacts des détenus avec l’extérieur ont été  interdits. Cette action fait craindre le pire aux familles des prisonniers, extrêmement inquiètes pour leurs vies.

A l’instigation des autorités carcérales, les agents du régime se faisant passer pour des prisonniers de droits communs se sont rassemblés devant les sections où se trouvent les prisonniers politiques  mercredi soir (16 février) pour crier, “Mort aux prisonniers politiques », « mort aux contre-révolutionnaires » et « les prisonniers Moudjahidine doivent être pendus ».  Ces menaces sont un prélude à des exécutions possibles et à la guerre psychologique destiné à briser la détermination des prisonniers.  Les menaces et les cris ont continué jusqu’après minuit. Les détenus politiques sont restés éveillés jusqu’au matin pour se protéger contre toute attaque. Le chef de la sécurité de la prison a dit aux prisonniers politiques que si des détenus de droit commun les agressaient et les poignardaient à mort, les autorités de la prison n’en seraient pas responsables.

La Résistance iranienne attire à nouveau l’attention du Conseil de Sécurité des Nations Unies, le Secrétaire général, le Haut commissaire de l’ONU pour les droits de l’homme et toutes les organisations internationales des droits de l’homme sur les crimes commis par le régime des mollahs contre les prisonniers politiques.  Elle appelle aussi à une action urgente pour sauver les vies des prisonniers politiques. Le silence et l’inaction face aux crimes inhumains des mollahs en Iran ne feront que les encourager à la répression, à la tuerie et à la torture contre le peuple.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 février 2006

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe