lundi, janvier 30, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Le régime des mollahs évite de relâcher les prisonniers en...

Iran : Le régime des mollahs évite de relâcher les prisonniers en faisant traîner leurs dossiers

 CNRI – Le régime des mollahs refuse de régler les cas de prisonniers politiques en répétant les reports d'audience. À cette fin, les dossiers des prisonniers sont renvoyés devant la 15e chambre du tribunal de la révolution présidée par un dénommé Salavati.

Jusqu'à présent, Salavati a délibérément négligé les dossiers d’Arjang Davoudi, Ali Saremi, Mohammad-Ali Mansouri, Missagh Yazdan-Nejad, Hoad Yazerlou, Mohammad Sedigh Kaboudvand, et de nombreux autres prisonniers politiques. A titre d’exemple, une audience de Farhad Haj Mirzai, déjà reportée de plus d'un an, est prévue pour le 31 janvier 2009, mais Salavati essaye de l’empêcher. Farhad Haj Mirzai a été arrêté le 18 janvier 2008, à Sanandaj. Après avoir été soumis à des interrogatoires et à la torture, il a été transféré à la terrible section 209 de la prison d'Evine, à Téhéran. Il a été victime de problèmes cardiaques et d'autres complications de santé après des tortures brutales, y compris les chocs électriques. Les agents du régime refusent de lui fournir un traitement médical en dépit de son état.

Les agents du ministère du Renseignement (Vevak) ont également augmenté la pression sur Hoad Yazerlou, un étudiant de 23 ans. Ces derniers jours, le gang dominant de prisonniers de cette section a attaqué à maintes reprises ce jeune étudiant, sans la moindre justification, en le frappant violement. Le chef de la section, Vakili, avait promis des changements positifs dans les peines et la situation des membres du gang dangereux en échange de leur harcèlement de Hoad Yazerlou. Afin d'accroître la pression sur lui, le régime a ajouté de nombreux autres prisonniers dans sa cellule, en le soumettant à des conditions intolérables dans une petite cellule avec 18 autres détenus.

La Résistance iranienne met en garde contre la montée des pressions et de la torture des prisonniers politiques. Elle appelle toutes les autorités et les organisations internationales des droits de l'homme à renvoyer le bilan des crimes du  régime des mollahs devant le Conseil de sécurité et d'envoyer un rapporteur spécial de l'ONU pour enquêter sur les violations cruelles des droits humains en Iran, tout en adoptant des mesures immédiates et contraignantes pour mettre fin à la répression brutale des prisonniers.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance d'Iran
Le 17 février 2009

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe