vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueIran : Le nouveau rapport de l’AIEA montre l’accélération du projet de...

Iran : Le nouveau rapport de l’AIEA montre l’accélération du projet de fabrication de la bombe atomique

et double la nécessité d’appliquer des sanctions globales

CNRI – Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, estime que le rapport de l’AIEA qui montre une accélération par le régime des mollahs de la fabrication de la bombe atomique, rend encore plus nécessaire de faire preuve de fermeté et de mettre en place des sanctions globales contre la dictature religieuse.

Le rapport réitère «une inquiétude grandissante » concernant « l’existence probable d’activités nucléaires non déclarées, passées ou présentes, impliquant des organisations militaires en Iran (…) notamment des activités liées à la fabrication d’une ogive nucléaire de missile ».  Il demande au régime iranien une pleine coopération avec les inspecteurs de l’AIEA.

L’augmentation notable de la production d’uranium enrichi à 19,75% et la possession de plus de 70 kg de cet uranium, l’utilisation de deux sortes de centrifugeuses sophistiquées (les modèles IR-2 et IR-4) dans le secteur expérimental de l’installation de Natanz, la mise en marche de centrifugeuses pour les installer dans le site de Fordou, la possession de 4500kg d’uranium enrichi à un degré peu élevé [qui suffisent à la production de 4 bombes atomiques en augmentant le degré d’enrichissement] et les violations persistantes des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et du bureau des directeurs de l’AIEA figurent au nombre des autres cas évoqués dans le rapport.

Cela fait plus de deux décennies, rappelle Mme Radjavi, que la Résistance iranienne a révélé les plans funestes du régime iranien pour se doter de la bombe atomique et met en garde contre ses dimensions catastrophiques. Mais au lieu d’imposer des sanctions et de faire preuve de fermeté, la communauté internationale donne le temps et les moyens nécessaires à ce régime moyenâgeux, à coups de négociations et de concessions, pour terminer ses projets atomiques.

Les mollahs, poursuit-elle, effrayés d’un côté par les révolutions et l’effondrement de leur front dans la région et préoccupés de l’autre par la montée du soulèvement populaire en Iran, ont plus que jamais besoin de la bombe pour garantir la survie de leur pouvoir.

Pour accélérer ses projets atomiques, le régime des mollahs a concentré depuis le début de l’année iranienne 1390 (21 mars 2011) tous ses experts nucléaires dans l’Organisation de recherches nouvelles de défense sous la présidence de Fakhrizadeh, et en nommant le pasdaran Fereydoune Abbassi à la direction de l’organisation de l’énergie atomique, il a placé toutes ces activités sous la supervision du corps des pasdaran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 13 septembre 2011

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe