jeudi, février 2, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran : L’ancien commandant des pasdarans appelle à rendre l’appareil de renseignements...

Iran : L’ancien commandant des pasdarans appelle à rendre l’appareil de renseignements homogène

ImageIl laisse apparaître sa préoccupation devant la nouvelle vague de troubles dans les provinces d’Azerbaidjan, du Khouzistan, du Kurdistan, de Kerman et du Sistan-Baloutchistan

CNRI – Le général Mohsen Rezaï, ancien commandant en chef du corps des gardiens de la révolution et secrétaire du Conseil de discernement des intérêts de l’Etat, se dit très préoccupé par la montée du mécontentement populaire, spécialement après l’arrivée à la présidence de Mahmoud Ahmadinejad.

« En ce moment très sensible, a-t-il dit, et à la lumière de la nouvelle vague de menaces contre notre pays, renforcer et rendre homogène l’appareil de renseignement et de sécurité est la priorité nationale absolue   et tout retard pourrait aboutir à des conséquences désastreuses pour l’Etat. ».

Exprimant son inquiétude vis-à-vis des "troubles dans les provinces d’Azerbaïdjan, du Khouzistan, du Kurdistan, de Kerman et du Sistan-Balouchistan cette année", dans une interview avec le site officiel Baztab hier, Rezaï s’est montré alarmé par l’ampleur et le développement de ces protestations.

Rappelant les événements des années 1980 et le massacre de 30.000 Moudjahidine et d’autres prisonniers politiques en 1988, il a appelé au recours de « ces forces qui, immédiatement après la révolution, et au début de la guerre ont établi un fort appareil de sécurité capable de traiter des problèmes majeurs comme les Monafeghine [les Moudjahidine du peuple].”

Rezaï a fait porter l’échec de l’appareil de renseignements et de ses efforts répressifs face aux soulèvements populaires, à "l’affaiblissement successif des services de renseignement et de sécurité ces 20 dernières années » et a appelé à « la mise en place d’un appareil de sécurité et de renseignement unifié qui puisse faire face aux futures menaces dans le pays et réprime les troubles le plus rapidement possible”.

Cette reconnaissance claire de l’échec des mesures répressives du régime contre les Iraniens intervient malgré le fait que les plus hautes autorités du régime, y compris les ministres des renseignements avaient les années précédentes qualifié cet organe de répression, d’espionnage et de meurtre comme le service de renseignement « le plus fort » et « le plus efficace » au monde.

Les déclarations de Rezaï ne reflètent que le désespoir face à la montée du mécontentement populaire. Elles préparent aussi le terrain à davantage de répression, d’arrestations massives et d’exécutions barbares pour faire face à l’état explosif de la société. 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 mai 2006

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe