mercredi, novembre 30, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Lancer des pierres contre le régime mérite la mort, dit...

Iran : Lancer des pierres contre le régime mérite la mort, dit le n°2 du judiciaire des mollahs

27 décembre 2009, TéhéranCNRI – La Résistance iranienne met en garde contre la tuerie des manifestants arrêtés et des sympathisants de l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), sous la qualification de «Moharebeh » (guerre contre Dieu).

Le mollah Ebrahim Raïssi, n°2 du système judiciaire en Iran, a déclaré à cet effet que : Ce qui s'est passé le jour de l'Achoura [les manifestations du 27 décembre en Iran] peut être un exemple de « Moharebeh ». Mais, le terme de « Moharebeh » peut aussi parfois servir pour une organisation. Une organisation peut devenir Mohareb, comme l'organisation des Monafeghine [terme péjoratif utilisé par le régime pour l'OMPI]. Tous ceux qui apportent une aide quelconque aux Monafeghine en n’importe quelle circonstance, à la lumière du fait qu’il s’agit d’un mouvement organisé, sera qualifié de Mohareb » (TV officielle, 30 décembre 2009).

Raïssi, qui a été membre du «Comité de la mort» et un de ceux qui ont principalement ordonné et exécuté le massacre de 30.000 prisonniers de l’OMPI et d'autres détenus politiques en 1988, a expliqué le terme de « Moharebeh » dans le contexte des lois cruelles des mollahs en disant qu’il est attribuée à toute personne qui entre en guerre contre Dieu et Son Prophète. En d'autres termes, quiconque se dresse contre le système islamique au pouvoir est un Mohareb.

Il a souligné que l'utilisation de bâtons et de pierres serait également considérée comme « Moharebeh » et entrainerait la peine de mort.

Faisant preuve d’une cruauté totale, le mollah Raïssi a admis que pour « accélérer » les pendaisons des détenus, toutes des autorités et bourreaux du système judiciaire avaient été mobilisés.

N'ayant pas réussi à enrayer le soulèvement courageux du peuple iranien, les dirigeants du régime menacent régulièrement les manifestants et les insurgés de ces derniers mois de « la sanction la plus sévère» en vue d’exacerber le climat de terreur dans la société.

La Résistance iranienne met en garde contre la tuerie cruelle d'un grand nombre de personnes arrêtées lors des émeutes et des prisonniers politiques. Elle appelle le Secrétaire général des Nations Unies, le Conseil de sécurité, le Haut Commissaire aux droits de l'homme, et d'autres organes internationaux, à condamner les violations cruelles des droits de l'homme commises par le régime des mollahs, qui sont une honte pour le monde contemporain. La Résistance iranienne exige aussi l'adoption de mesures contraignantes contre le régime, notamment la fin des relations économiques et politiques jusqu'à la libération de tous les prisonniers politiques en Iran et la fin totale de la torture, des pendaisons et de la répression en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 2 janvier 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe