jeudi, décembre 1, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : La résistance demande l'expulsion du procureur de Téhéran du CDH...

Iran : La résistance demande l’expulsion du procureur de Téhéran du CDH à Genève

Iran : La résistance demande l'expulsion du procureur de Téhéran du CDH à GenèveLa Commission des Affaires étrangères du CNRI demande au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU d’expulser Saïd Mortazavi et réclame son arrestation pour crimes contre l’humanité

CNRI – Dans une lettre adressée hier à l’ambassadeur Luis Alfonso De Alba, président du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, M. Mohammad Mohadessine, président de la Commission des Affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne, a condamné la présence de Saïd Mortazavi à l’actuelle session du Conseil, la qualifiant de violation odieuse des principes que le Conseil a pour mission de sauvegarder.

Dans sa lettre, dont des copies ont été envoyées au secrétaire général de l’ONU Kofi Annan et au ministre des Affaires étrangères suisse, il déclare: « Autoriser un bourreau d’entrer en Suisse sous couvert diplomatique a profondément blessé les Iraniens, dont certains des êtres chers ont été victimes de Mortazavi».

M. Mohadessine a ajouté : « Au lieu d’être reçu par les Nations Unies, il devrait être expulsé et la Justice suisse devrait l’arrêter et le livrer à un tribunal international compétent pour crimes contre l’humanité ».

Sous la présidence de Khatami, Saïd Mortazavi, en sa qualité de juge des médias, a fait fermer 80 journaux proches des ‘réformateurs’. Il est directement impliqué dans tous les crimes commis ces dernières années contre les Iraniens. En automne dernier, il a ordonné la mise en place du plan ‘Zafar’ à Téhéran au cours duquel 2000 jeunes de différents arrondissements ont été arrêtés puis emprisonnés. En hiver 2006, il a été responsable de la répression cruelle des travailleurs des transports en commun de Téhéran qui se sont mis en grève pour réclamer leurs salaires impayés.

Le 16 novembre 2003, le gouvernement canadien a tenu Mortazavi responsable de la mort de Zahra Kazemi. Cette photojournaliste irano canadienne avait été violée puis tuée sous torture pendant sa détention dans la funeste prison d’Evine.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne
Le 22 juin 2006

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe