mercredi, février 1, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran – Intensification de la répression à l’approche de la traditionnelle «...

Iran – Intensification de la répression à l’approche de la traditionnelle « Fête du Feu »

Iran – Intensification de la répression à l’approche de la traditionnelle « Fête du Feu »

Communiqué du CNRI: Terrifié par la traditionnelle « Fête du Feu » qui chaque année se transforme en manifestations populaires en Iran, le régime des mollahs a intensifié la répression et a procédé à des arrestations dans plusieurs villes à travers le pays.

Chaque jour, de nombreux propriétaires de magasins vendant des pétards sont arrêtés et leurs biens sont confisqués. Ces mesures ont été observées dans les provinces suivants : Téhéran, Centre, Ispahan, Fars, Guilan, Mazandaran, Kurdistan, Kermanchah, Azerbaïdjan occidentale, Azerbaïdjan orientale, Khorasan du Nord, Zandjan, Oroumieh, Ilam, Semnan, Chahar Mahal et Bakhtiari, Sistan et Balutchestan, Hamadan.

Par ailleurs, les agents du régime dans les écoles à travers le pays ont lancé une campagne ridicule intitulée « Non à la Fête du Feu ». Ils forcent les écoliers et les lycéens à signer une pétition s’engageant à ne pas jouer avec des pétards lors de cette fête. Cette mesure vise à susciter la peur parmi les élèves et à les empêcher de participer à cette fête traditionnelle et nationale. Chaque année, la Fête du Feu est une occasion pendant laquelle les Iraniens, en particulier les jeunes, expriment leur aversion contre le régime des mollahs.

« Durant le dernier mardi de l’année [dans le calendrier iranien], les forces de l’ordre ont des missions qui doivent être poursuivies avec le plus grand sérieux », a déclaré Hossein Ashtari, le chef de la police du régime iranien.

En faisant allusion aux jeunes protestataires, Ashtari a déclaré à l’agence ISNA : « Nous ne permettrons pas aux perturbateurs, aux bandits et aux gangs de se déplacer librement. »

« Un groupe de travail au sein du Conseil supérieur de sécurité nationale a été créé pour que les casseurs soient contrôlés au préalable. Nous allons faire face à des problèmes si nous ne mettons pas en œuvre les actions nécessaires », avait déclaré Ashtari le 25 février à l’agence Fars (une agence de presse semi-officielle, affiliée aux « Gardiens de la Révolution »).

Sajedi-Nia, le commandant de la police du Grand Téhéran, a interdit toute célébration de la Fête du Feu dans les principales avenues de la capitale. Il a dit que les policiers seront déployés dans les principales axes à Téhéran et qu’il y aura des policiers visibles et non visibles dans tous les quartiers de la ville.

« Les policiers prendront des mesures contre les éléments perturbateurs. Ces derniers seront arrêtés et resteront en détention jusqu’à la fin de la période des congés du nouvel an », a déclaré Sajedi-Nia dont les propos ont été publiés le 5 et le 6 mars par les médias officiels du régime.

« Ceux qui cherchent à perturber l’atmosphère sécuritaire de la société doivent savoir que les mesures préventives nécessaires ont été prises, en coordination avec l’appareil judiciaire », a déclaré Zolfaqari, le vice-ministre de l’Intérieur (selon la dépêche de l’agence officielle IRNA, datée du 5 mars).

Le QG de l’Organisation des Modjahédine du Peuple d’Iran (OMPI) a publié une déclaration dans laquelle il a appelé tous les Iraniens, en particulier les jeunes, à protester et à manifester pour la liberté à l’occasion de la Fête du Feu de cette année, avec le mot d’ordre « A bas le régime des mollahs ».

Le QG de l’OMPI a dit dans sa déclaration : « A l’approche de la farce des élections présidentielles, le régime des mollahs et ses factions sont engloutis dans une lutte de pouvoir et font face à la colère croissante de la population. Nous devons vaincre la campagne de terreur des mollahs par la persévérance, par la solidarité et par des efforts collectifs. »

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 6 mars 2017

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe