lundi, décembre 5, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Des prisonniers politiques transférés pour accroître la pression sur eux

Iran : Des prisonniers politiques transférés pour accroître la pression sur eux

GohardachtLe régime inhumain des mollahs a transféré des prisonniers politiques dans des maisons d’arrêt pires que les précédentes en vue d'intensifier la torture et les pressions exercées à leur encontre.

CNRI – La détenue politique Maryam Akbari Monfared a été brutalement transférée à la prison de Gohardacht le 26 septembre, en banlieue téhéranaise, alors que la section des femmes y est déjà grandement surpeuplée. De fait, l’absence de soins médicaux et d'autres ressources minimum rend les conditions de détention épouvantables. Dans l’impossibilité de dormir, les prisonnières passent les nuits éveillées dans leurs quartiers.

Mme Akbari, 36 ans, mère de trois enfants en bas âge, est actuellement incarcérée sur l’accusation préfabriquée de Mohareb ou ennemie de Dieu. Elle a été condamnée à 15 ans à la prison de Gohardacht. Au cours d'un simulacre de procès, elle a contesté la sentence qualifiant le juge d’incompétent. Le juge des mollahs, Salamati, l’a accusée d'avoir des parents au camp d'Achraf, membres des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), et des proches exécutés pour avoir soutenu l'OMPI. Deux parents de Mme Akbari, Alireza, 20 ans, et Gholamreza, 26 ans, ont été exécutés en 1981 et 1985, et deux autres, Roqieh, 30 ans et Abdolreza, 23 ans, ont été exécutés lors du massacre des prisonniers politiques de 1988.

– Le détenu politique Hamid Haeri, 60 ans, qui souffre de multiples problèmes de santé à la suite des tortures, a également été transféré à Gohardacht. M. Haeri souffre notamment de problèmes cardiaques et a survécu à deux accidents vasculaires cérébraux. Il a été condamné à 15 ans de prison parce que son fils et son frère sont au camp d'Achraf.

– Hadi Qaemi, arrêté lors des manifestations de l’Achoura le 27 décembre 2009, a également été condamné à 15 ans de prison. Il a été envoyé à la centrale de Minoudacht dans la ville de Gorgan, au nord de l’Iran.

– Au nombre des autres prisonniers politiques transférés ces derniers jours, figurent notamment Majid Tavakoli, envoyé à Gohardacht, Zia Nabavi et Majid Dorri, éloignés dans la funeste prison de Karoun dans la ville d’Ahvaz, dans le sud-ouest du pays.

La Résistance iranienne appelle toutes les instances et organisations internationales des droits de l'homme, en particulier le haut commissaire des droits de l'homme de l’ONU et les rapporteurs spéciaux sur les arrestations arbitraires et la torture à adopter des mesures urgentes, afin  d’enquêter immédiatement sur la situation des prisonniers politiques en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 2 octobre 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe