vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Concentration des forces répressives dans divers points du pays

Iran : Concentration des forces répressives dans divers points du pays

 Protestations de juin – n°4

Protestations de nuit aux cris de « Allah-o-Akbar » et « Mort à Khamenei »

CNRI – Redoutant les protestations de grande ampleur, le régime des mollahs a mis en œuvre de nouvelles mesures répressives dès le 10 juin. Elles ont pris aujourd’hui un tour plus important. Les forces de sécurité sont en état d’alerte depuis ce matin, 12 juin, dans divers points de la capitale.

La nuit dernière, l’ampleur des cris « Allah-o-Akbar » et « Mort à Khamenei » sur les toits de Téhéran et de province, ont renforcé les craintes du régime.

Outre la présence des forces répressives dans les rues, un grand nombre d’agents dans divers secteurs de Téhéran comme le parking du métro, sont regroupés aux croisements des rues Enghelab et Jamalzadeh, à l’ancienne ambassade américaine, la mosquée Imam Hossein de la place Imam Hussein, la base Meghdad de la milice du Bassidj dans la rue Azadi.

Pour empêcher les protestations étudiantes, des renforts ont été ajoutés aux effectifs du Harassat (une branche des services de renseignement) dans toutes les universités. Aux alentours des facultés, particulièrement l’Université de Téhéran, la faculté des Sciences de l’industrie Charif, Polytechnique et la faculté des Sciences et de Technologie, on voit des patrouilles de la milice du Bassidj.

La nuit dernière dans divers secteurs de Téhéran, comme Khazaneh, Chahr-Rey, Chouch dans le sud de la capitale et Chahrak-e-Gharb, Sadeghieh, Guicha, Pasdaran, Takht-e-Tavous, Amir-Abad, Mir-Damad, Fatemi, Vanak et les cités universitaires des rues Amir-Abad et Azadi, ont retenti les cris de « Allah-o-Akbar » et  « Mort à Khamenei ».

En réaction, un grand nombre de forces répressives et de voltigeurs en motos ont pris position dans ces secteurs et se répandus dans les rues. Mais comme les cris se répandaient dans tous les quartiers et les immeubles, ils ont été incapables de faire quoi que ce soit.

Outre la capitale, les habitants de nombreuses villes comme Ispahan, dans le centre, et Chiraz dans le sud, ont fait retentir des slogans hostiles au pouvoir.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 12 juin 2010

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe