mardi, novembre 29, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Complots du régime pour réprimer et contrôler les manifestations étudiantes

Iran : Complots du régime pour réprimer et contrôler les manifestations étudiantes

Sample ImageCNRI – A l’approche de la nouvelle année scolaire, le régime des mollahs a intensifié le contrôle des étudiants dans le but de freiner les protestations.

Ces dernières semaines les miliciens du Bassidj ont lancé des patrouilles, des inspections de bâtiments et l'espionnage des étudiants à divers moments de la journée, particulièrement après minuit. L'étendue des activités est telle qu'au cours des soirées récentes les étudiants de la cité universitaire de Téhéran ont affronté à plusieurs reprises des agents de la milice qui tournaient dans la cité pour espionner, qui écoutaient aux portes des chambres ou en contrôlaient l’intérieur.

Une autre méthode de contrôle consiste à disperser les étudiants hors des résidences universitaires et des lieux de classe et à les forcer à séjourner dans des bâtiments plus petits et plus éloignés de la ville et à proximité des centres de répression. La mesure vise à prévenir ou à limiter les contacts et la coordination entre les étudiants comme un moyen de lancer des actes de protestation. L’élément principal du plan du régime est de réduire le nombre d'étudiants dans la cité universitaire de Téhéran (dans la zone d’Amirabad), qui a joué le rôle de centre majeur des manifestations étudiantes à Téhéran.

Les étudiants en sciences industrielles de l’université libre (section de Téhéran sud) ont été transférés de l’IUT, qui était un des foyers de protestation, à la faculté de sciences humaines. De plus, les étudiants du bâtiment des sciences humaines ont été déplacés dans un bâtiment du boulevard Kechavarz. Les deux mesures font partie du plan du régime pour contrôler la population étudiante.

Ces plans sont dirigés par le corps Seyyed al-Shohada des gardiens de la révolution, qui joue un rôle particulier dans la répression des étudiants. Le principal responsable de la mise en œuvre de ces plans est Farhad Rahbar, le président criminel de l'Université de Téhéran. De réputation sulfureuse, il est notamment responsable de la répression brutale des étudiants en 1999 qui avait tourné en une tragédie.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 13 septembre 2009

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe