mercredi, décembre 7, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Assassinat des prisonniers politiques par empoisonnement

Iran : Assassinat des prisonniers politiques par empoisonnement

 CNRI – Face à l’indignation croissante contre la multiplication des exécutions en Iran, le régime des mollahs a recours à une nouvelle méthode criminelle d’empoisonnement pour tuer les détenus politiques à la prison de Gohardacht. Cette méthode inhumaine a entraîné le décès de prisonniers dans défense.

Selon les informations venant de l'intérieur de l'Iran, les agents du régime au centre de santé de Gohardacht ont donné des médicaments contaminés aux prisonniers. Au lieu de leur fournir des médicaments normaux, ils leur ont donné de la poudre mélangée à des stupéfiants ou des substances toxiques.

Cette méthode pratiquée contre les prisonniers ces derniers mois a été introduite par le directeur de la prison de Gohardacht, Ali Hadj Kazemi. Il est à l’origine de nouvelles formes de torture contre des détenus et forme actuellement d'autres agents à l’utilisation de cette méthode.

Récemment, un prisonnier du nom de Mohammad Khonak de la section 1 de Gohardacht est décédé après avoir avalé ces médicaments. Le directeur du centre de santé carcéral, Ali Reza Mahalati avec Ali Hadj Kazemi qui délivre des certificats de décès, ont déclaré que sa mort était due à un suicide ou à une overdose.

En outre, de nombreux détenus des sections 1, 2 et 6 de Gohardacht souffrent de graves effets secondaires après la prise de ces médicaments, comme des vomissements, des étourdissements, un engourdissement de la langue et de la bouche, et des problèmes respiratoires.

La Résistance iranienne met en garde contre l'utilisation de ces méthodes inhumaines contre les prisonniers sans défense qui encourent un grave danger imminent. Elle appelle aussi toutes les organisations internationales des droits de l'homme à demander le renvoi du terrible bilan du régime en matière de droits de l'homme devant le Conseil de sécurité de l’ONU. Elle demande qu'un rapporteur spécial soit nommé pour l'Iran afin d’enquêter sur les violations des droits fondamentaux, faire adopter des mesures immédiates et contraignantes pour mettre fin à la répression des prisonniers.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 26 février 2009

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe