samedi, février 4, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Arrestation et torture de militants du mouvement étudiant dans diverses...

Iran : Arrestation et torture de militants du mouvement étudiant dans diverses villes

 CNRI – Selon les informations parvenues, le ministère du Renseignement des mollahs, le Vevak, cherche à contenir la montée du mouvement étudiant en arrêtant et en torturant des militants engagés dans des actes de protestation.

À Téhéran, le 14 février, Melle Nassim Soltan Beygui, une étudiante en communication de l’université Allameh et militante des droits des femmes, a été convoquée au « tribunal révolutionnaire » des mollahs. Son procès devrait se tenir le 21 février avec le juge Salavati. Avant cela, Mme Soltan Beygui avait été enlevée par des agents du Vevak en décembre 2007 et jetée en isolement à la section 209 de prison d'Evine. Elle a subi de violentes tortures physiques et psychologiques pendant 55 jours.

Hossein Tarkachvand, Majid Tavakkoli, Esmaïl Salmanpour et Vahid Danechyar, tous étudiants à Polytechnique de Téhéran, ont été arrêtés par des agents en civil du Vevak le 5 février et incarcérés à la section 209 de la prison d'Evine. Auparavant, M. Tavakkoli avait été incarcéré dans la même section pendant 15 mois et soumis à des tortures cruelles.

Par ailleurs, M. Mohammad-Pour Abdollah, étudiant en chimie de Téhéran, arrêté le 12 février, a été incarcéré à la section 209 et placé sous la torture.

Les agents du Vevak refusent toujours de fournir la moindre information concernant M. Reza Negahdari, étudiant en droit de Téhéran, qui a été enlevé par des agents du Vevak le 3 février.

MM Ramine Sadeghi et Ebrahim Asl, étudiants d'Ardebil, ont été arrêtés par le Vevak le 3 février et transférés à la salle de torture du Vevak de la ville, où ils ont reçu notamment des chocs électriques et ont été privés de sommeil, pour leur soutirer des informations. Ramine Sadeghi a entamé une grève de la faim en signe de protestation.

Youness Mir-Hosseini et Esmaïl Jalilvand, deux étudiants de Chiraz, arrêtés ces dernières semaines par le Vevak et incarcérés, sont sousla torture. Les agents du Vevak refusent de résoudre la situation de Youness Mir-Hosseini alors qu'il est en grève de la faim depuis cinq jours. Il est en fin de ses études de droit.

Mme Sahar Yazdani, également étudiante de Chiraz, a été arrêtée le 13 février par le Vevak pour avoir pris des renseignements sur la situation de son mari, Youness Mir-Hosseini. Aucune information n’a été donnée à sa famille.

À Ispahan, Alireza Davoudi, étudiant en comptabilité, a été arrêté le 13 février par le Vevak et emmené vers une destination inconnue.

À Sanandaj, Javad Alizadeh, l'un des étudiants de l’université Allameh de Téhéran a interdit de poursuivre ses études, après 21 jours dans le centre de détention du Vevak à Sanandaj, a été emmené à la prison centrale de la ville où il est en quarantaine. Il a été arrêté après avoir participé à une cérémonie en mémoire d’Ebrahim Lotfollahi assassiné l'an dernier à la prison de Sanandaj. Alizadeh porte de graves blessures aux bras, au dos et au cou après avoir été violement torturé, notamment en étant jeté au bas d’un escalier. Ses blessures à la tête, des fractures causées lors de sa détention au bureau de sécurité des Forces de sécurité de l'Etat, se sont aussi dégradées.

La Résistance iranienne met en garde contre l'arrestation et la torture des militants étudiants en Iran, et demande à tous les syndicats étudiants de soutenir les syndicats étudiants en Iran et de prendre des mesures efficaces pour mettre fin à leur répression généralisée.

La Résistance iranienne appelle également toutes les organisations internationales des droits de l'homme et les autorités concernées, dont Amnesty International et le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, à renvoyer le bilan criminel du régime devant le Conseil de sécurité, à envoyer un représentant spécial de l'ONU en Iran pour examiner les violations des droits de l'homme et à adopter des mesures immédiates et contraignantes pour mettre un terme à la répression brutale des prisonniers en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance d'Iran
Le 15 février 2009