mardi, décembre 6, 2022
AccueilCommuniqués CNRIIran : Appel à sauver la vie du prisonnier politique Ali Moezzi

Iran : Appel à sauver la vie du prisonnier politique Ali Moezzi

Iran : Appel à sauver la vie du prisonnier politique Ali MoezziCNRI – Le régime inhumain des mollahs en Iran a transféré le prisonnier politique Ali Moezzi à qui il ne restait que quelques mois à purger avant sa libération.

Il a été envoyé de la prison de Gohardacht dans la ville de Karadj, en banlieue de Téhéran, en isolement dans la section 209 de la prison d’Evine dans la capitale iranienne et placé sous des pressions intolérables.

Les services de renseignement lui ont dit à maintes reprises qu’ils le « tourmenteront à mort pour en finir avec [lui] » en prison et qu’il ne sortira pas en vie. Laisser mourir sans soins de maladies et assassiner les prisonniers politiques est une méthode courante et bien connue du régime des mollahs. Les bourreaux refusent de répondre à la famille de M.

Moezi qui s’inquiète pour sa vie. Son frère Mohammad Moezzi a été exécuté en 1981 pour son soutien à l’OMPI.

Ali Moezzi souffrent de diverses maladies, dont de graves problèmes rénaux et d’obstruction des intestins, en raison des années d’emprisonnement et de torture. Il a perdu connaissance le 30 septembre sous le coup d’une douleur violente à l’estomac.

A la suite des protestations de ses compagnons de cellule, les autorités ont été contraintes de l’envoyer à l’hôpital à Karadj. Pour mettre davantage de pression sur lui, ils lui ont enchainé les mains et les pieds au lit d’hôpital.

Une semaine après son hospitalisation, alors qu’il n’avait pas terminé son traitement, il a été ramené en prison où il a été privé du moindre soin. Le 12 octobre, alors qu’il s’attendait à être envoyé à l’hôpital pour un traitement, il a été emmené à la prison d’Evine.

Déjà prisonnier politique dans les années 1980, Ali Moezzi avait été de nouveau arrêté en 2008 et condamné à deux ans de prison et trois ans de sursis pour avoir rendu visite à ses deux enfants au camp d’Achraf.

Il a été emprisonné une troisième fois en juin 2011 pour avoir participé à une cérémonie à la mémoire de M. Ali Saremi, un prisonnier politique et partisan de l’OMPI exécuté par la dictature religieuse.

A cause de ce soutien à l’OMPI et de ses positions contre la répression de la Résistance par le régime, Ali Moezzi n’a cessé d’être sous de graves pressions physiques et psychologiques.

La Résistance iranienne appelle l’ensemble des organes des droits humains, spécialement le Haut commissariat aux droits de l’homme de l’ONU, le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en Iran, et les Rapporteurs sur les détentions arbitraires et la torture, à prendre des mesures efficaces pour sauver ce prisonnier politique soumis depuis plusieurs mois à des pressions et des tortures violentes et que l’on cherche à faire mourir de maladie sans le moindre soin.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 15 novembre 2014

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe