vendredi, janvier 27, 2023
AccueilCommuniqués CNRIIrak : vol des biens d’Achraf avec 50 camions à plate-forme et...

Irak : vol des biens d’Achraf avec 50 camions à plate-forme et pillage de 10 grand entrepôts

Achraf lootingCNRI – Depuis que Maliki a livré le camp d’Achraf en juillet à Hadi al-Ameri, commandant des terroristes de Badr, pour y rassembler les milices terroristes affiliées au régime iranien, le pillage des biens d’Achraf par la sécurité nationale irakienne dirigée par Fallah al –Fayaz, al-Ameri et le renseignement irakien qui sont officiellement responsables de la sauvegarde de ces biens, ainsi que par les éléments de Badr, a continué sur une échelle bien plus grande qu’auparavant.

 

Dans un communiqué du 24 juillet 2014, le Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne avait annoncé qu’en juillet, sur ordre de Hadi al-Ameri, 400 Jeeps Landcruiser Toyota avaient été volées à Achraf pour équiper la division Badr qui se reformait.

Hadi al-Ameri, cousin de Fallah al-Fayaz, a une nouvelle fois chargé ses hommes à Achraf ces dernières semaines de voler davantage de véhicules afin de compléter les besoins des nouvelles unités des milices terroristes formées sur ordre de Ghassem Soleimani, commandant de la force terroriste Qods.

À cet égard, le 31 octobre, un groupe de la sécurité nationale irakienne, avec d’autres mercenaires, ont profité des cérémonies religieuses du mois de Moharram pour prétexter de la protection des lieux saints, et sont allés à Achraf avec 50 camions à plate-forme. Ils les ont chargés de divers véhicules comme des Jeeps Landcruiser Toyota, des camions-citernes, des bulldozers et autres engins de construction.

Le 7 novembre, sept de ces camions qui transportaient sept Landcruisers et sept camions-citernes sont partis à Bagdad.

Le 9 novembre, vingt-six camions à plate-forme, transportant chacun deux camions IFA, ont quitté Achraf pour Bagdad dans un convoi. Des hommes de Badr protégeaient et dirigeaient ce convoi qui devait être livrés aux milices terroristes.

Le même jour, des hommes de l’organe de sécurité nationale et du renseignement ont utilisé sept autres camions à plate-forme pour enlever 14 autres véhicules d’Achraf sous prétexte de les emmener au sanctuaire d’Abbas dans la ville de Karbala.

Le 10 novembre, huit véhicules des Achrafiens, dont quatre jeeps Toyota et deux Landcruisers Toyota, ont été chargés sur des camions à plate-forme et un camion remorquant un autre camion en panne, ont été volés par les hommes de la sécurité nationale et du renseignement et emmenés à Bagdad.

En plus des véhicules, ces hommes se sont rendus aux grands entrepôts d’Achraf, ont fracturé les serrures de 10 d’entre eux – sur une trentaine – pour en piller les biens. Tous ces entrepôts avaient été verrouillés et scellés en septembre 2013 en présence de représentants de l’ONU avant que le dernier groupe d’Achrafiens ne partent. Chaque entrepôt est fermé par trois serrures ; les Achrafiens en possèdent une clé, la MANUI une autre et le gouvernement irakien la troisième.

De même, le 3 octobre 2014, sur ordre de Hadi al-Ameri, commandant de l’Organisation Badr, des transformateurs électriques du camp d’Achraf ont été volés. Ils avaient été achetés par les habitants et sont considérés comme leur propriété.

Le vol des biens d’Achraf donne lieu à une grande compétition entre les divers organes officiels et conduit parfois à des conflits internes. Le 11 novembre, le colonel Khairi nommé à la tête de la police de la ville d’al-Adhim par le général Jamil – un criminel qui dirige de police de la province de Diyala – est allé à Achraf avec des agents pour voler un chariot élévateur, deux camions IFA avec compartiments à l’arrière, deux Landcruisers Toyota, un bulldozers, un véhicule Toyota Saloon gris, et un autre Toyota Avilon gris pour les voler. Alors que le convoi sortait d’Achraf, un conflit a éclaté entre le colonel Khairi et Cheikh Hassan, représentant des services de renseignement et de la sécurité nationale à Achraf. Cheikh Hassan a empêché les véhicules de sortir sous prétexte qu’ils sont la propriété de la sécurité nationale.

Ce vol systématique intervient malgré le plan conjoint du 5 septembre 2013 de la MANUI et de l’ambassade américaine pour l’évacuation d’Achraf lorsque le dernier groupe d’Achrafiens a dû partir sur la base ce plan. Le texte stipule : « Le gouvernement irakien doit permettre aux habitants de vendre leurs biens à tout moment » et qu’il « passera en revue l’inventaire des biens avec les habitants en présence de l’ONU» et qu’il «doit protéger et garantir tous les biens d’Achraf. »

Dans une lettre du 6 septembre 2013 à Mme Maryam Radjavi, Mme Elizabeth Jones, alors secrétaire d’Etat adjoint américaine pour les Affaires du Proche-Orient soutenait ce plan et écrivait que si les habitants lui donnaient leur accord « les Nations Unies faciliteront la sauvegarde des biens d’Achraf par le biais d’une entreprise de sécurité locale de confiance que vous aurez retenue. L’ambassade des États-Unis fera tout son possible pour soutenir ces efforts. »Toutefois, dans la pratique, aucune promesse n’a été tenue et les efforts des habitants pour embaucher des firmes privées afin de protéger les biens d’Achraf n’ont pas abouti.

Durant cette période, les habitants n’ont pas été en mesure de vendre un seul dollar de leurs biens. Plus de 75 marchands irakiens se sont présentés au camp Liberty pour signer des contrats d’achats de biens d’Achraf mais n’ont pas été autorisés à entrer et certains ont été refoulés après avoir été insultés et battus. A chaque fois, les noms et les coordonnées des commerçants et la date de leur venue au camp Liberty avaient été fournis en détail au gouvernement irakien et à la MANUI plusieurs jours à l’avance, et aucune objection n’avait été soulevée.

Une fois de plus, la Résistance iranienne attire l’attention du gouvernement américain, des Nations Unies, et en particulier de la session du Conseil de sécurité de l’ONU sur l’Irak le 18 novembre, sur le pillage colossal et systématique des biens d’Achraf qui se fait en violation de tous accords trilatéraux et quadripartites entre les Achrafiens, le gouvernement irakien, le gouvernement américain et l’ONU. Elle appelle à une action immédiate du Conseil de sécurité de l’ONU et du gouvernement américain pour empêcher la poursuite du pillage, la restitution des biens volés, et pour prendre des dispositions en vue de la vente des biens des habitants par leur représentant légal, le sénateur américain Torricelli.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 15 novembre 2014

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe