lundi, novembre 28, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Plus de 91.200 décès dus au coronavirus dans 394 villes

Iran : Plus de 91.200 décès dus au coronavirus dans 394 villes

Organiser les examens d’entrée à l’université sans respecter les protocoles sanitaires minimums, c’est envoyer les étudiants à l’abattoir du coronavirus

• Bien que les autorités locales reconnaissent la grave pénurie d’établissements de soins de santé et le coût élevé des équipements, notamment des masques, Rohani a affirmé que de nombreux services de santé ont été fournis gratuitement au public. Comparez avec d’autres pays pour voir combien ils facturent en espèces pour lutter contre le coronavirus, a-t-il dit.
• Alireza Zali, chef du centre national de lutte contre le coronavirus à Téhéran : Certaines restrictions devraient continuer à l’automne. La présence physique des élèves dans les écoles pourrait être limitée. Cet automne sera le plus difficile.
• Le vice-président de la faculté des sciences médicales d’Ispahan : Au cours des six derniers mois, 2 500 personnes sont mortes du coronavirus dans les CHU (à l’exclusion de Kachan, Aran et Bidgol). Pendant deux semaines, le nombre d’hospitalisations était de 800 – 900, mais il est passé à 900 – 1000 ces cinq derniers jours. Il est possible que l’épidémie augmente de manière exponentielle en septembre. Le personnel médical est épuisé, les primes et le paiement des heures supplémentaires des médecins et du personnel sont en retard de 14 et 7 mois, respectivement (…) Le principal problème, mis à part la fatigue, est que nous ne nous concentrons pas sur la gestion de la maladie. (ISNA, 19 août)
• La porte-parole du ministère de la santé : La situation au Mazandaran est toujours problématique et fragile. Toutes les villes de la province, sauf une, sont dans le rouge.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a annoncé le 19 août 2020 que le nombre de décès dus au coronavirus dans 394 villes d’Iran avait dépassé 91 200. Le nombre de morts dans les provinces de Khorassan-Razavi est de 6534, de Khouzistan 6259, de Mazandaran 4333, d’Ispahan 3996, de Guilan 3831, de Lorestan 3762, de Sistan-Baloutchistan 2926, d’Alborz 2695, d’Azerbaïdjan oriental 2653, de Golestan 2645, de Fars 2573, de Hamedan 2339, de Kermanchah 2185, de Kurdistan 1824 et d’Hormozgan 1199.

À Téhéran, Alireza Zali, le chef du CNLC à Téhéran, a déclaré aujourd’hui au quotidien Hamshahri : « Certaines restrictions devraient contiuer à l’automne, et la présence physique des élèves dans les écoles pourrait être limitée. La province de Téhéran compte près de 14,8 millions d’habitants. Cette densité de population distingue Téhéran des autres provinces. Par exemple, dans la région du Baharestan, au sud-est de Téhéran, nous constatons une densité de population importante qui pourrait être confrontée à de sérieux défis dans le domaine de la santé et du traitement. Le nombre le plus élevé de personnes vivant dans des bidonvilles se trouve dans la province de Téhéran, qui a fait ses preuves plus qu’auparavant lors de la pandémie de coronavirus. Un million de personnes entrent chaque jour à Téhéran en provenance des provinces voisines et quittent la ville à la fin de la journée, une population qui peut contribuer de manière significative à la propagation du virus. Environ 40 % de ressortissants d’autres pays résident à Téhéran, dont 50 % illégalement et qui ne veulent pas se rendre dans les centres médicaux s’ils sont contaminés. Le ramassage des ordures, le travail des enfants et les toxicomanes sont d’autres éléments dangereux à Téhéran. Nous avons devant nous un automne inquiétant, le plus difficile de notre histoire contemporaine. »

En attendant, l’examen national d’entrée à l’université a commencé aujourd’hui et durera encore quatre jours. Des rapports de témoins oculaires montrent que, contrairement à toutes les promesses et déclarations précédentes, le régime n’a pas fourni le minimum de moyens nécessaires pour mettre en œuvre les protocoles de santé et maintenir la distance physique. Le risque propagation de la maladie est grave, et les étudiants sont envoyés à l’abattoir du coronavirus.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 19 août 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe