samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : plus de 76.400 décès dus au coronavirus 347 villes

Iran : plus de 76.400 décès dus au coronavirus 347 villes

• Malgré le nombre croissant de décès dus au coronavirus, Rohani déclare sans vergogne : « Quel que soit la situation, rouge, jaune ou en alerte, nous devons partout célébrer les cérémonies du mois sacré de Moharam. »
• Iraj Harirchi, vice-ministre de la Santé du régime : La situation à Machad est passée de rouge à critique, et le mois dernier, le nombre d’hospitalisations a augmenté de 300%.
• Quelque 1921 patients sont hospitalisés dans les CHU de Mazandaran et de Babol. Ces dernières 24 heures, 312 malades du coronavirus ont été hospitalisés dans les CHU de Mazandaran.
• La faculté des sciences médicales d’Arak : Si la situation continue comme ça, nous devrons mettre en place des hôpitaux de campagne ou installer des lits en plein air dans la cour de l’hôpital.
• Les unités de soins intensifs de Kachan se remplissent. C’est alarmant pour les patients gravement malades.
• La faculté des sciences médicales de Qom : Le nombre de patients atteints de coronavirus hospitalisés a triplé depuis le 21 mai.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a annoncé le 25 juillet 2020 que le nombre de décès dus au coronavirus dans 347 villes d’Iran avait dépassé 76.400. Le nombre de morts dans les provinces de Khorassan-Razavi est de 5705, d’Ispahan 3528, de Mazandaran 3440, de Lorestan 2995, de Sistan-Baloutchistan 2395, de Golestan 1998, de Kermanchah 1890, de Khorassan du Nord 1115 et d’Ardebil 810.

Alors que le nombre de décès dus au coronavirus augmente tragiquement et que selon le ministère de la Santé du régime, plus de 80% du pays est dans le rouge ou en état d’alerte, Rohani n’a pas hésité à déclarer : « Quel que soit la situation rouge, jaune ou en alerte, nous devons partout célébrer les cérémonies du mois sacré de Moharam. » Il a ajouté sans vergogne : « Il ne doit pas y avoir de foule (…) et il faudra respecter les protocoles sanitaires. »

Dans le Khorassan-Razavi, Iraj Haririchi, le vice-ministre de la Santé du régime, a déclaré hier à la télévision Astan Razavi : « La situation du coronavirus à Machad est passée du rouge au critique (…) Le mois dernier, nous avons constaté une augmentation de 300% des hospitalisations, ce qui est très dangereux. » Selon la même télévision régionale, le président de la faculté des sciences médicales de Nichapour a déclaré : « Actuellement, le nombre d’hospitalisations et de décès à Nichapour est plus élevé qu’à la fin du mois de février. »

A Qazvine, un porte-parole du centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC), a déclaré à l’agence Mehr, aujourd’hui, que « les restrictions seront prolongées de deux semaines supplémentaires étant donné l’augmentation des décès et des cas positifs. Les décès ont presque doublé par rapport à la semaine dernière et la poursuite de ce processus est très préoccupante ».

A Qom, le président de la faculté des sciences médicales a déclaré aujourd’hui à l’agence IRNA : « Le nombre d’hospitalisations dues au coronavirus a triplé depuis la mi-mai. » Le directeur de la gestion de crise de la province de Qom a déclaré à l’agence Tasnim aujourd’hui : « Qom est sur le point de lancer une alerte sur la nouvelle vague d’épidémie et si le nombre de malades et de décès augmente, nous devrons réimposer des restrictions. »

Selon l’agence ISNA, dans le Mazandaran, aujourd’hui, « le coronavirus se propage de manière incontrôlée et le nombre de patients et de personnes hospitalisées augmente chaque jour à un tel point qu’actuellement 1921 patients sont admis dans les CHU de Mazandaran et de Babol. » Le président de la faculté des sciences médicales de Mazandaran a déclaré : « Sur la base du diagnostic clinique, ces dernières 24 heures, 312 patients suspectés de coronavirus ont été admis dans les CHU de la province. »

Selon l’ISNA, un porte-parole de la faculté des sciences médicales d’Ispahan a déclaré aujourd’hui : « Le taux de cas aigus à Ispahan s’est accéléré. 880 patients atteints de coronavirus ont été hospitalisés, dont 146 dans un état critique en USI. »

Evoquant la progression de la deuxième vague à Kachan, le responsable du Réseau de santé de la ville a déclaré aujourd’hui à Tasnim : « Les unités de soins intensifs de Kachan sont pleines et c’est une sorte d’alarme pour les patients gravement malades (…) Il y a une tendance à la hausse depuis la dernière semaine de juin, et nous constatons une lente augmentation des cas positifs. »

Selon l’ISNA, dans la province de Markazi, « l’hôpital Amir Al-Momenine, qui fonctionne comme centre de traitement du coronavirus à Arak depuis fin mai, était saturé le 21 juillet, et par conséquent, l’hôpital Khansari est devenu le deuxième centre de traitement du coronavirus. Il a été occupé dans les 24 heures. » Le président de la faculté des sciences médicales d’Arak a déclaré: « Avec l’occupation complète de l’hôpital de Khansari, un troisième hôpital devrait être envisagé. Si ce processus se poursuit, il faudra soit créer un hôpital de campagne, soit installer des lits dans la cour de l’hôpital. »

Dans la province de Chaharmahal-Bakhtiari, le directeur adjoint des soins à la faculté des sciences médicales a déclaré aujourd’hui à l’IRNA : « 143 membres du personnel médical de la province sont contaminés. Six mois après l’apparition du coronavirus, le personnel est fatigué. Le personnel des unités spéciales du coronavirus est sur le pont depuis des mois, et comme le travail dans ce service nécessite une expertise, il n’est pas possible d’utiliser le personnel d’autres services, il y a donc un besoin de personnel de soutien spécialisé dans ce domaine. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI)
Le 25 juillet 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe