lundi, novembre 28, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Plus de 75.900 décès dus au coronavirus dans 347 villes

Iran : Plus de 75.900 décès dus au coronavirus dans 347 villes

· Des médecins du Mazandaran : au moins 2800 malades du coronavirus hospitalisés dans la province. La situation à Qaemshahr et Amol est catastrophique. Les hôpitaux de Sari sont pratiquement saturés. Il n’y a pas de lits vides à Djouybar. 80% des lits de Behchahr, 90% des lits de Babol et 70% des lits de Chalous et Nochahr sont occupés et les lits vides sont rapidement remplis. Plus de 1200 membres du personnel médical ont été contaminés et 450 sont en congé de maladie. Il faut fermer le Mazandaran.

· Le vice-ministre de la Santé : Plus de 200 décès par jour dus au coronavirus, c’est un chiffre très élevé. Pendant la guerre nous avions 60 morts par jour.

· Ressalat, quotidien affilié à Khamenei : L’un des problèmes c’est que, malheureusement, des gens entrent dans des domaines de spécialisation dans lesquels ils ne sont pas spécialistes, comme le président.

· La faculté de médecine de Zandjan : La plupart des régions de cette province sont dans le rouge et nous serons confrontés à un défi de taille en automne et en hiver.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a annoncé le 24 juillet que le nombre de décès dus au coronavirus dans 347 villes d’Iran a dépassé les 75.900. Le nombre de morts dans les provinces de Téhéran est de 18.800, de Khorassan-Razavi 5625, de Khouzistan 5550, d’Azerbaïdjan occidental 2285, d’Azerbaïdjan oriental 2215, de Fars 1870, de Khorassan du Nord 1055, de Bouchehr à 817, de Zandjan 710, d’Ilam 585 et de Khorassan du Sud 267.

Alors que selon le ministère de la Santé, 25 des 31 provinces du pays sont dans le rouge ou en état d’alerte, et tandis que même lorsque les chiffres tronqués sont donnés au goutte à goutte et établissent constamment de nouveaux records du nombre de victimes et de malades, Rohani a déclaré hier après-midi au centre national de lutte contre le coronavirus : « La raison du regain d’épidémie dans certaines parties du pays ne sont pas les activités économiques et sociales, mais le manque de respect strict et complet des instructions sanitaires et la tenue de rassemblements et de cérémonies comme les mariages et les funérailles. » Or plus tôt dans la journée, Haririchi, vice-ministre de la Santé, avait déclaré: « Le nombre de décès a augmenté de 50% par rapport à avril et mars, et c’est le résultat de notre travail et de ce qu’on a fait en juin, ainsi que du retour à la normale. » (ILNA, 22 juillet)

Dans la matinée du 23 juillet, le quotidien Ressalat, affilié à la faction de Khamenei, a écrit : « Bien que les chiffres établissent un nouveau record en signe d’une terrible augmentation du virus, il semble que la politique de ces messieurs, en particulier du président, soit basée sur le fait que chaque personne soit infectée au moins une fois par ce virus. Parfois, des responsables et même des experts expriment des généralités selon lesquelles le virus se propagera davantage si les protocoles de santé ne sont pas suivis. Tout le monde le sait, mais il faut prendre des mesures pratiques pour éviter la propagation (…) L’un des problèmes c’est que, malheureusement, des gens entrent dans des domaines de spécialisation dans lesquels ils ne sont pas spécialistes, comme le président ! »

Iradj Haririchi a également estimé que plus de 200 décès par jour dus au Covid-19 est un chiffre élevé par rapport au nombre de morts pendant guerre, qui était de « plus de 60 par jour ». Il a ajouté : « Actuellement, plus de 20% des décès dans le pays sont dus à l’épidémie de coronavirus. Auparavant, moins de 20% de toutes les maladies infectieuses causaient les décès.» (Aftab News, 24 juillet).

Dans le Mazandaran, selon des médecins, au moins 2800 malades du coronavirus sont hospitalisés dans la province. Les hôpitaux de Ghaemchahr et d’Amol ont chacun plus de 200 malades. La situation dans ces deux villes est catastrophique. Les hôpitaux de Sari sont pratiquement saturés. Il n’y a pas de lits vides à Djouybar. 80% des lits de Behshahr, 90% des lits de Babol et 70% des lits de Chalous et Nochahr sont occupés et les lits vides sont rapidement remplis. Plus de 1 200 membres du personnel médical ont été touchés et 450 sont en congé de maladie. Ils estment qu’il faut fermer le Mazandaran.

Le président de la faculté des sciences médicales du Khorassan du nord, déclaré: « Cette province est l’une des 4 premières provinces du pays où le nombre d’hospitalisations en raison du Covid-19 est en augmentation. La situation est dans le rouge dans les villes de Shirvan, Esfarayen, Bojnourd, Maneh et Samolghan » (Agence Fars, 24 juillet).

Dans la province de Fars, le service des relations publiques de la faculté de médecine de Chiraz a déclaré: « Actuellement, 1214 patients suspectés de coronavirus sont hospitalisés dans les hôpitaux de la province et 116 sont en USI. Ces dernières 24 heures, 13 personnes ont perdu la vie.» (Agence Fars, 23 juillet).

Le vice-président de la faculté des sciences médicales de Zandjan a déclaré: « Actuellement, la plupart des régions de la province sont dans le rouge (…) en raison des prochaines saisons froides, il faudra faire face à de sérieux défis pour soigner les patients. » (IRNA 24 juillet).

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 24 juillet 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe