dimanche, octobre 2, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsAppel à sauver la vie de Kamran Rezaïfar, prisonnier politique condamné à...

Appel à sauver la vie de Kamran Rezaïfar, prisonnier politique condamné à mort en Iran

Appel à sauver la vie de Kamran Rezaïfar, prisonnier politique condamné à mort en Iran
Appel à sauver la vie de Kamran Rezaïfar, prisonnier politique condamné à mort en Iran

L’appareil judiciaire criminel des mollahs vient de prononcer une peine de mort à l’encontre du prisonnier politique Kamran Rezaïfar, l’accusant de « mohareh » ou « guerre contre Dieu ». Cette sentence a été prononcée par le juge Amouzad à la 28e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran.

Kamran Rezaïfar a été arrêté par les agents du ministère du Renseignement en janvier 2020 pour soutien à l’organisation des Moudjahidine du peuple (OMPI/MEK) et incarcéré dans les quartiers 240 et 209 d’Evine pour interrogatoire. Il a été longtemps soumis en cellule d’isolement à des tortures physiques et psychologiques pour lui arracher des aveux forcés. Afin de le torturer psychologiquement, les services de renseignement ont également arrêté et emprisonné des membres de sa famille, dont sa femme et son fils.

Après sa période d’interrogatoire Rezaïfar a été libéré sous une lourde caution et sous condition. Mais moins d’un mois plus tard, il a été de nouveau arrêté en juin 2020 et incarcéré à Evine. En janvier 2021, il a été jugé dans un simulacre de procès par la 28e chambre du tribunal de la révolution.

La Résistance iranienne appelle le Secrétaire général de l’ONU, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et sa Haut-Commissaire, ainsi que toutes les organisations de défense des droits humains à prendre des mesures d’urgence pour sauver la vie de Kamran Rezaïfar et d’autres condamnés à mort, en particulier les prisonniers politiques. Le dossier des crimes du régime des mollahs doit être renvoyé devant le Conseil de sécurité de l’ONU. Les dirigeants de ce régime, en particulier Khamenei, son président Raïssi et son chef du judiciaire Mohseni-Eje’i, doivent être traduits en justice pour quatre décennies de génocide et de crimes contre l’humanité.

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 4 novembre 2021

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe