vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceDétresse de Khamenei devant la confusion dans la faction au pouvoir

Détresse de Khamenei devant la confusion dans la faction au pouvoir

 Mascarade électorale en Iran n° 25

Mise en garde aux candidats de sa propre faction de ne pas « perdre de temps »

Malgré l’élimination de Rafsandjani, le guide suprême du régime des mollahs Khamenei est confronté au chaos dans sa propre faction et à une crise de son mécano électoral. Tandis que sur ses ordres, Hadad-Adel s’est désisté, sa faction continue de se déchirer sur ses divers candidats.

L’organe de Khamenei, le quotidien Keyhan, écrit le 12 juin qu’il est nécessaire pour les candidats de sa faction de former rapidement une alliance. Alors que tous les leviers du pouvoir sont dans les mains de Khamenei, son représentant dans ce journal, Hossein Chariatmadari, accuse la faction rivale de « mécano invisible »  électoral et écrit : « d’un côté il y a les voix unanimes du front des réformateurs et de l’autre l’éclatement persistant des voix chez les fondamentalistes (…) Le nombre de candidats des fondamentalistes va entrainer l’éclatement en plusieurs branches les voix massives et de loin les plus nombreuses des fondamentaliste et feront en sorte que les voix des réformateurs leur permettront de rivaliser, du moins d’arriver au deuxième tour. N’est-ce pas la situation ? »

S’adressant aux candidats de la faction de Khamenei, Chariatmadari renchérit : « Si vous préférez à votre présence à la présidence de la république, la présence et la continuation des fondamentalistes – préférence que vous devez faire sinon vous n’êtes pas des fondamentalistes – pourquoi et comment justifiez-vous le fait de ne pas changez le problème des « candidats multiples » en un seul candidat ? »

Il a jouté : « Le bon sens voudrait que les candidats fondamentalistes s’assoient autour d’une table sans perdre de temps et choisissent l’un d’entre eux. Ensuite après la victoire – qui de cette façon serait définitive et sans l’ombre d’un doute au premier tour – ils formeraient un gouvernement avec l’ensemble des candidats fondamentalistes (Keyhan, 12 juin). »

De son côté, le mollah Zolnour, représentant de Khamenei au sein des gardiens de la révolution, a déclaré : « Trois personnes chez les fondamentalistes comme Velayati, Qalibaf et Jalili doivent arriver à la conclusion de faire alliance entre eux et de nommer une seul personne » (site du club de la presse, affilié aux pasdarans, 12 juin)

Le site Qods Online, lié lui aussi aux pasdaran, propose le même jour que Jalili, Velayati et Qalibaf s’unissent et deviennent respectivement président, premier vice-président et ministre des Affaires étrangères.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne
Le 12 juin 2013

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe