mercredi, février 1, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafAppel international pour soigner 42 blessés graves de l’attaque du 8 avril...

Appel international pour soigner 42 blessés graves de l’attaque du 8 avril contre Achraf

• 22 Achrafiens sans défense écrasés par des véhicules Humvee et Hummer, dont 4 tués
• 225 Achrafiens blessés par balles ou par éclats de grenades
• Sur 345 blessés, 93 se sont présentés dans des hôpitaux publics où ils ont reçu des soins très superficiels et ont été ramenés à Achraf où les forces américaines en ont hospitalisés 7 dans leur établissement militaire près d’Achraf
• Malgré les recommandations du secrétaire américain à la Défense sur l’assistance médicale aux blessés d’Achraf, les forces américaines n’ont entrepris aucune autre démarche sérieuse pour les soigner
• La poursuite du blocus médical à Achraf et les obstacles à l’accès libre aux soins aux frais des résidents, visent à achever les malades dans la souffrance
CNRI – Plus d’un mois après l’attaque meurtrière des forces irakiennes contre les habitants dans défense d’Achraf le 8 avril 2011 qui a fait 35 martyrs et 345 blessés, 42 blessés graves n’ont toujours pas reçu de soins appropriés.

 

Huit d’entre eux qui souffrent de fractures ou d’os écrasés, de blessures de grandes tailles et profondes à la poitrine et aux poumons nécessitant des interventions chirurgicales, sont en tête des priorités. Quatre de ces huit blessés sont actuellement hospitalisés à Bagdad mais il n’y a aucun espoir qu’ils reçoivent des soins sérieux (il  s’agit d’Ali Abolfathi, Mansour Hadjian, Mojatab Chadbach, Mitra Ilkhani, Mohammad-Reza Rahimi, Nasser Kalhor, Karamyar Moradi et Mohammad-Reza Salehpour).

Treize autres personnes, en raison de problèmes de visions dus à des contusions cérébrales, des blessures par balles à la tête, les nerfs endommagés, des fractures des membres, des blessures aux poignets ou aux chevilles, ont besoin de consulter des spécialistes et d’interventions chirurgicales (Il s’agit d’Ahmad Nazem Zomorodian, Parviz Bazoft, Moussa Javdan, Siamak Raji, Ardechir Charifian, Mohammad Heydari, Asghar Mohammadi, Reza Salami, Ali Kazemi, Mohammad Abdoli, Akbar Kazemi, Saïd Abdi et Javad Rabi’i).

21 autres blessés qui auparavant en raison de blessures par balles à l’abdomen, à l’épaule, à l’omoplate ou ont été amputés d’un membre suivaient un traitement relatif, ont besoin d’un suivi et d’un traitement complémentaire en raison de la gravité de leurs blessures et d’autres points du corps touchés (Il s’agit de Mohsen Khosravani, Jafar baba’i, Kioumars Najib, Mohammad–Taghi Abkhezr, Gohar Salehi, Dariouch Rostami, Mojtaba Zargar, Mohammad Tacharofi, Habib Akhbari, Ali Fatehi, Hossein Mottaki, Chirine Moshfegh-Nia, Youssef Mobarhan, Chahbaz Etminan, Ali Zanguiabadi, Tayebeh Massih, Dariouch Karimi, Hossein Golizadeh, Majid Mohammadi, Omid Saïdi  et Seifollah Gheitani).

Au cours du moins passé, sur un total de 345 blessés, malgré les demandes répétées, seuls 93 d’entre eux (près de 27%) ont pu se rendre dans les hôpitaux publics de Baqouba et de Bagdad, d’où ils ont été renvoyés à Achraf après des soins incomplets. De telles manière que les forces américaines, après examen, en ont pris 7 en charge dans leur hôpital militaire près d’Achraf. Lors de l’attaque du 8 avril, sur ordre de Maliki, 22 Achrafiens sans défense ont été écrasé par des véhicules Humvee et Hummer et 4 d’entre eux ont été tués sous les roues des blindés.

Malgré les recommandations du secrétaire américain à la Défense sur l’assistance médicale aux blessés d’Achraf (site du Pentagone du 8 avril), l’armée américaine n’a pis aucune nouvelle mesure sérieuse de puis un mois pour les soigner.

Alors qu’Achraf est depuis deux ans et demi sous blocus, en particulier un blocus médical, le reste des blessés n’ont bénéficié que de moyens très minimes à la disposition des médecins d’Achraf. Or les blessés par balles et par éclats de grenade doivent changer de pansements tous les jours et doivent prendre des antibiotiques pour prévenir les infections. L’entrée de médicaments et des fournitures médicales étant interdite à Achraf et une grande partie des médicaments achetés par les Achrafiens pour des dizaines de milliers de dollars, ont été confisqués par Omar Khaled, directeur du centre de torture baptisé « Hôpital du Nouvel Irak ».

La Résistance iranienne appelle l’ensemble des organisations et des instances internationales, en particulier le gouvernement américain qui s’est engagé sur la protection et le traitement humain des Achrafiens, de prendre des mesures urgentes pour soigner les 42 blessés graves et annuler les restrictions médicales. Les malades doivent bénéficier de l’accès libre à tous les soins médicaux.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 10 mai 2011
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe