jeudi, février 9, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsA la suite de la condamnation des violations des droits de l’homme...

A la suite de la condamnation des violations des droits de l’homme en Iran par l’Assemblée générale de l’ONU

Mme Radjavi demande la saisie du dossier du régime par le Conseil de sécurité
et appelle à faire juger Khamenei par la cour internationale de La Haye

CNRI – Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, s’est félicitée de la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU condamnant la dictature des mollahs.

Adressant ses félicitations au peuple iranien, elle a souligné que l’adoption de la 58e résolution condamnant les crimes inhumains du régime du guide suprême aujourd’hui dans la plus haute instance mondiale, à savoir l’Assemblée générale de l’ONU, reflète la ferme confirmation par l’humanité contemporaine du juste droit du peuple iranien de résister au fascisme religieux pour instaurer la liberté et la souveraineté populaire en Iran. Ce vote international condamne et récuse tout marchandage avec ce régime inhumain, toute assistance et son maintien au pouvoir.

Bien que cette résolution ne donne qu’une image restreinte des souffrances et du long calvaire de la nation iranienne sous la tyrannie la plus sauvage et la plus sanguinaire du monde contemporain, a ajouté Mme Radjavi, elle montre cependant clairement que la dictature des mollahs avec ses violations systématiques des droits humains, ses exécutions arbitraires, ses châtiments moyenâgeux, ses discriminations et oppressions en matière religieuse, ethnique et sexuelle, et avec un mépris total pour toutes les conventions internationales, n’a rien de commun avec les droits de l’homme et l’humanité contemporaine.

Mme Radjavi a mis en avant que face à un tel régime, il est nécessaire que l’ensemble des gouvernements, en particulier les grandes puissances et les membres permanents du conseil de sécurité abandonnent définitivement la politique de complaisance et de tolérance avec ce régime inhumain et qu’ils se placent du côté du peuple iranien et de sa résistance pour la liberté.

Elle a appelé la communauté internationale à soumettre, via le conseil de sécurité de l’ONU, le dossier des violations des droits de l’homme par le fascisme religieux au tribunal international de La Haye. Le peuple iranien veut un mandat d’arrêt de Khamenei et qu’il soit jugé pour ses crimes contre l’humanité.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 19 décembre 2011