lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceUSA : Un panel bipartite rend hommage aux opposants iraniens en Irak

USA : Un panel bipartite rend hommage aux opposants iraniens en Irak

Il exhorte la secrétaire d’État Clinton à retirer de la liste l’opposition iranienne, et à garantir la réinstallation pacifique de tous les résidents du camp d’Achraf dans des pays tiers. PRNewswire-USNewswire, Washington, 28 août – Lors d’un symposium dans l’hôtel historique du Willard Intercontinental à Washington, d’anciens hauts responsables américains ont exhorté le département d’État à retirer de la liste noire le principal groupe d’opposition iranien, les Moudjahidine du peuple (OMPI), et à protéger ses membres dans les camps d’Achraf et de Liberty en Irak.

 

Dans ses propos d’ouverture, l’ancien congressman Patrick Kennedy a fait référence au sixième groupe de 400 personnes parmi les résidents du camp d’Achraf qui se préparaient à quitter Achraf pour le camp Liberty : « Tandis que le sixième convoi part en raison du leadership et du geste de bonne volonté de Madame Radjavi, il est bon d’appeler le gouvernement irakien, les Nations Unies et M. Kobler à faire enfin ce qui est juste, à savoir honorer les questions humanitaires soulignées dans le Protocole d’Accord. »

Le Général James Jones, ancien conseiller de la Sécurité nationale du président Obama, a déclaré dans un message écrit : « Ce qu’il est juste de faire. ce qui est humanitaire, c’est que les États-Unis retirent la désignation terroriste qui pèse actuellement sur les personnes du camp d’Achraf et du camp Liberty, ainsi que de prendre fait et cause pour un programme de déplacement vers des pays tiers aussitôt que possible. »

L’ancien ministre de la Justice Michael Mukasey a qualifié le lien établi par la secrétaire d’État Clinton entre la coopération dans la fermeture d’Achraf et le retrait de la liste de l’OMPI comme étant « complètement anarchique, parce que cela n’a rien à voir avec les normes des textes des lois ». Il a ajouté : « Maintenir la désignation de l’OMPI sur la liste constitue le principal obstacle à la réinstallation, et l’OMPI a fait tout qui est en son pouvoir pour se plier même à la demande la plus hors de propos qu’Achraf soit fermé. Trop, c’est trop. » Le juge Mukasey a conclu sur le fait que les résidents du camp d’Achraf « ont mis leur vie en jeu une fois de plus en tentant d’organiser encore un autre convoi, et ils ont été contrariés dans ces efforts ; il n’est plus temps d’exhorter à un nouvel arrangement de la part des résidents, il est temps d’exhorter le département d’État au bon sens ».

L’ancien directeur de la CIA Porter Goss a ajouté : « Mon travail consiste à trouver des terroristes (…) Nous avons cherché dans le camp d’Achraf et nous n’en avons pas trouvé (…) Personne n’a pu en trouver ; nous avons envoyé le FBI, nous avons envoyé l’armée. »

L’ancien sénateur de New York Alfonse D’Amato était d’accord : « L’OMPI est l’ennemi juré des mollahs corrompus qui sont là maintenant. Faisons-en notre ami … Faisons tomber le terrorisme. »

L’ancien président de la Chambre Dennis Hastert a affirmé que l’accent devait être mis sur le fait de s’assurer que l’OMPI soit retirée de la liste. « Si cela se produit, cela supprime le problème d’Achraf. Cela supprime le problème du camp Liberty et donne aux gens la possibilité d’être envoyé dans un pays de leur choix. » Quant à l’impact de la voix du Congrès jusqu’à maintenant, M. Hastert a déclaré : « Je pense que cela met le département d’État dans une situation précaire du fait de la réticence qu’il montre à retirer l’OMPI de la liste. Si le département d’État ne fait pas son travail, le Congrès peut retenir une partie du financement du département d’État. »

« Ce qui n’est pas compliqué, » a dit l’ancien gouverneur du Colorado Bill Ritter « c’est cette question de retirer l’OMPI de la liste … D’une perspective juridique, cela pourrait apparaître comme la seule chose que nous puissions faire. » Le gouverneur Ritter a ajouté : « Après avoir observé les promesses faites en 2003 non seulement par le gouvernement des États-Unis et les Nations Unies, mais également par la communauté internationale, à beaucoup d’égards, celles-ci ont été réellement rompues de manière unilatérale. » « Cette idée de transférer d’Achraf à Liberty et que cela serait dans un sens une transition, pour le peuple américain, une transition vers un endroit pire au lieu d’un endroit meilleur, ce n’est pas une transition correcte. », a-t-il ajouté.

L’ancien commandant des forces de la coalition en Afghanistan, le général Dan McNeill, a déclaré : « Un Iran doté d’armes nucléaires avec le gouvernement actuel serait un facteur déstabilisant et traumatisant non seulement pour le Golfe mais pour une raison plus large. Où s’arrêtera-t-il ? » Le général McNeill a ajouté : « Je recommande en effet de remplacer un tel gouvernement répressif, par le plébiscite et la demande populaire, cela serait bien plus juste. Cela servirait également d’exemple à d’autres dans la région. »

« Lorsque je parle au département d’État, ils disent « oh ! c’est l’OMPI », comme si d’une manière ou d’une autre ce sont des terroristes. Eh bien, prouvez-le! La cour vous a contraint de le prouver, et j’étais assis dans cette salle d’audience au tribunal. Et je n’ai rien entendu. Où est la preuve ? Je n’ai rien entendu du côté de mes amis au département d’État. Je continue de demander au département du Trésor « où est la preuve ? ». Je n’obtiens pas de réponse du côté du département du Trésor. J’ai demandé au département de la Justice : où est la preuve que c’est une organisation terroriste ? Je ne peux même pas obtenir le bénéfice d’une réponse. » a indiqué l’ancien haut conseiller de la Maison Blanche l’ambassadeur Marc Ginsberg.

SOURCE : la communauté irano-américaine de la Californie du nord.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe