samedi, novembre 26, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyUn voyage en Iran fustigé par la presse britannique

Un voyage en Iran fustigé par la presse britannique

CNRI – La semaine dernière, cinq parlementaires britanniques, connus pour leurs prises de position en faveur du régime des mollahs, se sont rendus à Téhéran. Cette visite est sévèrement critiquée par le Daily Telegraph du 11 janvier.

Le chroniqueur Christopher Booker écrit :

« Vendredi dernier, dans l’émission ‘Today’ sur BBC 4, Jack Straw a expliqué comment lui et quatre autres députés se sont rendus à Téhéran pour voir de leurs propres yeux les espoirs d’ouverture d’Hassan Rohani, le nouveau président du régime iranien. M. Straw a reconnu que bien sûr, il n’a parlé à aucun des «dissidents». Ceux-ci auraient pu lui parler des 600 Iraniens exécutés en 2013, dont deux tiers depuis la prise de fonction de M. Rohani, un soi-disant ‘réformateur modéré’.

Ce même Jack Straw avait déjà admis que lorsqu’il était ministre de l’Intérieur en 2001, ‘à la demande’ de Téhéran, il avait inscrit l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), le principal mouvement d’opposition iranienne, sur la liste des organisations ‘terroristes’, une décision que le gouvernement britannique a dû annuler, sur ordre du Baron Phillips, le Président de la Cour Suprême du Royaume Unis. En effet, le gouvernement n’a pas été en mesure de produire la moindre preuve pour étayer la décision susmentionnée de M. Straw.

J’ai déjà écrit plusieurs chroniques sur l’histoire tragique des 3400 opposants iraniens exilés en Irak. Ces personnes non armées qui sont membres de l’OMPI vivaient jusqu’en 2011 au camp d’Achraf, une ville qu’ils avaient construite dans le désert irakien. Ils ont été trompés par le représentant du Secrétaire général de l’ONU en Irak. Ce dernier les a obligés à quitter le camp d’Achraf pour aller au camp Liberty, situé près de Bagdad. Le camp Liberty est en réalité une horrible prison. L’an passé, à quatre reprises, ces opposants iraniens ont été attaqués par des roquettes tirées par une unité spéciale agissant sur ordre du Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki. Cette unité collabore étroitement avec la Force Qods (une branche des pasdaran iraniens) qui sème la terreur à travers le Moyen-Orient et qui est le principal allié du président syrien, Bachar El-Assad.

Lors d’une attaque contre le camp d’Achraf, survenue au mois de septembre, 52 membres de l’OMPI, ont été tués. Un bombardement du camp Liberty, le lendemain de Noël, a fait sept morts et plus de 70 blessés. Voila le vrai visage de cette ‘axe du mal’ que M. Straw et beaucoup d’autres en Occident espèrent embrasser chaleureusement. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe