jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsUn groupe de défense des droits humains dénonce les pratiques du régime...

Un groupe de défense des droits humains dénonce les pratiques du régime en Iran

Un groupe de défense des droits humains dénonce les pratiques du régime en IranCNRI – Le rapport annuel 2006 d’Amnesty International sur la situation des droits humains dans le monde en 2005 a été publié aujourd’hui. Le rapport condamne les violations des droits en Iran.

Selon AI : « Un grand nombre de prisonniers politiques, dont des prisonniers de conscience, continuent de purger des peines de prison imposées par des jugements inéquitables des années auparavant. Des centaines d’autres ont été arrêtés en 2005, la plupart dans des situations de troubles civils dans des zones peuplées par des groupes minoritaires."

"Des journalistes d’Internet et des défenseurs des droits humains sont détenus arbitrairement sans qu’ils puissent avoir accès à leur famille ou à une représentation légale, et souvent dans des centres de détention secrets. L’intimidation des familles des personnes arrêtées persiste. La torture demeure un lieu commun. Au moins 94 individus ont été exécutés, dont minimum huit personnes de moins de 18 ans au moment de leur crime présumé. Le fouet est une sentence largement utilisée. Le nombre réel de personnes exécutées ou sujettes à des châtiments corporels serait considérablement plus élevé que le nombre de cas rapportés.»

Quant à la répression des minorités, le rapport affirme : « Les lois et les pratiques discriminatoires restent une source de conflit social et politique et de violations des droits humains, en particulier contre les minorités ethniques et religieuses en Iran. En juillet, le rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à un logement convenable s’est rendu en Iran. Il a constaté que la discrimination sévissait dans la distribution des ressources, dans l’accès au logement et dans la qualité du logement, l’accès à l’eau et aux installations sanitaires dans les zones peuplées par les minorités ».

Le rapport s’est également concentré sur la torture et les châtiments cruels, inhumains et dégradants : « La torture continue de faire partie de la routine dans un grand nombre de prisons et de centres de détention. Au moins cinq personnes sont décédées en détention. Dans plusieurs cas, la torture ou les mauvais traitements ont probablement été un facteur. Il est aussi de plus en plus commun de priver les prisonniers politiques de traitements médicaux. »

Concernant la liberté d’expression et d’association, AI a écrit : « La liberté d’expression et d’association demeure sévèrement réduite. Des journalistes et des blogueurs ont été jetés en prison et certains journaux ont été fermés. Les proches des détenus ou des personnes recherchées par les autorités risquent de subir du harcèlement ou des actes d’intimidation ».

Au sujet des violations des droits des femmes, le rapport annuel ajoute : « Le rapporteur spécial de l’ONU sur la violence contre les femmes s’est rendu en Iran en janvier février. Elle a dénoncé les arrestations arbitraires, la torture et les mauvais traitements faits aux femmes, y compris les défenseurs des droits des femmes, et a appelé l’Iran à adopter un plan d’action national pour promouvoir et protéger les droits humains et éliminer la violence contre les femmes. Elle a également fait part de son inquiétude quant aux lois discriminatoires et les dysfonctionnements dans l’administration de la justice qui débouchent sur l’impunité des agresseurs et perpétuent la discrimination et la violence contre les femmes ».

« Le rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à un logement convenable a fait remarquer le lien entre discrimination contre les femmes et le logement ainsi que l’absence de refuges pour les femmes victimes de violence », a ajouté le rapport.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe