mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeUn espion de la Force Qods du régime iranien condamné à sept...

Un espion de la Force Qods du régime iranien condamné à sept ans de prison

Ali Mansouri – qui a obtenu la nationalité belge par mariage – a été arrêté à l’aéroport de Tel Avive en 2013 alors qu’il avait sur lui des photographies de l’ambassade américaine à Tel Avive et des photographies d’autres sites sensibles

Le mardi 21 avril, un homme belge d’origine iranienne qui a travaillé pour la Force Qods a été condamné par un tribunal israélien à sept ans de prison pour espionnage au profit du régime iranien. Ali Mansouri – qui a obtenu la nationalité belge par mariage – a été arrêté à l’aéroport de Tel Avive en 2013 alors qu’il avait sur lui des photographies de l’ambassade américaine à Tel Avive et des photographies d’autres sites sensibles.

Il voyageait avec un passeport belge sous le nom d’Alex Mans. Il projetait d’effectuer à l’avenir d’autres voyages en Israël et voulait également enregistrer une entreprise en Israël, selon les rapports des médias.

Mansouri s’est rendu en Israël à trois reprises après avoir été recruté en 2012 par une unité des opérations spéciales des Gardiens de la Révolution du régime iranien.

Ali Mansouri avait également fait des tentatives infructueuses pour infiltrer le mouvement d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).

Selon un communiqué des instances judiciaires en Israël, Ali Mansouri a admis qu’il a eu des liens avec les services secrets iraniens et qu’il a fait de l’espionnage pour le compte des Gardiens de la Révolution du régime iranien.

Dans le passé, la Résistance iranienne a demandé à plusieurs reprises que les agents basés à l’étranger du ministère des Renseignements et de la Sécurité du régime iranien (VEVAK) et de la Force Qods soient arrêtés, jugés et expulsés des pays européens.

Les services de contre-espionnage de plusieurs pays européens, notamment l’Allemagne, Pays-Bas et Suède, avaient stipulé à plusieurs reprises dans leurs rapports annuels que la mission la plus importante du VEVAK à l’étranger est de mener des activités contre l’OMPI et le CNRI, pour collecter des informations sur eux et pour les diaboliser.