mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceUn comité juridique transatlantique rappelle aux Etats-Unis leurs obligations vis-à-vis d'Achraf

Un comité juridique transatlantique rappelle aux Etats-Unis leurs obligations vis-à-vis d’Achraf

Le 28 mai la police irakienne a fait soudain irruption dnas le camp d'Achraf, une mesure répressive et illégale.«La seule option restante c’est que le gouvernement des États-Unis assure une protection internationale du Camp d’Achraf et assume la responsabilité de la protection conformément à ses obligations et engagements internationaux. »

CNRI – Le Comité international de juristes pour la défense d’Achraf (CIJDA), qui bénéficie de l'appui de plus de 8000 avocats et juristes d'Europe et d'Amérique du Nord, a adressé des lettres à Christopher Hill, l’ambassadeur américain en Irak, et au général Ray Odierno, commandant général de la Force multinationale en Irak, pour souligner l’urgence de garantir la protection des résidents d’Achraf. Le camp d’Achraf abrite les membres de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, la principale force d’opposition démocratique au régime des mollahs.

Le 28 mai la police irakienne a fait soudain irruption dnas le camp d'Achraf, une mesure répressive et illégale.«La seule option restante c’est que le gouvernement des États-Unis assure une protection internationale du Camp d’Achraf et assume la responsabilité de la protection conformément à ses obligations et engagements internationaux. »

CNRI – Le Comité international de juristes pour la défense d’Achraf (CIJDA), qui bénéficie de l'appui de plus de 8000 avocats et juristes d'Europe et d'Amérique du Nord, a adressé des lettres à Christopher Hill, l’ambassadeur américain en Irak, et au général Ray Odierno, commandant général de la Force multinationale en Irak, pour souligner l’urgence de garantir la protection des résidents d’Achraf. Le camp d’Achraf abrite les membres de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, la principale force d’opposition démocratique au régime des mollahs.

Me François Serres, éminent juriste international et directeur exécutif du CIJDA a écrit :

« Nous écrivons au nom des avocats des résidents du camp d’Achraf en Irak – membres de l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) – ainsi qu’au nom du Comité international des juristes pour la défense d’Achraf (CIJDA) qui bénéficie du soutien de 8.500 avocats et juristes de toute l'Europe et d'Amérique du Nord.

« Il y a quelques heures, nous avons été informés de l'entrée soudaine d'un grand nombre de forces de police à Achraf. Il s'agit d'une action répressive et illégale qui prépare le terrain à une catastrophe humanitaire à Achraf. Cette mesure est une violation de l'obligation prise par le gouvernement irakien vis-à-vis de l'administration américaine concernant le respect des droits des résidents d'Achraf ; elle exige une intervention immédiate des États-Unis dans le but de renvoyer les forces de police irakiennes d’Achraf. 
« L’action extrêmement dangereuse d’aujourd'hui intervient alors que malgré toute la souplesse manifestée par les résidents d'Achraf, le gouvernement irakien refuse de reconnaître leurs droits conformément au droit humanitaire international et la quatrième Convention de Genève, également soulignés par la résolution du 24 avril du Parlement européen.

« La police irakienne est entrée dans Achraf au moment où le régime iranien, à la veille de son élection présidentielle, a lancé une nouvelle bataille contre les résidents d'Achraf et commencé à exercer de nouvelles pressions sur le gouvernement irakien en vue de les expulser et de les extrader. En une occasion, le président du régime, Ahmadinejad, ainsi que son secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale, Saïd Jalili, ont appelé dans une rencontre avec le ministre irakien des Affaires étrangères à «l’application de l’accord mutuel ».

« Les événements récents et particulièrement la mesure répressive d’aujourd'hui indiquent que le gouvernement irakien ne possède ni la volonté ni l’indépendance d'action nécessaire de respecter les droits des résidents d'Achraf et de mettre en œuvre la résolution du Parlement européen qui détermine les droits minima des résidents d'Achraf.

« Par conséquent, comme annoncé par le Comité international pour l’application de la justice (composé de 2000 parlementaires des deux côtés de l'Atlantique), la seule option restante c’est que le gouvernement des États-Unis assure une protection internationale du Camp d’Achraf et assume la responsabilité de la protection conformément à ses obligations et engagements internationaux. C’est d’autant plus vrai que les résidents d’Achraf sont totalement sans défense après avoir remis toutes leurs armes aux forces américaines et, qu’en retour les États-Unis se sont engagés à les protéger. »