lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeUn ancien chef d'Etat iranien honoré par St Andrews suscite des protestations

Un ancien chef d’Etat iranien honoré par St Andrews suscite des protestations

Louise Gray, correspondante politique en Ecosse

The Scotsman – Hier la plus ancienne université d’Ecosse a pris l’initiative controversée de faire honneur à un ancien président d’Iran, malgré les protestations contre cet homme responsable de la persécution des étudiants dans son pays.

 

Vêtu de la robe de cérémonie grise traditionnelle des hauts ecclésiastiques musulmans, Mohammad Khatami a traversé le groupe de manifestants avant de recevoir son titre honorifique dans le Younger Hall de l’université.

Des exilés iraniens et des manifestants étudiants ont qualifié cette récompense de « honteuse » et ont avancé que les violations des droits humains, dont la lapidation de femmes et la persécution d’étudiants, s’étaient aggravées lorsque M. Khatami était président du pays entre 1997 et 2005.

Ali Befrei, qui a fui l’Iran en 1988 après que sa femme ait été torturée par le régime, a accusé M. Khatami de « terrorisme ».

Mais Dr Brian Lang, recteur de l’université, a déclaré que ce titre honorifique de docteur en droit lui était conféré en raison des efforts de M. Khatami pour le développement du dialogue entre religions au moment où des tensions avec le monde musulman se font sentir.

Il a lu le message suivant envoyé par le Vatican : « Le dialogue interculturel et entre les religions sont deux nécessités vitales à notre époque. Quel meilleur endroit qu’une université pour mener cette discussion ».

M. Khatami est le premier dirigeant politique d’Iran à se rendre en Grande-Bretagne depuis la révolution islamique de 1972.

Dans une interview diffusée sur Channel 4 News, M. Khatami a déclaré que les Etats-Unis devaient se retirer maintenant d’Irak, être remplacés par une force originaire de la région, comportant éventuellement des éléments occidentaux.

Cependant, lors de sa visite à St Andrews, il s’est uniquement concentré sur des sujets universitaires. Il a d’abord inauguré l’Institut universitaire des études iraniennes qui, grâce à un don de 12 000 livres, devrait devenir le premier centre de ce type en Europe. Puis, dans un discours philosophique devant près de 200 étudiants, il a évoqué la nature du dialogue entre le monde islamique et l’Occident, s’interrogeant sur la raison pour laquelle le concept dominant de l’individu n’a pas conduit à moins de violence dans le monde.

Il a avancé qu’il était essentiel pour les individus de regarder au-delà de leurs propres frontières culturelles et religieuses afin de comprendre les autres. « On peut vivre à l’intérieur de ses frontières religieuses, géographiques et politiques mais répandre l’amour à profusion. C’est l’amitié sans frontières qui va sauver le monde », a-t-il dit.

Mais Leila Jazayeri, de l’Association des universitaires anglo-américains, a déclaré qu’elle était contre ce dialogue. « Khatami a un seul objectif qui est de blanchir les atrocités du régime intégriste iranien », a-t-elle dit. « Il parle de dialogue entre les civilisations alors qu’il s’est dit profondément opposé à la civilisation occidentale. »

Elle a affirmé que pendant le mandat de M. Khatami, 30 000 prisonniers politiques ont été tués, 27 femmes lapidées et une jeune fille de 16 ans pendue.

Sofie Buckland, présidente du groupe étudiant Education Not for Sale, a déclaré : « Il s’agit d’une atteinte atroce à la lutte des étudiants iraniens pour la liberté ».

Les étudiants divisés

Vêtu de l’ancienne robe de cérémonie et d’une cravate blanche, Tom d’Ardenne, 21 ans, président de l’Association des étudiants, s’est réjoui de cette opportunité de participer à cette cérémonie pour honorer « un grand défenseur de l’harmonie entre le monde islamique et l’Occident ».

Il a déclaré : « Depuis qu’il a quitté la présidence, Khatami travaille incroyablement dur pour construire des ponts entre l’Islam et les autres fois ».

« La raison de cette récompense est qu’il permet aux gens de comprendre l’Islam et à l’Islam de comprendre le reste du monde. »

Mais à l’extérieur du splendide Younger Hall, où le titre honorifique de Docteur en droit lui a été remis, une poignée d’étudiants se sont joints à la manifestation des réfugiés iraniens.

Nathan Sibley, 20 ans, étudiant en relations internationales, a déclaré : « Je suis inquiet au sujet des relations proches que Khatami entretient toujours avec le régime. Je l’ai admiré pour les réformes qu’il a effectivement tenté d’introduire mais je ne pense pas que nous devrions nous rapprocher autant de lui après son échec ».

Shirin Kheder, 29 ans, étudiante en anglais à Londres, originaire d’Iran, a affirmé que des étudiants avaient été tués pendant que Khatami était président.

Elle a ajouté : « Khatami est un assassin. Il a menti au monde et aux étudiants et a couvert l’Iran de honte. Aujourd’hui, il n’y a ni démocratie ni liberté en Iran ».

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe