mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyTransfert du deuxième groupe de résidents d'Achraf au camp "liberté"

Transfert du deuxième groupe de résidents d’Achraf au camp « liberté »

ISJ – 8 Mars 2012 – A la suite du transfert du second groupe des résidents d’Achraf au Camp Liberty, le Comité International pour l’application de la justice (ISJ) commenta cet acte courageux et responsable de la dirigeante de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi et a encouragé le Secrétaire d’État américain, le Secrétaire général des Nations Unies et le Haut Représentant de l’Union Européenne d’œuvrer pour la sûreté et la sécurité du peuple d’Achraf et leur réinstallation dans des pays tiers. Ce déplacement a lieu alors que ce camp est exempt des normes assurant les droits humains vitaux pour accueillir ces personnes. Exclusivement sur le conseil de Mme Radjavi et les appels répétés émanant du Représentant spécial de Mme Clinton et le Représentant spécial du Secrétaire général, ils acceptèrent cette rélocalisation.

Ni l’infrastructure du Camp « Liberté », ni son eau, son électricité et son système du tout-à-l’égout ne sont appropriés pour ce nombre de personnes. Les résidents sont privés du droit à de se déplacer librement alors qu’ils ne disposent pas d’une vaste superficie comme à Achraf. Malheureusement, le camp « Liberté » est 70 fois plus petit que le camp d’Achraf et, plus important encore, la présence abondante de la police et des forces armées, tous avec des caméras d’espionnage, ont transformé le camp « liberté » en une prison. Le problème avec l’eau est tout à fait sérieux, compte tenu du fait que la saison chaude en Irak va bientôt commencer. Le système d’eau dans le camp « liberté » doit être connecté au réseau d’eau de Bagdad afin d’éviter une crise de l’eau dans le camp.

En même temps, il n’y a toujours aucune perspective pour la réinstallation des résidents. Bien qu’il y ait aujourd’hui plus de 6 mois que les résidents ont présenté leurs demandes d’asile, tout ce qu’ils ont reçu n’est rien d’autre qu’un pieux discours
.
Dans la situation actuelle, continuer le transfert des résidents d’Achraf vers le Camp « Liberté » est dangereux à tous égards et peut conduire à des problèmes irréversibles. Concentrant une population dans une petite zone avec aucune possibilité de mouvement, avec une présence significative de la police et un manque de besoins fondamentaux consiste juste à créer une situation explosive.

Donc, plus de déplacement vers le camp « liberté » jusqu’à ce que les 800 déjà déplacés soient transférés vers des pays tiers. Puis déplacer les autres gens d’Achraf.

Le plus rapidement possible, les besoins de 1ère nécessité devront être fournis au camp « Liberté ». En particulier, la police et les forces armées devront être postées à l’extérieur du camp, la superficie du camp étendue et les problèmes d’infrastructures et plus particulièrement d’eau devront être résolus. Alors seulement, d’autres individus pourront être transférés.

Alejo Vidal-Quadras, MEP
Président du Comité International pour l’application de la justice (ISJ) Bruxelles
8 Mars 2012

Le Comité International pour l’application de la justice (ISJ) bénéficie du soutien de plus de 4.000 parlementaires à travers le monde

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe