samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyTorture des habitants de Liberty en les privant de chariots élévateurs et...

Torture des habitants de Liberty en les privant de chariots élévateurs et en les forçant à porter des charges lourdes

Plusieurs habitants souffrent de graves douleurs lombaires et aux bras ainsi que de maladies des os

CNRI – Avec le transfert de 680 habitants à Liberty et alors que la population y dépasse les 3000 personnes, le gouvernement irakien continue d’exercer des pressions et des restrictions injustes, et de les priver de moyens de première nécessité.

 

Dans une mesure cruelle, le gouvernement irakien non seulement empêche le transfert des chariots élévateurs d’Achraf à Liberty pour transporter les charges lourdes, mais il refuse aussi la proposition des habitants d’acheter ces engins à leurs propres frais. Les appels des habitants au représentant spécial de l’ONU et à la MANUI n’ont jusqu’à présent abouti à rien. Le gouvernement irakien, par l’intermédiaire de Martin Kobler, a assuré à maintes reprises aux résidents qu’il était prêt à leur fournir trois chariots élévateurs avec leurs conducteurs (notamment dans une lettre de Martin Kobler datée du 6 aout au représentant des habitants).

Or, durant les sept mois passés depuis le transfert des habitants de Liberty, mis à part des jours et des heures très limitées, les chariots élévateurs n’ont pas été fournis. Les habitants s’adressent quotidiennement aux autorités irakiennes pour en obtenir mais ne reçoivent que des réponses négatives. Depuis le 1er septembre, ils n’ont obtenu que dix heures de chariots élévateurs, alors qu’après le transfert de 680 Achrafiens, les besoins pour déplacer les affaires des habitants ont augmenté.

Priver les habitants de ces engins est un moyen de torture physique et psychologique. Le transport de charges lourdes à mains nues ou à dos d’homme ces derniers mois a provoqué des douleurs lombaires, des douleurs aux bras et aux épaules, et des maladies des os chez de nombreux résidents.

Dans une autre mesure inhumaine, le 20 septembre, sur les ordres de Sadegh Mohammad Kazem, les autorités irakiennes ont empêché l’entrée de fleurs et de très petits arbres à Liberty. Or George Baccus, conseiller politique de Maliki, avait déclaré le 11 septembre devant la presse et des diplomates étrangers en réponse aux protestations des résidents, que « les habitants peuvent amener des fleurs et des arbres de moins de 1,50 m de haut ».

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 21 septembre 2012

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe