samedi, novembre 26, 2022
AccueilActualitésActualités: FemmesThe Express: « La police des mœurs » a intensifié les violentes...

The Express: « La police des mœurs » a intensifié les violentes patrouilles en Iran

Express: « La police des mœurs » a intensifié les violentes patrouilles en Iran

CNRI – Elaheh Azimfar, un membre du Conseil National de la Résistance iranienne et représentant du CNRI pour les organisations internationales, a déclaré au quotidien britannique Express que la fermeture des magasins de vêtements par le régime des mollahs sous prétexte de « non-conformité aux normes islamiques » est encore un autre acte ridicule de la répression contre les femmes en Iran.

Ce qui suit est le texte de l’article publié samedi par le quotidien The Express:

REPRESSION OCCIDENTALE IRANIENNE : la police des mœurs a effectué un raid sur les magasins de vêtements dans le cadre de l’interdiction de vêtements non-islamiques

Les MAGASINS commercialisant les vêtements non-islamiques ont été perquisitionnés et fermés étant donné que la police des mœurs a intensifié les violentes patrouilles en Iran.
Par KATIE MANSFIELD

La répression des tenues Occidentales au sein de la République islamique a vu des usines et des magasins être ciblés – et intervient après qu’un chef religieux ait bizarrement accusé la mode de causer l’assèchement des rivières

Au moins 15 magasins de vêtements de femmes ont été fermés par la police des mœurs à Hamedan dans un effort renouvelé de faire disparaître les vêtements non appropriés.

Quatre usines et des magasins ont également été fermés à Ispahan, dans le centre de l’Iran.

Les codes islamiques de conduite et d’habillement sont strictement appliqués dans le pays avec les femmes qui devraient se couvrir la tête, porter un pantalon et un long manteau à manches ou une tunique qui atteint la mi-cuisse ou le genou.

Les fabricants ont reçu l’ordre des responsables de changer leurs conceptions, et le marché noir des vêtements étrangers en contrebande a connu des problèmes en ce qui concerne la demande.

L’agence de presse Tasnim, qui est relié aux forces des Gardiens de la Révolution du régime, a produit un rapport sur la répression.

Ebrahim Khatabakhsh, le chef du syndicat des fabricants de vêtements à Ispahan, a déclaré : « La production et les lignes de distribution des vêtements à Ispahan qui ne sont pas conformes aux normes de la République islamique d’Iran sont en train d’être gérées. »

« Certaines de ces unités de production ont reçu l’ordre d’adapter leurs vêtements à la culture et aux normes islamiques iraniennes. Il a été vu moins de vêtements étrangers de contrebande à Ispahan ces jours-ci. »

Les policiers de la brigade des mœurs mènent une série de raids ainsi que des inspections surprises dans toute la ville.

M. Khatabakhsh a déclaré : « À l’heure actuelle, des inspections conjointes sont en train d’être menées les matins et les après-midis jusqu’à ce que toutes les zones soient inspectées. »

Le Conseil National de la Résistance iranienne (CNRI), qui fait campagne pour une meilleure application des droits de l’homme dans la République islamique, a critiqué les mesures.

Elaheh Azimfar, du CNRI, a déclaré: « La fermeture des unités de production et de distribution de vêtements par le régime des mollahs sous le prétexte de « non-conformité aux normes islamiques » est encore un autre acte ridicule de répression contre les femmes en Iran.

« Il est important de se rendre compte que de tels actes sont totalement sans intérêts pour l’Islam et les normes islamiques. »

« La vérité est que, face à une société extrêmement mécontente, le régime ne voit pas d’autre choix que de recourir à d’autres actes de répression. »

« En dépit de l’intensification de la répression, il y a une opposition grandissante dans les rangs du peuple iranien, en particulier chez les femmes et les jeunes.

« Cela explique pourquoi le régime est à la recherche de nouvelles façons de restreindre le peuple, et les femmes ont toujours été les premières victimes de ce régime fondamentaliste. »

La répression est la dernière d’une série de mesures répressives en Iran.

Un haut dignitaire religieux prétend que le fait que les femmes soient habillées de vêtements Occidentaux était à l’origine de l’assèchement des rivières et a ordonné à la police de prendre des mesures.

Seyyed Youssef Tabatabi-Nejad a exhorté la police des mœurs à éradiquer les comportements non islamiques et blâmé les médias sociaux d’encourager l’impudeur.

Les femmes qui échouent à se voiler correctement sont réprimandées en public.

La semaine dernière, un groupe de femmes a été arrêté pour avoir fait du vélo dans la ville de Marivan située au nord-ouest, dans la province iranienne du Kurdistan.

Certaines ont été arrêtées et d’autres contraintes à signer un engagement écrit de ne pas faire du vélo en public.

Selon des témoins oculaires, les forces de sécurité ont informé les femmes, qui prévoyaient participer à un événement sportif, qu’en vertu d’une nouvelle directive du gouvernement, il est interdit aux femmes de faire du vélo en public.

 

Source: The Express

 

Lire aussi: 

Iran – Elaheh Azimfar du CNRI : les auteurs des attaques à Paris ne représentent pas l’Islam

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe