mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeVendre un cheval mort : La tentative de Reza Pahlavi de commercialiser...

Vendre un cheval mort : La tentative de Reza Pahlavi de commercialiser une monarchie en ruine

Vendre un cheval mort : La tentative de Reza Pahlavi de commercialiser une monarchie en ruine

Alors que le soulèvement national en Iran, qui en est à son cinquième mois, menace de renverser la tyrannie médiévale au pouvoir, Reza Pahlavi, le fils du dictateur déchu Mohammad Reza Pahlavi, que des millions d’Iraniens ont chassé du pouvoir il y a 44 ans, a participé le 16 janvier à une interview sur mesure avec une chaîne de télévision douteuse, Manoto TV, pour s’en prendre à la principale opposition iranienne, la mieux organisée, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

Manoto TV a été largement critiquée par les Iraniens pour ses pratiques douteuses, comme la diffusion d’images non floutées qui mettent en danger la sécurité des manifestants à l’intérieur de l’Iran, la diffusion de reportages haineux et diviseurs qui ciblent les minorités nationales d’Iran, et la production de reportages documentaires tronqués et biaisés.

Les réponses égocentriques de Reza Pahlavi à une série de questions faciles posées par les présentateurs lui ont donné une tribune pour tenter de dénigrer l’OMPI.

Répondant à une question éditorialisée sur la question de savoir si « l’impopulaire » OMPI serait prêt à s’engager dans un dialogue avec d’autres groupes d’opposition, le fils maintenant âgé de Shah, a mis en doute les références démocratiques de l’OMPI, prétendant de façon grotesque qu’un tel dialogue s’avérerait problématique pour l’organisation.

Dans une réponse fracassante sur le site officiel de l’OMPI, le porte-parole de l’organisation a ridiculisé les prétentions démocratiques du fils du Shah, notant que les innombrables atrocités perpétrées par Khomeini et Ali Khamenei ont enhardi Reza Pahlavi à exiger le trône renversé du peuple iranien comme s’il lui était redevable.

Le porte-parole de l’OMPI a souligné que l’organisation était ouvert au dialogue, mais pas avec la dictature théocratique ni avec les restes de la dictature du Shah. Il a, en outre, rappelé comment des millions d’Iraniens ont risqué et des milliers d’entre eux ont sacrifié leur vie pour mettre fin une fois pour toutes à la dictature monarchique. Soulignant que Pahlavi s’est illégitimement accroché à son titre de « Prince » pendant quatre décennies, le porte-parole de l’OMPI l’a appelé à rendre d’abord les milliards de dollars que son père a volés à la nation, à dénoncer les atrocités commises par son grand-père et son père et à se distancer des pasdaran et de la milice Basij, qu’il avait précédemment encensés comme gardiens de l’intégrité territoriale de l’Iran et de la loi et de l’ordre dans la société.

Pour l’écrasante majorité des Iraniens, l’exécution et l’emprisonnement par le Shah des opposants pro démocratie et la destruction des institutions démocratiques ont ouvert la voie aux mollahs pour usurper la direction de la révolution populaire de 1979 et prendre le pouvoir. En ce sens, le régime des mollahs est considéré comme le prolongement de la dictature précédente et Khomeiny, et maintenant Khamenei, comme les véritables héritiers des Pahlavis.

Qui est Reza Pahlavi et que révèle son bilan ?

À aucun moment au cours de sa brève carrière politique, Reza Pahlavi n’a critiqué, et encore moins condamné, les atrocités de son père et de son grand-père. Bien au contraire, à chaque occasion, il a présenté une image « sublimée » de l’Iran sous la dictature monarchique. Il a édulcoré les crimes des Pahlavis et perverti l’histoire de l’Iran dans des documentaires bidon,

Mais aussi détaché et ignorant que soit Pahlavi de l’histoire de l’Iran, il ne peut et ne veut pas effacer ce qui est historiquement documenté et bien vivant dans l’esprit de millions d’Iraniens.

Après la révolution de 1979, alors que le Shah et sa famille ont fui l’Iran avec des milliards de dollars, Reza Pahlavi a vécu une vie somptueuse, comme son père et son grand-père, mais aux États-Unis. Hormis plusieurs associations ratées avec des entités dites d’opposition comme le Conseil national des Iraniens, Qoqnus et Farashgard, il n’y a rien d’autre sur son CV.

Malgré son manque d’ancrage sociopolitique à l’intérieur du pays, toute la carrière politique de Pahlavi consiste à publier des tweets sporadiques et politiquement opportuns, des publications sur Facebook et Instagram, à participer à des interviews télévisées autopromotionnelles et à faire l’éloge du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) et de sa ramification paramilitaire, le Basij, en tant que partenaires dans la campagne visant à renverser le régime et à préserver la loi et l’ordre dans l’Iran post-théocratique.

Sur les médias persanophones et les médias sociaux, des dizaines de vidéos témoignent de ses tendances politiques en constante évolution au fil des ans. Il a déclaré que « le changement de régime ne fait pas partie de son alphabet », mais il est devenu un fervent partisan du changement de régime.

De plus, Reza Pahlavi a refusé de clarifier ses positions sur toute question sérieuse telle que les demandes d’autonomie des Kurdes et d’autres ethnies dans le cadre de l’intégrité territoriale de l’Iran. De même, il a éludé la question de la forme du futur gouvernement iranien, sachant pertinemment que le peuple iranien ne supportera en aucun cas un système monarchique rebaptisé. Bien qu’il s’efforce de dire qu’il est ouvert à l’idée que le peuple devrait décider de la future forme de gouvernance en Iran, il refuse de retirer sa prétention au trône. Qui plus est, sa mère est même allée plus loin en désignant sa fille comme l’héritière de son fils (référence nécessaire. Entretien avec un journal italien).

Il y a plusieurs questions sérieuses auxquelles Reza n’a pas apporté des réponses. Par exemple :

D’où tient-il sa légitimité ? Du fait qu’il est le fils d’un dictateur déchu ?

Sur quelle base prétend-il que son rôle doit être au-dessus de tous les partis politiques ?

Croit-il au droit des différentes nationalités à l’autonomie dans le cadre de l’intégrité territoriale de l’Iran ?

Pourquoi fait-il l’éloge du système dictatorial à parti unique de son père ?

Est-il prêt à condamner les exécutions et la torture des opposants politiques sous le régime de son père ?

Que pense-t-il du fait que la dynastie Pahlavi ait pris le pouvoir par un coup d’État initié par les Britanniques ?

Que pense-t-il du fait que le Dr Mohammad Mossadegh, premier ministre populaire de l’Iran, ait été renversé par un coup d’État du MI6 et de la CIA qui a rétabli son père sur le trône ? Combien d’argent lui et sa famille ont-ils volé au peuple iranien lorsqu’ils ont quitté le pays en 1979 ? Il a dit un jour 26 millions de dollars, mais selon le New York Times du 1er janvier 1979, « les banquiers disent qu’une partie substantielle des 2 à 4 milliards de dollars qui, selon les estimations, ont été transférés d’Iran aux États-Unis au cours des deux dernières années appartient à la famille royale ».

Démontrant qu’il s’appuie sur le pasdaran et la milice basij comme éléments clés de sa stratégie de changement de régime, lors d’un talk-show avec Iran International en 2018, il a clairement déclaré : « Je suis en contact bilatéral avec les militaires (du régime), les pasdaran et les Basij. Nous communiquons. Ils signalent leur préparation et expriment leur volonté de s’aligner sur le peuple. »

« La composante la plus importante parmi tous les facteurs est le rôle que les forces militaires et paramilitaires peuvent jouer dans cette transition (changement de régime). C’est pourquoi les soldats et les miliciens sont le public cible de certains de mes messages », a déclaré Pahlavi lors d’une réunion le 18 décembre 2018. « Bien sûr, l’individu qui est membre des pasdaran et du Basij, ceux qui sont déçus aujourd’hui comme le reste d’entre nous, ils ont une place dans l’avenir. Ils doivent y avoir une place. Ils doivent savoir que la force même qui garantit la sécurité et la stabilité futures de l’Iran, ce sont en fait eux-mêmes… Je dis cela sur la base de mes contacts directs avec des représentants des forces militaires et paramilitaires iraniennes qui se produisent quotidiennement. Ceux-ci augmentent chaque jour. »

Le fait que les rangs des soi-disant monarchistes iraniens soient pénétrés et vulnérables au ministère iranien du Renseignement et aux pasdaran n’est plus un secret.

Hashem Khastar, un dirigeant d’un syndicat d’enseignants en Iran, qui est actuellement en prison pour son opposition au régime théocratique, a déclaré que les pasdaran lui avait demandé de ne pas travailler avec l’OMPI et l’ont exhorté à contacter Reza Pahlavi (la référence est requise)

En janvier 2010, un article est paru dans le Los Angeles Times, décrivant un ancien officier, Mohammadreza Madhi, de l’Organisation des renseignements des Gardiens de la révolution, qui a fui l’Iran et souhaite former la plus large coalition de forces d’opposition de la diaspora.

Affirmant qu’il a derrière lui environ 10 000 hommes d’éléments dévoyés des pasdaran, il a réussi à séduire de nombreux militants iraniens, principalement des monarchistes, pour qu’ils s’associent à sa direction.

Un an plus tard, Madhi est apparu dans « Diamond for Deception », un documentaire diffusé par la télévision officielle iranienne quelques jours avant le deuxième anniversaire de 2009. Le documentaire décrivait Madhi comme « un agent double » qui avait infiltré le mouvement d’opposition iranien et les unités de Renseignement étrangères.

Tel est père, tel est fils

Selon le livre « The Shah », Mohammad Reza ridiculisait son père dans des conversations privées, le qualifiant de « cosaque voyou » qui ne faisait pas grand-chose en tant que roi. Il monte sur le trône le 16 septembre 1941.

Au début des années 1950, le premier ministre nationaliste populaire, le Dr Mohammad Mossadeq, a commencé à introduire des réformes démocratiques, notamment des lois garantissant la liberté de la presse et protégeant les droits des femmes. Il a également pris la tête d’un mouvement visant à nationaliser les ressources pétrolières de l’Iran.

Le Shah se joint aux mollahs réactionnaires pour repousser les réformes démocratiques de Mossadeq tout en aidant les Britanniques à résister à sa campagne de nationalisation du pétrole. En août 1953, le Shah, allié aux mollahs dirigés par Kashani et aux agences de renseignement anglo-américaines, a mené un coup d’État contre Mossadeq, élu démocratiquement et populaire.

Après avoir renversé le seul gouvernement démocratique de l’histoire de l’Iran, le Shah a commencé à gouverner d’une main de fer, créant une police secrète méprisée appelée la SAVAK, emprisonnant les réformateurs, contrôlant les médias, tuant les opposants et instaurant progressivement un système de parti unique en Iran.

La torture et les exécutions par la police secrète du Shah, la SAVAK, font partie des blessures non guéries et de l’histoire mémorable de l’Iran. Le 3 mars 1975, le journal officiel « Etela’at » a publié le discours du Shah concernant la déclaration du système de parti unique en Iran.

Le titre de l’article était le suivant : « Sa Majesté a déclaré la formation du parti politique unique ». Le sous-titre poursuit : « Des millions de personnes ont rejoint la résurrection de l’Iran. »

Journal Ettelaat nr. 14649- lundi 3 mars 1975

Soulignant les parties importantes des remarques de Shah, on peut lire dans le journal « Etelaat » :

« Désormais, un seul parti aura le droit d’exercer une activité politique ».

« Le nom du parti unique de l’Iran sera « Résurgence nationale » ou « Résurrection de l’Iran ». »

Shah : « Toute personne qui s’oppose à la constitution, au système impérial et à la Révolution blanche devrait être en prison ou exhilé pour toujours. »

Shah : « Nous attendons de tous ceux qui ont atteint l’âge légal pour voter, qu’ils clarifient immédiatement leur devoir national et qu’ils rejoignent cette organisation ou qu’ils clarifient leur position… »

Citations historiques

Le Shah n’hésitait pas à partager ses opinions religieuses réactionnaires, superstitieuses et bizarres, même avec des journalistes étrangers. Il a déclaré : « Je ne suis pas entièrement seul, car une force que les autres ne peuvent percevoir m’accompagne. Ma force mystique. De plus, je reçois des messages. Je vis avec Dieu à mes côtés depuis l’âge de cinq ans. C’est-à-dire depuis que Dieu m’a envoyé ces visions ». (Entretien avec la journaliste italienne Oriana Fallaci, octobre 1973).

Pendant des décennies, le Shah et sa police secrète, la SAVAK, ont violemment assassiné et torturé des militants politiques et des intellectuels, notamment des auteurs, des universitaires, des artistes et des poètes.

En novembre 1976, Amnesty International a cité un ancien prisonnier décrivant les méthodes de torture du Shah, notamment les coups, la pendaison tête en bas, le viol, les chocs électriques, l’arrachage des ongles, l’arrachage des dents et l’utilisation d’une tige de fer chaud pour brûler la bouche. « Un jeune homme a été tué de cette façon », a déclaré le prisonnier à AI.

Dans un rapport d’Amnesty International rédigé par une délégation envoyée en Iran en 1972, on peut lire, à propos des prisons du Shah, que le corps de certains prisonniers était brûlé, ce qui les paralysait. Un prisonnier a déclaré à la délégation : « J’ai vu Behruz Tehrani mourir près de moi dans la salle de torture. »

Les médias américains ont rapporté que la torture était un « passe-temps national » pour le Shah. (The Village Voice, 14 novembre 1977).

« Le Shah d’Iran, dit Martin Ennals dans l’introduction du rapport annuel d’Amnesty International pour 1974-5, conserve son image bienveillante malgré le taux le plus élevé de peines de mort au monde, l’absence de système valable de tribunaux civils et une histoire de torture qui dépasse l’entendement. » Le nombre total de prisonniers politiques pour 1975, indique le rapport, « a été signalé à plusieurs reprises tout au long de l’année comme étant compris entre 25 000 et 100 000. »

La grande majorité de la population est désespérément pauvre, sous-alimentée et non éduquée. À Quri-Chai, les bidonvilles du nord de Tabriz, il n’y a qu’une seule école pour 100 000 enfants. (The Village Voice, 14 novembre 1977).

Selon les médias, les tortionnaires de Shah étaient aussi violents que possible. D’anciens prisonniers se souviennent avoir été fouettés, eu les doigts brisés un par un et vu violé les filles devant les pères. » (The Village Voice, 14 novembre 1977).

Le Shah avait également des vues extrêmement réactionnaires et offensantes sur les femmes. Dans une interview avec Barbara Walters, le 6 avril 1977, Walters a demandé au Shah : « Pensez-vous que les femmes sont égales aux hommes ? » Le Shah répondit après une longue pause : « Eh bien, il y a des cas, bien sûr. … Mais en moyenne, [non]. … Je le répète encore une fois, où avez-vous produit un scientifique de haut niveau ? »

Se faisant l’écho des mollahs, le Shah misogyne a déclaré à une journaliste italienne que, selon sa religion islamique, « lorsqu’une femme est malade [ou…] refuse de remplir ses devoirs d’épouse, causant ainsi le malheur de son mari », il peut prendre une autre femme (entretien avec la journaliste Oriana Falacci, 1er décembre 1973).

« Vous n’avez jamais produit un Michel-Ange ou un Bach. Vous n’avez même pas produit un grand cuisinier. Et ne parlez pas d’opportunités. Vous plaisantez ? N’avez-vous pas manqué l’occasion de donner à l’histoire un grand cuisinier ? Vous n’avez rien produit de grand, rien ! » (Entretien avec la journaliste Oriana Falacci, 1er décembre 1973).

Le Shah était extrêmement corrompu. Même dans les années 70, les médias américains rapportaient : « Il a canalisé ses actifs vers une fondation privée dont les procédures sont secrètes et dont les opérations échappent à tout examen. La Fondation Pahlavi, qui a maintenant 19 ans, aurait des actifs de plus d’un milliard de dollars et est une combinaison de fondation caritative et de fonds fiduciaire familial. » (The Village Voice, 14 novembre 1977).

Comme les mollahs, le Shah était contre la démocratie. Il a ridiculisé la démocratie en parlant à un journaliste italien : « La liberté de pensée, la liberté de pensée ! La démocratie, la démocratie ! Avec des enfants de cinq ans qui font la grève et défilent dans la rue. C’est ça que vous appelez démocratie ? La liberté ? … Démocratie, liberté, démocratie ! Mais que signifient ces mots ? » (Entretien avec la journaliste Oriana Falacci, 1er décembre 1973).

Une monarchie enterrée

Les décennies de corruption, de répression et de mauvaise gestion de Mohammad Reza ont suscité une immense fronde sociale. Des manifestations populaires massives ont commencé à se former contre son règne à la fin des années 1970.

En 1978, le Shah pleure à la télévision alors que des millions d’Iraniens affluent dans les rues, les suppliant de le laisser au pouvoir. Mais il était trop tard.

« Vous, le peuple d’Iran, vous êtes soulevés contre la répression et la corruption. … Je m’engage à ne jamais répéter les erreurs, l’illégalité, l répression et la corruption du passé », a déclaré Mohammadreza Pahlavi.

Il a été contraint de fuir le pays le 16 janvier 1979 et, avec lui, ont pris fin 2 500 ans de règne monarchique en Iran.

Que ce soit par opportunisme politique ou par ignorance totale, le fait que Reza Pahlavi n’ait pas rejeté la dictature monarchique et qu’il ait attendu que les impitoyables pasdaran se retournent contre le système au pouvoir divise la nation et contribue à prolonger la théocratie au pouvoir.

Conclusion

La révolution en cours en Iran, qui a commencé en septembre 2022, a attiré l’attention sur ce qui se passerait une fois le régime renversé. Le récit historique élogieux en faveur de la monarchie, défendu par les restes de la dictature du shah, va à l’encontre de presque tous les faits et preuves historiques. Sans compter que si cela était vrai, pourquoi des millions de personnes se sont-elles insurgées pour renverser le Shah en 1979 ?

En réalité, la monarchie et la théocratie actuelle partagent de nombreuses idées fondamentales, abritent des idéologies répugnantes et ne représentent pas le peuple iranien. C’est pourquoi, dans ses soulèvements, le peuple iranien scande « A bas l’oppresseur, qu’il s’agisse du Shah ou du Guide [Khamenei] ».

Pour les Iraniens, le choix n’est pas le moindre des deux maux. C’est pour cela qu’ils rejettent le passé et le présent en faveur d’un avenir démocratique. Ils aspirent à une république démocratique et représentative, fondée sur la séparation de la religion et de l’État, qui respecte les Droits de l’Homme et les droits des femmes et des minorités.

Contexte : Un héritage criminel

Les Pahlavis (le père et le grand-père de Reza) ont dirigé l’Iran entre 1925 et 1979. Dans les années 1920, alors que le paysage politique changeant en Europe et en Asie donne lieu à l’éveil des classes instruites à l’intérieur du pays, de plus en plus de mouvements se font entendre et aspirent au changement. Le faible roi de la dynastie Qajar a été mis au défi par des demandes de réformes révolutionnaires et de constitutionnalisation de la monarchie.

Un coup d’État mené par les Britanniques en 1921 a cherché à freiner le nouveau sentiment en optant pour un homme fort qui préserve les intérêts du Commonwealth.

Une brute analphabète au tempérament rude et violent, Reza Palani (surnommé Reza Khan), avait rejoint à l’âge de 14 ans la Brigade des cosaques méprisée et dirigée par les Russes. Cette force a été créée en Iran par le Shah Qajar pour protéger le trône. Après avoir travaillé comme serviteur du consul général néerlandais à Téhéran, il a ensuite gravi les échelons de la brigade cosaque en devenant sergent, lieutenant, colonel et a finalement gagné les faveurs du général britannique Edmund Ironside en janvier 1921 pour devenir le premier et seul commandant de la brigade cosaque d’origine iranienne.

Le 14 janvier 1921, le général Ironside lui ordonne d’avancer et d’occuper Téhéran. Le coup d’État de Reza Khan marque la fin tragique de la jeune expérience démocratique de l’Iran et marque le début d’une période de dictature violente et d’autoritarisme qui durera bien au-delà des dictateurs Pahlavi, jusqu’au règne des mollahs en Iran.

Se sentant protégé par ses maîtres britanniques, deux ans seulement après son coup d’État, Reza Khan se hisse au rang de premier ministre. Puis, en 1925, il oblige le Parlement à déposer les Qajars et à le couronner en tant que Shah d’Iran. Plus tard, il changea son nom de Palani à Pahlavi, car le premier avait un effet désobligeant dans la langue perse.

Reza Pahlavi, le nouveau roi, a exproprié plus de 3 millions d’acres de domaines en Iran et s’est enrichi, lui et sa famille, par la force. Il a assassiné à la pointe de la baïonnette les journalistes et les politiciens qui critiquaient ses tentatives maladroites et superflues de réformer l’Iran. Sa caricature de la modernisation comprenait des actions aussi intempestives que le dévoilement obligatoire des femmes iraniennes traditionnelles et l’interdiction de photographier les chameaux en Iran. Pourtant, il a systématiquement décimé les intellectuels et les libres penseurs iraniens et a restreint le développement du marché libre par l’intermédiaire de ses acolytes parmi les propriétaires terriens et les riches familles redevables.

Il a réprimé les groupes ethniques qui réclamaient l’égalité des droits dans tout le pays, les pendant et les tuant par triades. Il a interdit les organisations de défense des droits des femmes et éliminé les médias indépendants.

Menaçant pour les Iraniens à l’intérieur, Reza Shah était très doux envers les grandes puissances à l’étranger. En 1933, alors que les Britanniques exigent la prolongation des accords pétroliers, il négocie avec John Cadman, le chef de l’Anglo-Persian Oil Company (APOC), et Reginald Hoare, l’ambassadeur britannique à Téhéran, la prolongation de la concession D’Arcy et oblige le Majlis (le parlement) à la faire adopter à l’unanimité.

Après la signature du traité, l’APOC a continué à explorer, extraire et vendre du pétrole, en échange du versement de 20 % de ses parts totales à l’Iran, où le Shah était le principal bénéficiaire. En outre, la portée des opérations d’Imtiaz a été réduite de 400 000 miles à 10 000 miles. En vertu de ce contrat, 32 années ont été ajoutées à la concession de D’Arcy, qui devait expirer en 1962.

Dans les années 30, Reza Shah devient un admirateur déclaré d’Hitler en Allemagne et invite des conseillers militaires nazis en Iran. Son admiration personnelle pour Hitler l’amène à se vanter que son parcours professionnel ressemble à celui d’Hitler et à envisager un nouvel équilibre des forces en faveur de l’Axe dans la guerre mondiale naissante.

Lors d’un voyage en Allemagne, Tajol-Muluk, l’épouse de Reza Khan et la grand-mère de Reza Pahlavi, écrivit dans un journal intime le tapis persan et les pistaches que la délégation iranienne apporta en cadeau à Adolf Hitler. En retour, Hitler fait l’éloge du monarque iranien et envoie un autoportrait avec l’écriture allemande « Son Altesse – Reza Shah Pahlavi – Empereur d’Iran – Avec mes meilleurs vœux – Berlin, 12 mars 1936 – Signé : Adolf Hitler ».

Cette photo est conservée dans le « Palais Saheb Qaran » de la collection de palais du musée de Niavaran.

Le pari de Reza Khan a échoué lamentablement. Intolérants à l’égard d’un allié d’Hitler dans une région géostratégique, les Britanniques et les Soviétiques le contraignent à abdiquer le trône et à transférer le pouvoir à son fils en 1941. Il meurt en exil sur l’île Maurice, près de l’Afrique du Sud, en 1944.

Dirigeant corrompu et célèbre accapareur de terres, Reza Shah aurait saisi de force 44 000 biens immobiliers à leurs propriétaires, détruisant ainsi la vie d’innombrables personnes. Il possédait l’équivalent de 20 à 300 millions de dollars sur ses comptes bancaires (Washington Post, 1er octobre 1941).

Selon le Village Voice : Reza Shah « a jeté les bases de la richesse de la famille Pahlavi en la volant tout simplement. Il a confisqué de vastes domaines ». (The Village Voice, 14 novembre 1977).