lundi, juin 17, 2024
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeUn terroriste iranien libéré accuse les pays européens de violations des droits...

Un terroriste iranien libéré accuse les pays européens de violations des droits de l’homme

Un terroriste iranien libéré accuse les pays européens de violations des droits de l’homme

Le 14 mai, l’agence de presse Mizan, affiliée au système judiciaire du régime iranien, a écrit sur une conférence de presse au cours de laquelle le diplomate terroriste libéré, Assadollah Assadi, a accusé les pays européens de « mauvais traitements » et de « violations des droits de l’homme ». Kazem Gharibabadi, chef du bureau des droits de l’homme du pouvoir judiciaire, dont le rôle consiste notamment à justifier les violations des droits de l’homme d’une institution ayant le taux d’exécutions le plus élevé au monde par rapport à sa population, a condamné l’Allemagne et la Belgique pour « leur traitement envers un diplomate iranien ».

« Pendant que M. Assadi était emprisonné en Allemagne et en Belgique, les injustices infligées à ce diplomate iranien par ces soi-disant défenseurs des droits de l’homme ont été occasionnellement signalées », a déclaré Gharibabadi. « Nous avons essayé de dénoncer certains de ces cas par le biais des mécanismes des droits de l’homme et des médias. Le pays qui prétend défendre les droits de l’homme a violé tous les principes fondamentaux des droits de l’homme en traitant une personne injustement détenue. Ses droits aux contacts familiaux, ses droits au culte, à la santé et à l’hygiène, en passant par des conditions de détention inappropriées et diverses formes de torture psychologique. »

Asadollah Assadi, un officier du renseignement de haut rang à l’ambassade du régime iranien à Vienne, était responsable d’un réseau d’espionnage à travers l’Europe. La police allemande l’a arrêté pour avoir organisé un attentat à la bombe visant la rassemblement annuelle 2018 du Conseil national de la Résistance iranienne dans la banlieue parisienne. Finalement, il a été extradé vers la Belgique et, avec trois agents qui travaillaient pour lui, a été condamné par le tribunal d’Anvers à vingt ans de prison.
Comme à son habitude, le régime iranien a eu recours à la prise d’otages pour faire pression sur le gouvernement belge. La Résistance iranienne a lancé une vaste campagne juridique et politique, retardant l’accord de plusieurs mois. Finalement, le gouvernement belge a succombé aux demandes de rançon du régime, violant les décisions de justice et renvoyant Assadi en Iran.

Lors d’un spectacle médiatique organisé par le régime mardi, Assadi a affirmé qu’« une violation juridique sans précédent s’était produite », affirmant qu’« un diplomate iranien bénéficiant de l’immunité diplomatique avait été illégalement détenu ».

Tout en accusant les policiers allemands et belges de mauvais traitements, Assadi a ajouté : « Mon droit de communiquer avec ma famille a été ignoré de manière injustifiée. En cinq ans, je n’ai reçu aucune visite de ma famille et je n’ai été autorisé à leur parler que pendant un an. De plus, je n’avais aucun accès aux médias ni au monde extérieur. »

Au cours de la même séance organisée, Asgar Jalalian, adjoint aux affaires internationales et aux droits de l’homme au ministère de la Justice, a également déclaré : « Cela fait partie des injustices auxquelles est confrontée la République islamique d’Iran. Nous avons dans notre pays 8 000 prisonniers étrangers qui ne sont pas transférés en raison des bonnes conditions carcérales. Nous offrons aux condamnés les meilleures conditions en matière de droits humains dans le pays, mais nous sommes constamment accusés de violations des droits humains. »

Alors que le régime iranien a intensifié les exécutions à des niveaux sans précédent pour réprimer les soulèvements populaires et continue de harceler et d’abuser des femmes et des filles innocentes sous prétexte de faire respecter les lois sur le port obligatoire du hijab, il accuse désormais les pays occidentaux de violations des droits humains.

En raison de la politique de complaisance occidentale, le régime, qui a envoyé son diplomate terroriste en mission pour tuer des centaines de dissidents iraniens et de personnalités et responsables occidentaux, continue de se livrer à des prises d’otages et à des actes de terrorisme en toute impunité.