mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeUn journal espagnol révèle le réseau complexe derrière l’attentat contre Vidal Quadras

Un journal espagnol révèle le réseau complexe derrière l’attentat contre Vidal Quadras

Un journal espagnol révèle le réseau complexe derrière l’attentat contre Vidal Quadras

Le 4 février, le journal espagnol El Mundo a publié un rapport d’enquête complet mettant en lumière un réseau complexe d’activités criminelles entourant la tentative d’assassinat d’Alejo Vidal Quadras, un ancien dirigeant politique, à Madrid. Le rapport se penche sur l’implication de la Mocro Mafia, une organisation liée à des groupes criminels nord-africains, dans l’orchestration de l’attaque.

L’enquête révèle une série de liens complexes entre les auteurs qui ont joué un rôle crucial en facilitant l’opération. Malgré les arrestations effectuées à la suite de l’attentat, des personnalités clés ont réussi à échapper aux autorités et à fuir le pays.

Le rapport souligne les ramifications internationales de l’attaque, attirant l’attention sur les liens potentiels avec le régime iranien et son implication dans des assassinats ciblés similaires. Cela soulève des questions sur l’étendue de la collaboration entre les organisations criminelles et les gouvernements étrangers et souligne les défis auxquels sont confrontés les services dans la lutte contre la criminalité transnationale.

Voici une version traduite du reportage d’enquête d’El Mundo :

Un assassin de la mafia Mocro impliqué dans la lapidation embauché pour tuer Alejo Vidal Quadras

La mafia Mocro a émis une directive, sans aucun doute un ordre plutôt qu’une simple demande. Des sources proches de l’enquête ont révélé qu’un dirigeant de cette organisation, influente tant aux Pays-Bas qu’en France, avait identifié Mohraz Ayari, un franco-tunisien parisien de 27 ans, comme un candidat approprié pour assassiner Alejo Vidal Quadras. Vidal Quadras, ancien dirigeant du Parti populaire de Catalogne, âgé de 78 ans et l’un des fondateurs de Vox, a été pris pour cible en raison de l’aptitude démontrée d’Ayari à commettre de tels actes criminels.

Ayari avait déjà démontré ses compétences en matière de criminalité en orchestrant le meurtre d’un associé de confiance qui avait trahi les intérêts de l’un des syndicats de trafic de drogue et de blanchiment d’argent les plus dangereux d’Europe. L’action a été si brutale que l’identité de la victime est devenue méconnaissable, un acte commis intentionnellement pour empêcher la collecte de preuves et, plus important encore, pour transmettre un avertissement clair aux dissidents potentiels.

Le vaste historique criminel d’Ayari, allant de l’enfance à l’âge adulte, comprend des délits violents et non violents tels que le vol, le cambriolage et les agressions. Son casier judiciaire s’étend au-delà des frontières, avec des incidents documentés en Grèce, en Turquie et à Abu Dhabi. Selon des sources proches de son parcours, Ayari est considéré comme ayant une prédisposition à la violence, ce qui lui vaut l’étiquette de « tueur-né ». Bien que le meurtre d’une personne de confiance et la tentative d’assassinat de Vidál Quadras soient des crimes notables qui lui sont liés, les autorités ne savent toujours pas s’il s’agit là des seuls actes de violence. Ayari a échappé à sa capture en fuyant la France et en activant un autre mandat d’arrêt en Espagne, où il a réussi à s’échapper via le Portugal. Actuellement, il figure parmi les meurtriers recherchés sur la liste rouge d’Interpol, ce qui le rend susceptible d’être arrêté dans 169 pays à travers le monde s’il est appréhendé.

Selon des sources citées par Cronica (la section d’investigation d’El Mundo), l’assassinat de Vidál Quadras constitue la première fois que cette organisation mafieuse commet un assassinat ciblé en Espagne, sans rapport avec des conflits internes. À notre connaissance, ce sera également le premier cas impliquant un citoyen espagnol. Pour l’heure, on ne sait toujours pas qui a commandé cette opération. Cependant, les enquêteurs, notamment ceux qui se concentrent sur l’Iran, soupçonnent que l’attaque a été planifiée et exécutée dans un délai relativement court de trois mois, ce qui est inhabituel pour de telles opérations. Au moment de l’incident, Vidál Quadras aurait demandé à un député européen, qui partageait sa position contre le régime iranien, quel était son comportement lorsqu’il marchait en public – s’il était vigilant à l’égard de son environnement ou s’il ressentait le besoin de regarder en arrière. … en entendant des pas. Quelques semaines plus tard, le journal La Vanguardia rapportait que son ami avait compris la gravité de la question et ses implications.

La Mocro Mafia, organisation liée à des réseaux criminels d’origine maghrébine, opère principalement dans le contrôle du trafic de drogue en Europe du Nord, notamment aux Pays-Bas. Bien que relativement inconnue en Espagne, les experts prévoient que son influence, qui a transformé certaines parties des Pays-Bas en zones de troubles, pourrait s’étendre à l’Espagne dans les années à venir.

Les racines de cette mafia remontent aux années 1980, mais elle a consolidé sa présence au cours du millénaire actuel en établissant des liens avec les cartels de la cocaïne latino-américains grâce à des opérations actives à Rotterdam. Sa notoriété a attiré l’attention internationale le 6 juillet 2021, suite à l’assassinat de Peter R. de Vries, journaliste d’investigation renommé aux Pays-Bas. Par la suite, des révélations ont fait état de menaces proférées contre de nombreux juges néerlandais, ce qui a incité le Premier ministre Mark Rutte à interrompre sa pratique cycliste par souci de sécurité. L’audace de la mafia Mocro a été encore démontrée par les menaces d’enlèvement contre la princesse Amalia des Pays-Bas, fille des rois Willem et Máxima, qui ont entraîné sa détention au palais pour des raisons de sécurité.

En Espagne, le premier décès documenté attribué à la mafia Mocro était celui d’Ibrahim Bouzid, un Marocain néerlandais connu sous le nom de « Al Carnisero » (le boucher), surnom dérivé de la profession de son père. Son corps a été découvert il y a quelques années à Chiclana de la Frontera. Les agresseurs, voyageant à bord d’une Kia Sportage rouge, ont jeté son corps sur une route isolée avant de fuir les lieux. Par la suite, il est apparu que cinq personnes originaires des Pays-Bas avaient été appréhendées en relation avec son assassinat. De plus, il a été révélé que Ridovan Taghi, le chef de l’une des familles importantes de la faction néerlandaise de la mafia, était l’individu qui avait mis à prix la tête d’Al Carnisero, qu’il soit directement impliqué ou non dans le meurtre. Il convient de noter que Taghi était le même individu qui avait précédemment menacé Peter R. de Vries.

Il est curieux que Taghi ait des liens avec le régime iranien. Il y a plusieurs années, le journal The Telegraph rapportait que Taghi, avant son incarcération dans ce qui est surnommé « l’Alcatraz des Pays-Bas », avait été impliqué dans des « exécutions » à travers l’Europe. Bien que cette association ne limite ni ne restreint ses activités, il n’existe aucune preuve suggérant qu’il ait personnellement opéré dans notre pays. Karim Bouyakhrichan, le rival de Taghi, arrêté en Espagne le 25 janvier, était l’individu le plus recherché aux Pays-Bas. Il dirigeait une importante entreprise de trafic de drogue et de blanchiment d’argent héritée de son frère, basée à Marbella, sur la côte sud de l’Espagne, qu’il a payé de sa vie. Selon la rumeur, sa chute serait due à la perte d’une cargaison de cocaïne. L’intérêt récent de la mafia Mocro pour l’Espagne est directement lié à la position géographique de notre pays, dont la côte nord constitue une porte ouverte, par exemple depuis la Colombie, aux opérations de trafic de drogue.

L’attaque a eu lieu avec une moto, qui a ensuite été abandonnée et retrouvée brûlée dans la rue Canary, dans une zone industrielle de Fuengirola. Les indices provenant de ce véhicule ont conduit les enquêteurs vers le groupe criminel impliqué dans l’attaque.

Cependant, à ce stade de l’enquête, on ne peut affirmer avec certitude que l’un ou l’autre de ces deux criminels, y compris celui résidant en Espagne, est lié à l’attaque de Vidál Quadras. Les autorités françaises, pays d’origine de l’assassin, cherchent également à savoir si l’ordre pourrait provenir de leur territoire. Ces groupes n’adhèrent pas à un schéma fixe consistant à envoyer un tueur exécuter un crime ; ils ont plutôt tendance à agir de manière opportuniste, en établissant différents niveaux d’infrastructures pour chaque opération. Au moins dans ce cas, ils ont fait preuve d’un tel comportement.

En règle générale, la première mesure ouverte dans la préparation de cette attaque a été l’acquisition d’une moto utilisée par Ayari pour l’opération. Pour l’obtenir, le groupe a fait appel à Adrian Ruiz, un habitant de Mijas âgé de 22 ans, pour se rendre à Madrid et acheter une moto BMW en utilisant sa carte d’identité, même s’il n’est pas clair s’il savait la conduire ou non. . . Ils lui ont fourni 4 000 euros pour la moto et 500 euros supplémentaires pour l’assistance personnelle, lui demandant de l’assurer du 14 octobre au 19 novembre pendant un mois afin d’atténuer d’éventuels problèmes en cas d’accident.

Adrian Ruiz s’est engagé, non pas à acheter le véhicule, car il prétend ne pas connaître son utilisation prévue, mais à permettre à certains membres du groupe d’utiliser frauduleusement ses papiers d’identité. De plus, suivant leurs instructions, il a déposé une fausse déclaration affirmant le vol de la moto.

Greg Oliver Higuera, un ressortissant vénézuélien, a chargé Adrian Ruiz de localiser et d’acheter une moto. Apparemment, ils se connaissaient, tous deux employés comme gardiens dans un bar de plage. Greg, qui voyageait fréquemment dans son pays d’origine et en Italie, était bien ancré dans le milieu de la drogue et connaissait Sami Bekal, connu sous le nom de Pachu. Bekal, qui avait orchestré les activités de ce groupe, est considéré comme le cerveau derrière les infrastructures en Espagne. Il connaît les criminels impliqués dans le trafic de drogue à Ceuta, Melilla (villes côtières du sud de l’Espagne frontalières du Maroc et du nord du Maroc, qui font partie de l’Espagne) et dans plusieurs villes du sud de l’Espagne. Il a financé cette opération en utilisant des comptes qui ne sont pas à son nom pour échapper à la détection.

Bekal a également enrôlé Naraya Gomez, un criminel de Malaga, né d’une femme tchèque décédée en couches, et d’un père espagnol qui lui a conféré le titre d’El Sirio (le Syrien). Il a passé ses années de formation à Beneficio dans les Alpujarras. Trois semaines avant l’attaque, Adrian Ruiz, Sami Bekal et Naraya Gomez se sont réunis à Lanjaron pour coordonner les détails de l’assaut. Bekal a opté pour l’hôtel Balneario pour se loger, tandis que Naraya Gomez a réservé une chambre dans un lieu modeste de la ville (ce qui soulève des questions sur les ressources financières disponibles dans la mafia Mocro). Malgré leur réticence initiale (comme expliqué dans un autre rapport, ils n’ont acquiescé que lorsque le propriétaire de l’hôtel a insisté pour qu’une pièce d’identité soit enregistrée), eux et Adrian Ruiz se sont inscrits.

Bekal est arrivé à Lanjaron le 15 octobre, suivi de Gomez et Ruiz le 17 octobre. L’agresseur a prolongé son séjour d’au moins quatre jours supplémentaires. Selon El Confidencial, ils ont tous utilisé une résidence au rez-de-chaussée louée par un ancien hippie (Naraya Gomez) en raison de sa familiarité avec la région et de son aptitude à finaliser les détails du séjour.

Le 6 novembre, trois jours avant la tentative d’assassinat, Bekal, le bailleur de fonds de l’opération, a transféré 250 € sur un compte bancaire espagnol pour couvrir ses dépenses. Les forces de l’ordre ont identifié Naraya Gomez et Adrian Ruiz sur des images de vidéosurveillance provenant d’entreprises du quartier de Salamanque (zone résidentielle de Vidal). Il a été confirmé que l’agresseur, la veille du coup de feu presque mortel, conduisait une moto signalée perdue sur la route de Zarzuela, où il avait demandé comment se rendre à l’hôtel où il envisageait de loger. À cette époque, le coordinateur de l’attaque, Bekal, quittait l’Espagne, vraisemblablement à bord d’un navire à destination du Maroc.

Le 9 novembre, à 13h30, des témoins oculaires ont identifié un jeune homme mesurant 1,75 mètre, vêtu d’un jean et d’une veste bleue, comme étant l’individu qui avait pointé un pistolet Parabellum 9 mm sur la tête d’Alejo Vidal. Son tir a manqué alors que l’homme politique a fait un mouvement brusque, ce qui a fait que la balle lui a effleuré la pommette. Il a répondu aux passants qui lui proposaient de l’aide et appelaient des ambulances en disant : « Attendons de voir s’il revient ou non ». Sa femme, frustrée par les appels restés sans réponse, l’a réprimandé parce qu’il ne portait pas son téléphone lors de ses promenades de routine, ignorant que la personne qui répondait était l’une des ambulancières qui s’occupaient de son mari à l’hôpital.

Deux heures plus tard, à 15h39, la police municipale a signalé à la police nationale la découverte d’une moto brûlée et abandonnée dans la rue Canary, dans une zone industrielle de Fuengirola, située à une demi-heure du lieu de la fusillade. Le ou les auteurs n’ont pas réussi à endommager efficacement le numéro de châssis. Il a été révélé que huit jours plus tard, Naraya Gomez avait envoyé un message au coordinateur indiquant : « La mission est terminée ». On ne sait pas exactement pourquoi il lui a fallu si longtemps pour prendre contact, même si ni lui ni sa compagne de vie, une Anglaise apparemment inconsciente des événements, n’étaient les individus qui ont transporté l’assassin jusqu’à la frontière portugaise pour faciliter sa fuite. Par la suite, des messages menaçants d’Adrian Ruiz à son contact dans la mafia Mocro ont été documentés, probablement en raison de retards dans la couverture des dépenses liées au travail, peut-être parce qu’ils n’ont pas atteint l’objectif visé.

Depuis lors, il n’y a eu aucune autre communication de Naraya Gomez, de son partenaire ou de Bekal. Le 21 novembre, Naraya Gomez et son partenaire ont été appréhendés, ainsi qu’Adrian Ruiz. Dès l’annonce de cette nouvelle, Greg Oliver Higuera s’est précipité à l’aéroport de Barajas (Madrid) pour prendre un vol à destination du Venezuela, en utilisant un billet qu’il avait acheté en espèces. Naraya Gomez est depuis incarcérée, soumise à un traitement dans le cadre du FIES, un protocole de gestion des détenus dangereux. Oliver a été arrêté le 17 janvier alors qu’il tentait de traverser illégalement la frontière colombienne, un pays où la mafia Mocro entretient de nombreux liens. Il a été appréhendé près de Villa del Rosario et a été surpris de découvrir une alerte rouge d’Interpol pour terrorisme émise contre lui.

L’enquête se poursuit avec de nombreuses questions sans réponse. L’enquête principale porte sur qui a ordonné l’assassinat et pourquoi. Initialement, des sources de sécurité nationale ont déclaré : « Il n’y a aucune preuve concrète impliquant un gouvernement étranger dans cette attaque. » Ils ont souligné que le gouvernement iranien avait éliminé diverses autres cibles et que ses efforts n’avaient pas échoué. Avec cette analyse, ils ont tenté de contrer l’affirmation de Vidal Quadras, qui accusait clairement le régime iranien d’avoir orchestré des attentats contre sa vie. Le régime l’avait même mentionné six jours avant la fusillade sur sa chaîne de télévision en langue espagnole et avait déjà collaboré avec au moins l’une des familles les plus influentes de la mafia Mocro pour exécuter des ordres d’assassinat. Les experts policiers envisagent cette possibilité ainsi que d’autres scénarios potentiels.