vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeUn espion de Téhéran arrêté en Suède

Un espion de Téhéran arrêté en Suède

Un espion de Téhéran arrêté en Suède : Un sinistre rappel de l’enracinement du terrorisme en Europe

Des journaux suédois, dont Aftonbladet et Expressen, ont rapporté qu’un ancien chef de la police de sécurité suédoise avait été arrêté pour espionnage pour le compte du régime iranien entre 2011 et 2015.

Son arrestation souligne une fois de plus la nécessité d’une action conjointe européenne pour faire face au terrorisme du régime iranien. Comme l’ont identifié des sites web locaux et en langue perse, l’espion arrêté est Peyman Kia, âgé de 40 ans.

Il avait obtenu la citoyenneté suédoise et travaillait comme directeur dans la police de sécurité suédoise (SPO) et comme analyste dans une organisation militaire suédoise alors qu’il espionnait pour Téhéran.

Iran's diplomat & the largest terror plot in Europe. What was Assadollah Assadi's role

Kia a été arrêté lundi. Jeudi, le tribunal a décidé d’ordonner la détention de cet individu, accusé d’avoir grossièrement et illégalement abusé de sa position de personne ayant accès à des informations classifiées et d’avoir porté atteinte à la sécurité nationale, afin d’éviter qu’il ne détruise des documents ou ne s’échappe.

L’individu arrêté est accusée d’espionnage pour des motifs raisonnables, a déclaré le service de sécurité suédois dans un communiqué.

Son arrestation intervient un mois après celle d’un couple d’Iraniens, qui avait obtenu le statut de réfugié en Suède en présentant une fausse identité afghane. Ils étaient des agents du ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité (VEVAK).

En février 2021, un tribunal d’Anvers, en Belgique, a condamné Assadollah Assadi et ses trois complices à près de 70 ans de prison pour avoir tenté de faire exploser le rassemblement de l’opposition iranienne en 2018 en France.

Assadi était un diplomate-terroriste basé à Vienne qui avait utilisé ses privilèges diplomatiques pour faire passer 500 grammes d’explosifs TATP en Europe et les remettre à ses deux agents, Amir Sadouni et Nasimeh Na’ami. Sadoun et Na’ami, ainsi qu’un autre agent, Mehrdad Arefani, avaient obtenu la nationalité belge et se faisaient passer pour des partisans du mouvement d’opposition iranien.

Le procès et la condamnation d’Assadi ont une fois de plus mis en lumière ce que la Résistance iranienne disait depuis des années : les ambassades et les diplomates du régime encouragent le terrorisme et l’espionnage.

Pendant le procès d’Assadi, les autorités allemandes, où Assadi a été arrêté en 2018, ont ouvert un autre dossier sur un réseau de terrorisme et d’espionnage qu’il avait géré à travers l’Europe.

Les autorités allemandes ont trouvé dans la voiture d’Assadi un carnet contenant des informations importantes sur le complot d’attentat de 2018, les voyages d’actions d’Assadi et les sommes d’argent qu’il avait données à différents agents.

« La Résistance iranienne dispose d’informations spécifiques sur les cellules dormantes du régime des mollahs à travers l’Europe, qu’Assadi commandait.

Le VEVAK dispose d’un réseau d’agents en Europe soutenus par les ambassades du régime qui font un usage abusif de leurs installations diplomatiques.

Assadollah Assadi était à la tête du réseau de renseignement de Téhéran en Europe », a déclaré à Al-Arabiya le 22 janvier M. Javad Dabiran, directeur adjoint du bureau de représentation du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) en Allemagne. « 40% et plus précisément 144 des 289 réunions d’Assadi avec ses agents ont eu lieu en Allemagne.

Cela implique deux choses. Premièrement, une grande partie du réseau [du régime] est située en Allemagne et l’Allemagne est le théâtre des activités terroristes du régime des mollahs », a ajouté M. Dabiran.

La veille de la condamnation d’Assadi, un autre complot du VEVAK contre la Résistance iranienne en Allemagne a été révélé.

Le régime avait tenté de persuader des Iraniens résidant en Allemagne d’espionner le bureau du CNRI en Allemagne et Javad Dabiran, puis de recevoir « un beau pactole ».

L’arrestation récente d’un autre espion en Suède, occupant un poste de haute sécurité, est la plus récente dans les chaînes d’arrestation des espions du régime en Europe.

Elle implique également à quel point le réseau d’espionnage du régime est enraciné en Europe, éclipsé par la persistance des dirigeants européens sur la politique de complaisance ratée envers Téhéran.

En juillet 2017, Ali Fallahian, l’ancien chef du VEVAK, a reconnu dans une interview comment les agents du régime travaillent sous de nombreuses couvertures en Europe. « Le ministère a besoin d’une couverture pour ses travaux de collecte d’informations à l’intérieur du pays et à l’extérieur.

Évidemment, nous n’envoyons pas un agent en Allemagne ou en Amérique pour lui dire, par exemple, « ok, je suis un agent du ministère du Renseignement, et je suis ici pour collecter des informations, s’il vous plaît, donnez-les-moi ».

Il travaillerait sous couvert d’affaires ou d’autres emplois, notamment sous la couverture de journaliste. Vous savez que beaucoup de nos reporters sont des agents du VEVAK », a déclaré Falahian.

Arrested Iranian agent Kaveh Lotfolah Afrasiabi in U.S. is the tip of the iceberg

Comme l’a révélé le procès d’Assadi, le régime des mollahs est impliqué dans le terrorisme au plus haut niveau. Le 28 avril 2021, Hassan Rohani, alors président du régime, a confirmé que le Conseil suprême de sécurité nationale du régime prenait toutes les décisions concernant les activités malveillantes de Téhéran.

« Toutes les questions complexes de politique étrangère et du domaine de la défense sont discutées au sein du Conseil suprême de sécurité nationale, que ce soit lorsque nous voulons [mener] une opération défensive et que nous devons mener une opération offensive quelque part ou que nous voulons entreprendre une tâche politique importante », a reconnu Rohani.

Avant Rohani, son ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, qui a supervisé le complot d’attentat de 2018 mené par Assadi en Europe, a reconnu comment son ministère est entièrement impliqué dans le terrorisme et l’espionnage dans un enregistrement audio qui a fuité.

« La plupart des ambassadeurs de notre ministère des Affaires étrangères ont une structure de sécurité.

Notre ministère des Affaires étrangères a été confronté à des problèmes de sécurité depuis qu’il a commencé à fonctionner.

L’agenda du ministère des Affaires étrangères est un agenda politico-sécuritaire depuis le début de la révolution.

Dans les années 1990, ils ont fermé la direction économique du ministère et créé à la place des directeurs régionaux dont les tendances étaient plus politiques et liées à la sécurité », a déclaré M. Zarif.

Les responsables européens devraient prendre au sérieux la récente arrestation d’un autre espion en Suède et la considérer comme une menace croissante de terrorisme de la part du régime.

What you should know about Iran's network of terrorists and spies in EU

Malheureusement, les dirigeants européens sont plus préoccupés par le maintien du dialogue avec le régime terroriste de Téhéran. Ceci intervient alors que le nouveau gouvernement du régime n’a plus la façade « modérée ».

Le nouveau ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a été considéré comme un « agent de terrain » et est un membre connu de la « force terroriste Qods ». Pourtant, les dirigeants de l’UE, en particulier Josep Borrell, le diplomate en chef de l’UE, n’ont pas perdu l’occasion de rencontrer et de faire l’éloge d’Amir-Abdollahian et du régime terroriste qu’il représente lors de la récente Assemblée générale des Nations unies.

Les dirigeants de l’UE devraient adopter une politique ferme à l’égard de ce régime. La complaisance avec ce régime ne ferait que l’encourager à poursuivre ses activités terroristes. Comme l’a répété la Résistance iranienne, l’UE devrait fermer les ambassades du régime et expulser ses agents opérant dans l’Union européenne sous divers prétextes. Cela renforcerait certainement la sécurité des citoyens de l’UE.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe