mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeTéhéran n'abandonnera pas son objectif de tuer des Américains, même au prix...

Téhéran n’abandonnera pas son objectif de tuer des Américains, même au prix de l’accord nucléaire

Téhéran n'abandonnera pas son objectif de tuer des Américains, même au prix de l'accord nucléaire
Cette semaine, le commandant de l’unité navale du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) a déclaré que Téhéran ne cessera pas d’essayer de venger l’élimination de Qassem Soleimani, qualifiant une telle notion de « pure fantaisie ». Soleimani était le principal cerveau terroriste du régime. Le commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique, Alireza Tangsiri, répondait aux demandes américaines selon lesquelles Téhéran ne devrait pas venger la mort de Soleimani en échange du retrait du
Corps des gardiens de la révolution islamique de la liste américaine des organisations terroristes.

Soleimani, l’ancien commandant de la force Qods, a été tué par une frappe de drone américain à l’aéroport de Bagdad en janvier 2020. Quelques jours plus tard, le régime a tiré une volée de missiles balistiques sur l’est de l’Irak, visant des bases militaires où étaient logés des militaires américains. Plus de 100 soldats ont subi des traumatismes crâniens, et Téhéran a rapidement commencé à insister sur le fait qu’il ne s’agissait que des premières représailles.

Les forces du régime des mollahs et leurs mandataires régionaux ont ensuite mené des frappes de drones sur au moins deux autres bases militaires où du personnel américain était stationné. Plus récemment, il a été signalé que l’ancien secrétaire d’État, Mike Pompeo, parmi d’autres Américains, avait reçu des menaces crédibles d’un complot d’assassinat ourdi par les pasdaran.

Tangsiri a déclaré que le haut commandant des pasdaran lui-même « a dit que la vengeance est inévitable et que nous choisirons le moment et le lieu pour le faire. » Ces remarques renforcent le sentiment exprimé plus tôt dans la semaine par Saeed Khatibzadeh, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

Le régime a précédemment demandé que Pompeo et l’ancien président Donald Trump soient jugés par un « tribunal islamique », mais a ajouté que si les autorités occidentales n’acceptaient pas cette demande, alors Téhéran et ses partisans poursuivraient la « justice » via leurs propres mécanismes extrajudiciaires. Un commandant supérieur des pasdaran a déclaré la semaine dernière que même le fait de tuer tous les dirigeants américains actuels serait insuffisant pour venger la mort de Soleimani.

Ironiquement, le développement de cette rhétorique ne semble pas avoir affecté les expressions publiques de confiance de Téhéran concernant les résolutions potentielles relatives à l’accord nucléaire iranien de 2015, ou au plan d’action global conjoint (JCPOA). Les négociations en vue d’un retour mutuel au respect de cet accord ont débuté il y a plus d’un an et sont toujours en cours.

Depuis plusieurs semaines, des personnalités des deux côtés des pourparlers de Vienne insistent sur le fait que les problèmes qui sous-tendent la plupart de ces demandes ont été résolus. Mohammad Eslami, le directeur de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, a réitéré la position officielle de Téhéran selon laquelle les discussions sur les « questions techniques » sont terminées et que le régime attend maintenant que les États-Unis prennent des « décisions politiques » qui pourraient conduire directement à la signature d’un nouvel accord.

Les médias indiquent que la Maison Blanche est de plus en plus déterminée à maintenir le Corps des gardiens de la révolution islamique sur la liste des organisations terroristes, malgré l’insistance de l’Iran sur le fait que cela constitue une « ligne rouge » dans la position de négociation du régime.

De l’avis général, le retrait potentiel des pasdaran de la liste est le dernier point de friction dans les négociations sur le rétablissement du JCPOA. Mais il est probablement insoluble, d’autant plus que les personnalités politiques des deux camps semblent durcir publiquement leurs positions respectives.

Dans le cas de Téhéran, cette tendance reflète une consolidation du pouvoir par la ligne dure qui a commencé sérieusement avec des élections législatives étroitement contrôlées en février 2020, puis s’est poursuivie avec une élection présidentielle tout aussi antidémocratique en juin 2021. À l’inverse, le refus de la Maison-Blanche d’acquiescer à la dernière demande de l’Iran va à l’encontre de ce que de nombreux observateurs attendaient après l’investiture du président Joe Biden, qui avait déclaré qu’il reviendrait rapidement sur la décision de son prédécesseur de se retirer de l’accord nucléaire.

Mais M. Biden a été confronté à une pression croissante sur cette question, et plus particulièrement sur la perspective de retirer le Corps des gardiens de la révolution islamique de la liste des organisations terroristes, avec des déclarations d’inquiétude émanant non seulement de ses adversaires républicains traditionnels, mais aussi des rangs de son propre parti démocrate. Et son apparente sensibilité à cette critique n’a pas empêché les commentateurs politiques de mettre en garde contre le fait qu’un nouvel accord avec Téhéran pourrait finir par canaliser l’argent directement dans les mains des pasdaran, en particulier à la suite de la radiation de la liste.
« Si l’Iran veut une levée des sanctions qui va au-delà du JCPOA, il devra répondre à nos préoccupations qui vont au-delà du JCPOA », a déclaré Ned Price, porte-parole du département d’État, lorsqu’il a été interrogé sur la radiation des Gardiens de la révolution.

« S’ils ne veulent pas utiliser ces pourparlers pour résoudre d’autres questions bilatérales, alors nous sommes convaincus que nous pouvons très rapidement parvenir à un accord sur le JCPOA et commencer à remettre en œuvre l’accord lui-même« , a déclaré M. Price aux journalistes.

À Téhéran, le Guide Suprême du régime iranien, Ali Khamenei, n’a pas non plus la tâche facile lorsqu’il s’agit de décider s’il doit renoncer à l’accord au-delà du JCPOA pour obtenir un allègement des sanctions ou non. Sceller le programme nucléaire pour la deuxième fois, malgré toute la rhétorique et toute la mobilisation de sa propre base sur ce même projet, lui coûtera cette fois-ci plus que sa propre image.

Que ce soit Téhéran ou Washington qui cligne des yeux en premier, la question continue de dominer de nombreuses têtes et salles de planification stratégique dans le monde. Avec un Khamenei en guerre en Ukraine, la hausse des prix du pétrole qui alimente ses ambitions d’extorsion, et les élections américaines de mi-mandat à l’horizon, il est certain que céder aux exigences du régime iranien ne sera pas la meilleure des options.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe