jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeRapport : Avis d'experts sur l’attentat déjoué contre l’opposition iranienne à Villepinte...

Rapport : Avis d’experts sur l’attentat déjoué contre l’opposition iranienne à Villepinte en 2018

Un tribunal d’Anvers a entendu l’affaire en appel de trois agents iraniens qui avaient tenté de poser une bombe puissante dans le rassemblement « Pour un Iran libre » à Paris (Villepinte) en 2018. Au cours de cette audience, deux experts en explosifs ont témoigné. Les témoignages des experts ont mis en lumière des dimensions sidérantes des pertes possibles si la bombe avait explosé.

L’audience de jeudi a de nouveau souligné les motifs criminels de cet attentat à la bombe déjoué. L’opération a été ordonnée par le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, et la cible était Maryam Radjavi, Présidente-élue de la Résistance iranienne ainsi que d’autres participants au rassemblement « Pour un Iran libre » à Villepinte.

Selon des témoignages d’experts jeudi, les experts en explosifs du régime ont fabriqué cette bombe en Iran. Le diplomate-terroriste iranien Assadollah Assadi avait transféré la bombe d’Iran en Autriche à l’aide d’un avion de ligne commercial le 22 juin 2018. Assadi avait livré la bombe à Nasimeh Na’ami et Amir Sadouni le 28 juin 2018. Les autorités suisses ont confisqué la bombe dans la voiture du couple le 30 juin 2018. Voici les détails techniques de la bombe.

Iranian opposition warns against uptick in Tehran’s terrorist activities

Présentation générale de l’Avis Technique de la Bombe
1- La bombe avait une structure professionnelle qui indique qu’elle a été conçue par des experts en explosifs en Iran.

2- La bombe contenait 596 grammes de matière explosive TATP. Sa dimension était de 832 centimètres cubes, telle que déterminée par des calculs précis effectués par des experts de la police belge.

3- Contrairement aux affirmations des inculpées, la structure de la bombe a été conçue pour augmenter la quantité d’éclats d’obus propulsés par l’explosion et ajouter à son effet mortel.

4- La bombe a partiellement explosé lors de son désamorçage, blessant un policier qui se tenait à 80 mètres. Si la bombe avait complètement explosé, l’étendue des dégâts aurait pu être beaucoup plus importante.

5- Selon l’évaluation précise des experts policiers, l’explosion aurait été mortelle jusqu’à 53 mètres.

Par conséquent, étant donné que le lieu ciblé était bondé, l’explosion de la bombe aurait pu faire des centaines de morts et de blessés. Les pertes auraient augmenté en raison du chaos qui en aurait résulté et de la tentative des gens de quitter les lieux. L’attentat à la bombe aurait pu se transformer en la plus grande catastrophe terroriste en Europe au 21e siècle.

Iranian diplomat Assadollah Assadi faces terrorism trial in Belgium court

Témoignage d’experts en explosifs

Lors de l’appel de trois des complices d’Assadollah Assadi, le tribunal a entendu deux experts en explosifs sur l’étendue des effets destructeurs de la bombe.

Refusant de faire appel du verdict, Assadollah Assadi a pratiquement accepté la peine de 20 ans de prison et n’a pas assisté aux audiences précédentes. Ses associés ont tenté de minimiser leur rôle dans le complot en faisant appel, et ils ont même affirmé que la bombe qu’ils essayaient de faire exploser n’avait pas beaucoup de pouvoir destructeur. Par conséquent, le tribunal a convoqué deux experts pour examiner les demandes.

Un expert allemand a d’abord comparu comme témoin devant le tribunal et a répondu aux questions du juge, puis des avocats des accusés et des avocats du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) et d’autres plaignants.

Les experts allemands ont souligné que l’onde de choc dépend du poids et de la distance de la bombe et ont noté qu’un policier a été blessé lors du désamorçage de la bombe alors qu’il se trouvait à une longue distance.

Les experts ont souligné que si la bombe avait explosé, ses pièces auraient pu agir comme des balles, preuve que la bombe a été fabriquée de manière professionnelle. Il a également noté que les parties de la bombe étaient conçues pour augmenter les pertes et que même l’onde de choc aurait pu être mortelle.

Un autre expert, belge, a déclaré que la bombe était une bombe professionnelle. Il a déclaré que la caméra du robot utilisé pour désamorcer la bombe a été détruite, même si le robot a été conçu pour résister aux explosions. Outre sa caméra, l’une des poignées du robot a également été détruite et ne peut pas être réparée.

Il a souligné que la bombe avait « partiellement » explosé. S’il avait complètement explosé, il aurait pu y avoir beaucoup plus de dégâts. L’expert belge a déclaré qu’ils disposaient de données et de preuves les amenant à conclure que la bombe avait été fabriquée de manière professionnelle. Il a déclaré que les matériaux utilisés montraient que les concepteurs savaient ce qu’ils faisaient.

« Par exemple, la batterie a été placée d’une manière spécifique, de sorte que tous les composants soient ensemble. Ils devait être détruits lors de l’explosion, et c’est un autre signe que la bombe a été fabriquée de manière professionnelle », a noté l’expert.

Lorsque le juge a demandé à l’expert s’il pouvait confirmer que la bombe avait été fabriquée de manière professionnelle, il a répondu : « Oui. Celui qui a créé la bombe était un expert. C’est vrai aussi propos de la télécommande. On aurait pu le confondre avec une télécommande d’ouvre-porte de garage. Ce n’était pas facile d’identifier la télécommande.

La bombe contenait 596 grammes de matière explosive TATP. Sa dimension était de 832 centimètres cubes, telle que déterminée par des calculs précis effectués par des experts de la police belge. L’expert belge a souligné qu’une fois la bombe explosée, elle aurait créé une boule de feu, brûlant tout dans son environnement. « La façon dont nous calculons est que nous avons un logiciel qui calcule les nombres, et nous avons une table que l’armée américaine utilise », a-t-il déclaré.

Il a également déclaré que si la bombe explosait, elle aurait pu avoir un effet mortel dans un rayon de 53 mètres. L’expert a également souligné qu’un policier se tenant à 80 mètres de la bombe a été blessé. C’est alors que la bombe n’a pas complètement explosé.

Comment la bombe a-t-elle été transportée et dissimulée ?
Selon les pièces du dossier, la bombe était incrustée dans la doublure d’un sac pour femme porté par Nasimeh Naami. Le sac était dans une valise à l’intérieur de la voiture du couple et la télécommande était placée dans une trousse de maquillage.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe