lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeL'impunité pour le terrorisme du régime iranien invite à l'insécurité en Occident

L’impunité pour le terrorisme du régime iranien invite à l’insécurité en Occident

L'impunité pour le terrorisme du régime iranien invite à l'insécurité en Occident

Le 10 août, le ministère américain de la Justice a dévoilé son dossier contre Shahram Poursafi, un agent des Gardiens de la révolution iraniens qui a longuement communiqué avec un informateur confidentiel du FBI au sujet de plans pour assassiner l’ancien conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton et l’ancien secrétaire d’État américain Mike Pompeo. Les activités de Poursafi à cet égard remontent au moins à octobre 2021 et sont révélatrices du terrorisme effréné du régime iranien ces dernières années.

Depuis la mort du commandant terroriste de la Force Qods du CGRI, Qassem Soleimani, l’ensemble du régime iranien n’a eu que trop envie de le citer comme justification de la violence contre ses adversaires étrangers et, comme il l’a ouvertement admis à de nombreuses reprises dans le passé, Téhéran considère ces actions comme faisant partie de sa « profondeur stratégique » dans le reste du monde.

Aux alentours du premier anniversaire de l’attaque, le chef de la justice de l’époque, Ebrahim Raïssi, a ouvertement menacé ces adversaires de « vengeance sévère« , arguant que les mandataires terroristes du monde entier seraient prêts à donner suite aux appels au meurtre de Bolton, Pompeo et d’autres.

Un an plus tard, Raïssi a légèrement modifié son ton pour l’adapter à son nouveau rôle de président du régime iranien. Mais malgré l’accent mis sur la notion de poursuites devant un « tribunal islamique », Raïssi a réitéré qu’en l’absence de procès, le régime iranien doit imposer un jugement par défaut de Ghisas ou « vengeance ». Ses commentaires qui ont suivi n’ont fait que renforcer l’idée que les terroristes iraniens prennent sur eux de mettre en œuvre les notions tordues de justice du régime.

La rhétorique entourant la mort de Soleimani est particulièrement intéressante car elle souligne le fait que le terrorisme fait partie intégrante de l’identité du régime iranien. La perte du chef de la Force Qods a créé une crise pour le système au pouvoir, qui a cherché à la résoudre en promouvant encore plus le terrorisme pour lequel il était connu tout en intensifiant la répression de l’opposition en interne.

La présidence de Raïssi a été une force motrice pour les deux tendances, comme de nombreux critiques du régime l’avaient prévu lorsqu’il a été nommé à ce poste en juin 2021. Mais bien que cette attente se soit avérée correcte par un taux d’exécutions en flèche, l’expansion des médias la censure et plusieurs menaces terroristes au cours des derniers mois, la présidence de Raïssi n’a pas réussi à atteindre ses objectifs supplémentaires de faire taire la dissidence et de résoudre les crises du régime.

Comme l’a récemment expliqué l’ancien président du parlement britannique John Bercow dans un message vidéo au Conseil national de la résistance iranienne, « les dictateurs pensaient que mettre le voyou génocidaire Ebrahim Raïssi stabiliserait les choses, maintiendrait la population sous contrôle, s’arrogerait le pouvoir au centre et sécuriser la base [du régime]. Ce qu’ils n’ont pas pris en compte, c’est l’opposition de la population. Raïssi a engendré des protestations de masse, des protestations chaque semaine… »

Le massacre de 1988 mérite d’être mentionné dans le contexte des menaces contre les ressortissants occidentaux car il a largement contribué à établir l’impunité du régime dans les affaires liées à la violence politique et au terrorisme d’État. Bien que la communauté internationale ait été au courant des meurtres à l’époque et les ait mentionnés dans une résolution des Nations Unies à la fin de cette année-là, aucune autre mesure n’a été prise par aucune des institutions de l’ONU ou par l’un de ses principaux États membres.

En septembre 2020, plusieurs experts des droits de l’homme de l’ONU ont écrit une lettre ouverte aux autorités iraniennes au sujet du massacre de 1988. Dans ce document, ils ont reconnu que « l’inaction de ces organes a eu un impact dévastateur sur les survivants et les familles ainsi que sur la situation générale des droits de l’homme en Iran ». Depuis lors, Téhéran en est apparemment venu à croire qu’il y a peu de provocations auxquelles il ne peut pas se soustraire, et malheureusement, cette perception n’a été renforcée que ces dernières années par des échecs similaires.

Les menaces terroristes contre Bolton, Pompeo et d’autres pourraient préparer le terrain pour la même chose. Bien que le ministère américain de la Justice ait déposé des accusations par contumace contre Shahram Poursafi, le gouvernement américain n’a montré aucun signe indiquant qu’il avait l’intention de suivre l’affaire avec le régime iranien, et encore moins de prendre de sérieuses mesures de représailles qui pourraient minimiser les risques de menaces supplémentaires émerger à l’avenir et causer effectivement la mort ou des blessures à des personnes en Occident.

Malheureusement, la réponse initiale du département d’État américain aux révélations sur l’affaire Poursafi n’inspire pas beaucoup de confiance. Bien qu’une déclaration officielle ait mis en garde contre de graves conséquences pour toute attaque, elle semblait simplement passer sous silence les menaces sous-jacentes, invitant effectivement le régime iranien à continuer de proférer ces menaces et de planifier des attaques dans l’espoir qu’il jouira d’une impunité totale en Occident.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe