dimanche, décembre 4, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe terrorisme et les violations des droits humains en Iran : conséquences...

Le terrorisme et les violations des droits humains en Iran : conséquences de la politique de complaisance

Le terrorisme et les violations des droits humains en Iran : conséquences de la politique de complaisance

Mercredi, le Conseil national de la Résistance iranienne a publié une déclaration en réponse à un appel déposé devant un tribunal belge par trois individus condamnées en février pour complot terroriste lors du rassemblement de la Résistance iranienne en 2018 à Paris (Villepinte). Les accusés purgent leurs peines de 15, 17 et 18 ans de prison, tandis que leur maître, un diplomate iranien nommé Assadollah Assadi, a été condamné à une peine de 20 ans de prison ferme. La déclaration du CNRI a mis en garde contre toute atténuation des conséquences juridiques et a également souligné que le statu quo n’est pas une ligne de conduite suffisante en soi.

« Pour démanteler le terrorisme du régime, le Ministère du renseignement et de la sécurité et le Corps des gardiens de la révolution islamique doivent être désignés comme terroristes dans leur intégralité, leurs agents et agents doivent être poursuivis et punis, leur citoyenneté révoqués et ils doivent être expulsé », indique le communiqué. Il a également recommandé qu’un dossier soit soumis au Conseil de sécurité des Nations Unies concernant l’ensemble des activités terroristes du régime en Iran, ainsi que les crimes contre l’humanité qui ont visé le peuple iranien.

Iran's diplomat & the largest terror plot in Europe. What was Assadollah Assadi's role

L’appel des co-conspirateurs d’Assadi est entendu en même temps que des audiences se tiennent en Albanie dans l’affaire Hamid Noury, un ancien responsable pénitentiaire iranien qui a été impliqué dans le massacre de l’été 1988. Noury avait conduit des prisonniers politiques devant une « commission de la mort » à la prison de Gohardacht, puis à la potence lorsqu’ils ont refusé de céder face au système théocratique. Les récentes audiences en Albanie reflètent le fait que le massacre visait principalement des membres de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK).

La plupart des victimes du massacre ont été enterrées dans des fosses communes secrètes, et au fil des ans, certaines de ces tombes ont été pavées et construites dessus dans le but de contrecarrer toute enquête future. Amnesty International a mis en garde contre l’impact potentiel de cette action, à la fois en termes d’impact sur les familles des victimes et l’impunité du régime en matière de violations des droits humains et de terrorisme.

Amnesty n’a pas tardé à souligner cette impunité à la suite de l’élection présidentielle des mollahs en juin 2021, qui a vu l’élection d’Ebrahim Raïssi à la deuxième plus haute fonction du pays à la suite d’une course dans laquelle d’autres candidats viables ont été interdits de candidature. « Le fait qu’Ebrahim Raisi ait accédé à la présidence au lieu de faire l’objet d’une enquête pour les crimes contre l’humanité de meurtre, de disparition forcée et de torture, est un sombre rappel que l’impunité règne en maître en Iran », a déclaré la secrétaire générale de l’organisation, Agnès Calamard, dans un communiqué après l’élection.

La demande implicite d’une telle enquête reposait principalement sur deux choses : le rôle de Raïssi en tant que chef du pouvoir judiciaire au moment de la répression meurtrière d’un soulèvement populaire en 2019, et son rôle en tant que l’un des quatre membres de la commission de la mort de Téhéran qui a supervisé une grande partie du massacre de 1988. Le commentaire du CNRI sur le procès de Nouri a souligné que le principe utilisé pour justifier les poursuites pourrait également être utilisé pour poursuivre l’actuel président iranien.

Khamenei a installé Raïssi en tant que président et a joué un rôle déterminant dans la nomination préalable d’autres terroristes et violateurs des droits de l’homme à d’autres postes de haut niveau. Parmi ceux-ci se trouvaient Mostafa Pourmohammadi et Alireza Avaei, qui ont été successivement ministres de la Justice, bien qu’ils aient tous deux participé directement au massacre de 1988. Pourmohammadi a même siégé à la commission de la mort de Téhéran aux côtés de Raïssi et a ensuite défendu le massacre de membres de l’OMPI dans des entretiens avec les médias d’État, après que les détails du massacre ont été divulgués en 2016.

Les décideurs politiques occidentaux sont restés largement silencieux sur la question du massacre à la suite de ces déclarations publiques, suscitant ainsi de nouvelles critiques concernant la faiblesse des politiques face à Téhéran et une tendance à la complaisance. En septembre 2020, sept experts des droits de l’homme de l’ONU ont écrit une lettre ouverte aux autorités iraniennes au sujet du massacre de 1988 et ont attiré l’attention sur l’échec de la communauté internationale à donner suite aux premiers rapports faisant état d’une recrudescence des meurtres. Cela, ont-ils dit, « a eu un impact dévastateur sur les victimes et les familles, ainsi que sur la situation générale des droits humains en Iran ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe