jeudi, juin 20, 2024
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe régime utilise les migrants afghans pour renflouer les funérailles de Raissi

Le régime utilise les migrants afghans pour renflouer les funérailles de Raissi

Le régime utilise les migrants afghans pour renflouer les funérailles de Raissi

L’agence de presse du régime iranien a reconnu vendredi que Téhéran avait utilisé des migrants afghans pour soutenir la foule lors des funérailles du président décédé du régime, Ebrahim Raïssi, à Mashhad.

L’agence de presse de la République islamique (IRNA) a rapporté que plus de 100 000 migrants afghans résidant à Mashhad ont participé au cortège funèbre de Raïssi. « Selon la Direction générale des affaires des étrangers et des immigrés du Khorasan-e Razavi, plus de 100 000 Afghans ont participé aux cérémonies funéraires et funéraires de Raïssi et de ses compagnons« , a indiqué l’IRNA.

« Mashhad, après Téhéran, accueille le plus grand nombre de migrants étrangers, avec près de 400 000 étrangers enregistrés, y compris ceux qui possèdent des cartes d’identité spéciales, des passeports, des passeports familiaux et des documents de recensement, tous enregistrés dans le système SIAM du ministère de l’Intérieur« , a ajouté l’IRNA. « En outre, environ 300 000 étrangers non enregistrés résident à Mashhad, parmi lesquels ceux dont le passeport est expiré, qui sont considérés comme des immigrants illégaux. Ces derniers mois, environ 100 000 de ces sans-papiers ont été rapatriés.»

Le journal officiel Ensaf News a également écrit : « L’Association des propriétaires d’hôtels de Mashhad a annoncé que les hôtels de cette ville accueilleraient gratuitement les participants aux funérailles du président du mercredi 22 mai au jeudi 23 mai à midi. »

Les politiques du régime des mollahs à l’égard des réfugiés afghans ont fait l’objet de critiques au fil des années, notamment en ce qui concerne les difficultés qu’ils rencontrent pour accéder à l’éducation et à l’emploi, ainsi que les restrictions imposées à leurs déplacements et à leur résidence dans plusieurs provinces.

Depuis des décennies, le régime exploite le sort des migrants afghans à travers ses politiques d’immigration à des fins politiques. Tout en prétendant fournir un refuge et un hébergement pour obtenir le soutien du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le régime met en œuvre une discrimination systémique et des mauvais traitements envers les ressortissants afghans. De plus, le régime recrute des hommes et des garçons afghans dans des groupes mandataires pour réprimer les manifestations et faire avancer ses ambitions en Syrie, en Irak et au Liban, en profitant de la pauvreté et des difficultés de leurs familles.

En juillet 2023, des rapports ont indiqué que certaines écoles publiques iraniennes facturaient illégalement l’inscription des étudiants afghans. Auparavant, le directeur général des Affaires étrangères et des immigrants de la province de Kermanshah avait annoncé l’interdiction pour les ressortissants afghans de voyager, de résider et de travailler dans 16 provinces, dont l’Azerbaïdjan oriental, l’Azerbaïdjan occidental, Ardabil, Zanjan, le Kurdistan, Kermanshah, Ilam, Lorestan et Chaharmahal. et Bakhtiari, Kohgiluyeh et Boyer-Ahmad, Gilan, Mazandaran, Sistan et Baluchestan, Hormozgan et Hamedan.

Un autre rapport du journal public Fardaye Eqtesad a répertorié d’autres provinces dans lesquelles des interdictions de séjour partielles sont imposées aux ressortissants afghans, notamment Ispahan, Bushehr, le Khorasan du Sud, le Khorasan Razavi, le Khuzestan, Semnan, le Fars, Qazvin, Kerman, le Golestan, Markazi et Yazd.