vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafStevenson : un massacre imminent en Irak

Stevenson : un massacre imminent en Irak

L’abandon par Obama du camp d’Achraf à son sort bafouerait l’honneur américain

Par Struan Stevenson

The Washington Time, 2 novembre – C’était le moment de « mission accomplie » que des millions d’Américains attendaient et que beaucoup d’entre nous attendaient depuis longtemps : la fin officielle de la guerre en Irak et le retour de toutes les troupes américaines. Que vous pensiez que l’opération en Irak était une noble cause ou une pure folie, l’annonce par le président Obama le mois dernier du retour à temps des combattants, hommes et femmes, dans leurs familles pour les vacances était sujette à célébration.

Cela devrait également sonner l’alarme. Le retrait est largement perçu à travers la région comme une victoire pour l’Iran. Le sénateur John McCain, républicain d’Arizona, l’a qualifié de « sérieuse erreur » qui encouragerait une alliance encore plus profonde et plus dangereuse entre le premier ministre Nouri al-Maliki et Téhéran – craintes implicitement validées par les avertissements sévères de la secrétaire d’État Hillary Rodham Clinton et du secrétaire à la Défense Leon E. Panetta selon lesquels l’Iran ne devrait pas « prendre avantage » de la situation.

La question qui nous hante à l’heure actuelle est la suivante : Que se passera-t-il dans le nouvel Irak lorsque l’armée américaine partira ? Les récents événements sur le terrain suggèrent une réponse : Des hommes, des femmes et des enfants au nombre de 3400 – chacun et chacune d’entre eux étant protégé par une garantie écrite de protection du gouvernement américain – seront exterminés par les forces de M. Maliki, sur ordre de Téhéran. Ces résidents du camp d’Achraf, dans la province de Diyala près de la frontière iranienne, appartiennent au mouvement de résistance le mieux organisé, les Moudjahidine du peuple.
 
Dévoués à un changement de régime non-violent et pour un Iran de demain démocratique et non-nucléaire, avec des droits égaux pour les femmes, les minorités et les religions, ils sont, naturellement, le pire cauchemar des mollahs. Téhéran a juré de les éliminer, à n’importe quel prix. Et ils sont désarmés. En d’autres termes, une fois les troupes américaines parties, ils deviennent une cible facile.

En avril dernier, l’armée irakienne a attaqué le camp, faisant 36 morts et au moins 300 blessés – la seconde attaque délibérée en deux ans – et les troupes américaines étaient dans le pays. Penser que le massacre total de ceux qui se trouvent à l’intérieur du périmètre perméable d’Achraf, ne sera pas commis au moment même où les États-Unis se retirent, équivaut à tacitement tolérer ce massacre. Cela ne doit pas arriver.

Ce qui se met en travers du chemin pour une réinstallation sure des habitants d’Achraf est une de ces très rares choses que le gouvernement des États-Unis partage avec le régime tyrannique iranien : la désignation des Moudjahidine du peuple comme organisation terroriste. Tant que les résidents d’Achraf restent sur la liste des organisations terroristes étrangères, ils ne peuvent être raisonnablement assurés d’obtenir l’asile dont ils ont si désespérément besoin. Tandis qu’une demande faite récemment par des parlementaires britanniques aux Nations Unies d’assurer une protection est favorablement accueillie, c’est bien loin de la défense américaine promise et que le gouvernement américain est tenu par l’honneur de remplir.
 
La communauté internationale doit aux Moudjahidine du peuple une énorme dette de gratitude pour avoir fourni des informations précieuses sur la localisation des installations nucléaires iraniennes. Pourtant, il est de notoriété publique dans les sphères de la sécurité nationale américaine que les Moudjahidine du peuple ont été placés et maintenus sur la liste noire du Département d’État dans le cadre de la vaine stratégie de complaire à l’Iran.
 
Depuis lors, des démocrates et des républicains au Congrès américain ont demandé une action directe et la radiation des Moudjahidine du peuple de la liste. Un tableau impressionnant de responsables de la sécurité nationale et d’analystes du contre-terrorisme du plus haut niveau ont publiquement confirmé que les Moudjahidine du Peuple ne constituent aucune menace que ce soit pour l’Amérique.
 
Après des enquêtes indépendantes et exhaustives, le Royaume Uni et l’Union européenne ont radié l’OMPI de leurs listes, avec la haute cour britannique qualifiant cette inscription de décision « perverse ». L’UE a appelé à plusieurs reprises à la protection immédiate des résidents d’Achraf et a récemment nommé un ambassadeur pour s’assurer de leur sécurité, mais la désignation américaine sans fondement continue d’entraver nos justes tentatives.

Plus récemment, le Haut Commissariat aux Nations Unies pour les Réfugiés a classé les résidents d’Achraf comme demandeurs d’asile en vertu du droit international, leur octroyant légalement un droit à la protection physique pendant la recherche d’une réinstallation. Mais M. Maliki refuse de coopérer avec l’agence de l’ONU, brandissant la désignation terroriste injustifiée aux Etats-Unis comme son « permis de tuer ».
 
Malgré l’avis positif de l’ambassadeur américain en Irak, James Jeffrey, qui prétend que les États-Unis laissent derrière eux LE modèle de la nouvelle démocratie au Moyen-Orient, l’Irak a démontrer vouloir s’aligner avec l’un des régimes les plus brutaux de la planète. Si les États-Unis ne tiennent pas leur parole et n’honorent pas les choses qui restent encore à régler avec les hommes, les femmes et les enfants du camp d’Achraf, soyez sûrs que l’Iran réglera ses propres comptes avec eux.
 
La vitesse s’impose. Il ne reste plus que huit semaines jusqu’à ce que le dernier soldat américain quitte l’Irak. Les vies de 3400 opposants iraniens sont en jeu – et tout autant la crédibilité américaine aux yeux du reste du monde.
 
Ne vous trompez pas : Un massacre du type de Srebrenica se produira au camp d’Achraf. Quand cela se produira, nul ne pouraa dire aux Etats-Unis qu’il n’aura pas été prévenu.
 
Struan Stevenson est un eurodéputé conservateur représentant l’Écosse. Il préside la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe