jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitéssommet mondial Iran libreIran libre 2021 : la réaction à la présidence de Raïssi et...

Iran libre 2021 : la réaction à la présidence de Raïssi et la résistance croissante des Iraniens

Le régime iranien a tenu sa parodie d’élection présidentielle pour installer le candidat préféré du guide suprême des mollahs, Ali Khamenei. L’ère d’Ebrahim Raïssi sera marquée par une répression accrue à intérieure et un terrorisme effréné à étranger.

La communauté internationale dispose désormais de plusieurs semaines pour préparer sa réponse à cette évolution avant que Raïssi n’hérite formellement de la présidence de Hassan Rohani en août. Certains décideurs politiques aux États-Unis et en Europe ont déjà une idée claire de la manière dont Raïssi devrait être reçu en tant que nouveau représentant du régime sur la scène mondiale. Mais d’autres devront peut-être réévaluer leurs préférences concernant la politique iranienne, afin de déterminer si le statu quo peut être maintenu, même lorsqu’il s’agit de quelqu’un qui est considéré comme responsable de violations généralisées des droits humains et de crimes contre l’humanité à grande échelle.

Heureusement pour les politiques qui sont actuellement incertains de la meilleure voie à suivre, le monde aura l’occasion le mois prochain d’entendre les opinions d’experts et les interventions de personnes directement affectées par les choix du pouvoir iranien. Entre le 10 et le 12 juillet, les organisateurs du Sommet pour un Iran libre tiendront leur rassemblement annuel avec des expatriés iraniens et leurs partisans. Les réactions à « l’élection » de Raïssi occuperont certainement le devant de la scène pendant une grande partie de l’événement.

Comme pour l’événement de l’année dernière, le Sommet mondial un Iran libre se tiendra principalement en ligne. Mais il comprendra des rassemblements de personnes dans plusieurs pays comptant une importante population d’iraniens et présentera des discours en direct d’un éventail politiquement diversifié d’experts politiques américains et européens et de militants des droits de l’homme et des militantes féministes.

Téhéran a tenté de poser une bombe contre le sommet de 2018 en juin 2018. Heureusement, le complot terroriste a été déjoué et a servi à révéler le désespoir du régime face au progrès du mouvement de Résistance en Iran. Le complot à la bombe de 2018 était manifestement motivé en grande partie par le succès de l’OMPI lors des manifestations antigouvernementales en décembre 2017 en janvier 2018.

Le soulèvement de 2018 a été significatif non seulement par son ampleur, mais aussi par ses slogans qui comprenaient des appels à l’éviction de toutes les figures de proue du régime, y compris le Guide suprême des mollahs. Ainsi que le rejet des deux factions au sein du régime et de l’ensemble du système en place. Ce message a empêché les autorités du régime d’expliquer les troubles comme étant axés sur uniquement les problèmes économiques ou d’autres problèmes, et ainsi, au plus fort du soulèvement, Khamenei a prononcé un discours dans lequel il a reconnu le rôle de l’OMPI et de son haute -niveau d’organisation dans la société pour mobiliser la résistance contre le régime.

Depuis lors, Téhéran n’a jamais cessé de mettre en garde contre l’influence de l’OMPI. En fait, ces avertissements se sont intensifiés au vue de plusieurs manifestations inspirées par le soulèvement de 2018, et en particulier la manifestation nationale de novembre 2019, celle-ci couvrant près de 200 villes et villages. Le deuxième soulèvement a engendré une recrudescence de la répression interne et a ainsi réaffirmé l’héritage brutal d’Ebrahim Raïssi, qui avait alors pris la direction de la justice du régime. Quelques jours après le début des troubles, 1 500 personnes ont été tuées et 12 000 autres ont été emprisonnées. La torture des personnes arrêtées a été signalée pendant des mois.

L’anxiété du régime concernant l’influence de l’OMPI a persisté tout au long de 2020, au cours de laquelle la pandémie de coronavirus a tenu la plupart des rassemblements de masse sous contrôle, mais a également donné à la population en général encore plus de raisons d’exprimer son indignation envers le régime corrompu et égoïste qui a ignoré cette crise en faveur de la poursuite du gaspillage des richesses nationales pour soutenir des mandataires extrémistes et pour faire avancer le programme nucléaire illicite.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe