dimanche, février 5, 2023
AccueilActualitéssommet mondial Iran libreIran libre 2021 : des soulèvements nationaux et des boycotts électoraux signes...

Iran libre 2021 : des soulèvements nationaux et des boycotts électoraux signes d’adoption d’un alternatif en Iran

Maryam Radjavi, rassemblement pour un Iran Libre — Paris 2018

Depuis le début de 2018, le débat public en Iran s’est tourné vers la perspective d’un changement de régime. Des citoyens de toutes catégories, soutenus par un mouvement de Résistance organisé, ont organisé de nombreuses manifestations appelant à cela. Pendant ce temps, les responsables gouvernementaux ont reconnu le défi de leur pouvoir et ont déclenché certaines des pires mesures de répression contre la dissidence de l’Histoire iranienne récente, avec des niveaux de succès variables.

Ces phénomènes ont commencé lorsque les protestations économiques, déjà en cours fin 2017, ont commencé à s’étendre à des dizaines de localités tout en prenant également un message plus large et plus politique. À la mi-janvier 2018, celles-ci s’étaient transformés en un soulèvement antigouvernemental à part entière avec des slogans comme « mort au dictateur » et des condamnations explicites des factions « dure » et « réformiste » de la politique iranienne. Ce rejet massif du système au pouvoir a conduit le guide suprême du régime, Ali Khamenei, à admettre à contrecœur que les troubles avaient été facilités en grande partie par l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK).

Ce groupe de résistance prodémocratie est depuis longtemps reconnu par les militants iraniens, les expatriés et leurs partisans politiques à travers le monde comme le fondement d’une alternative viable au régime théocratique existant. L’OMPI est la force axiale du Conseil national de la Résistance iranienne. Dans les années qui ont précédé la pandémie, le CNRI a organisé un rassemblement annuel d’expatriés en Europe, qui a explicitement approuvé la cause du changement de régime tout en soulignant les plans pour établir un gouvernement de transition sur le modèle du plan en 10 points rédigé par la présidente élue du CNRI, Mme. Maryam Radjavi.

Programme de Maryam Radjavi pour l'Iran de demain

Ce plan appelle à des élections libres et équitables, à la séparation de la religion et de l’État, à des garanties juridiques sur les droits des femmes et des minorités, et à l’abandon des ambitions nucléaires du régime actuel et des stratégies régionales belligérantes. Sans surprise, il a donc été adopté par des politiciens influents en Europe et en Amérique du Nord issus de toutes les grandes tendances politiques. Leur soutien a été évident par leur présence dans les rassemblements annuels de la diaspora iranienne, mais le rôle le plus important de ces mêmes rassemblements a sans doute été celui des messages des militants depuis l’intérieur de l’Iran.

Ces messages indiquaient clairement, bien avant janvier 2018, que l’Iran était sur le point d’affronter une confrontation majeure entre ses citoyens et le régime. Et après que le soulèvement initial ait été progressivement réprimé par le régime, il est vite devenu clair qu’il y aurait bien d’autres confrontations. À la fin de ce mois, plusieurs dizaines de manifestants pacifiques avaient été tués, un certain nombre d’entre eux ayant succombé aux effets de la torture.

Bien que ces manifestations soient restées plus ou moins isolées les unes des autres, elles ont contribué à préparer le terrain pour un autre soulèvement national en novembre 2019, celui-ci encore plus important que son prédécesseur. Les habitants de près de 200 villes ont pris part à ce mouvement, qui a éclaté spontanément à la suite de l’annonce par les autorités du régime d’une hausse des prix de l’essence à un moment d’effondrement économique accéléré. Une fois de plus, les participants ont appelé à l’éviction du «dictateur» Khamenei, ainsi que de son homologue prétendument plus modéré, le président des mollahs Hassan Rohani.

Recalling Iran’s nationwide November 2019 protests after gas price hike

Rappel des manifestations nationales de novembre 2019 en Iran après la hausse des prix de l’essence

S’adressant à ces deux personnalités et à leurs factions associées, les manifestants ont scandé « le jeu est terminé » pour indiquer qu’ils rejettent l’idée qu’une partie quelconque de l’establishment du régime pourrait être à la fois désireuse et capable de fournir une solution aux problèmes qui prolifèrent dans tout l’Iran. L’implication claire des deux soulèvements – ainsi que d’une multitude de petites manifestations – est que cette solution doit venir de l’extérieur du système au pouvoir. Et il n’y a tout simplement pas de structure mieux établie pour cette alternative que le CNRI.

Téhéran a fait tout ce qui était en son pouvoir pour repousser ce message. Environ deux mois après le soulèvement de janvier 2018, des agents iraniens ont été surpris en train de tenter de placer une bombe au rassemblement du Nouvel An de l’OMPI en Albanie. Trois mois plus tard, un diplomate iranien a été identifié comme le cerveau d’un complot terroriste similaire contre le CNRI se réunissant cette fois à l’extérieur de Paris à Villepinte. Le diplomate en question et ses trois complices ont finalement été poursuivis en Belgique et ont été condamnés entre 15 à 20 ans de prison en février dernier.

Iran's diplomat & the largest terror plot in Europe. What was Assadollah Assadi's role

Le diplomate iranien et le plus grand complot terroriste d’Europe. Quel était le rôle d’Assadollah Assadi

L’échec de ces complots terroristes étrangers a rendu la répression nationale d’autant plus impérative comme moyen de contrer la montée en puissance de la plate-forme démocratique de l’OMPI. Ainsi, lorsque le soulèvement de novembre 2019 a éclaté, le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) a immédiatement réagi en ouvrant le feu sur des foules de manifestants, en utilisant des balles réelles et en tirant pour tuer. En quelques jours seulement, environ 1 500 personnes ont été tuées.

Pourtant, même cela n’était pas une pression suffisante pour dissuader la population de poursuivre ouvertement un changement de régime ou soutenir davantage le CNRI en tant qu’alternative viable à la dictature théocratique. Après que les Gardiens de la révolution ont abattu un avion de ligne près de Téhéran et que le régime a tenté de mentir à son sujet, les Iraniens sont de nouveau descendus dans la rue dans plus d’une douzaine de provinces début 2020. De nombreux manifestants ont jeté leur dévolu sur les paramilitaires purs et durs, en particulier des images brûlantes du chef récemment tué de la force terroriste Qods, Qassem Soleimani, ont été brûlées par les manifestants, malgré le fait que les pasdaran avaient tué en masse leurs compatriotes moins de deux mois plus tôt.

Cette résilience implique fortement que la tendance aux soulèvements antigouvernementaux se serait poursuivie pratiquement sans relâche sans un facteur imprévisible : la pandémie mondiale. L’Iran a été parmi les pays les plus durement touchés par le nouveau coronavirus, et donc pendant une grande partie de 2020 et au début de 2021, l’organisation politique à grande échelle est devenue presque impossible. Néanmoins, en mars 2021, à l’époque de la fête du Nouvel An iranien le Nowruz, Mme Radjavi a observé que le « feu des soulèvements » n’avait pas été éteint mais montrait des signes de réapparition de sous « les cendres du coronavirus ».

À l’époque, elle faisait notamment référence aux affrontements majeurs entre les citoyens et les forces de sécurité dans la province du Sistan et du Baloutchistan, où les porteurs de carburant appauvris avaient été confrontés à une ingérence croissante du gouvernement contre leur seule source de revenus. Mais depuis lors, les manifestations se sont étendues pour inclure non seulement d’autres régions du pays. Les retraités, les agriculteurs et les victimes de programmes d’investissement soutenus par le gouvernement ont tous exprimé de graves griefs économiques, mais comme lors du soulèvement initial de janvier 2018, ces manifestations sont de plus en plus certaines pour définir le système au pouvoir comme la source ultime de tous les problèmes.

Dans cet esprit, les groupes susmentionnés ont chacun explicitement approuvé un boycott électoral qui est activement promu par le CNRI et les « unités de résistance » de l’OMPI opérant dans toute la société iranienne. Les citoyens mécontents ont récemment été entendus scander dans diverses villes : « Nous n’avons vu aucune justice ; nous ne voterons plus ».

Iranian opposition PMOI/MEK Resistance Units call for Iran Election Boycott — May 2021

Les unités de résistance de l’OMPI / MEK de l’opposition iranienne appellent au boycott des élections iraniennes — mai 2021

Ces slogans sont rendus plus clair par le contexte des trois années précédentes. Le sentiment qui motive le boycott électoral est beaucoup plus fort que ce qui a poussé les Iraniens en 2018 et 2019 à dire aux partisans de la ligne dure et aux réformistes que « le jeu est terminé ». Maintenant, suite à la sélection d’Ebrahim Raïssi, un meurtrier de masse, pour devenir le prochain président du régime, le peuple rejette, plus que jamais, l’ensemble du système en faveur d’une alternative indépendante. Et aujourd’hui, la seule alternative vraiment viable est le Conseil national de la Résistance iranienne.