mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: SociétéUn journal officiel iranien annonce la mort du lac Ourmia

Un journal officiel iranien annonce la mort du lac Ourmia

Un journal officiel iranien annonce la mort du lac Ourmia

Le lac Ourmia, qui s’étendait autrefois sur 878 kilomètres carrés, est aujourd’hui au bord de l’effondrement écologique, ne conservant plus que 4 % de son volume d’eau antérieur, comme l’a rapporté le quotidien officiel Etemad le 23 novembre. Des images satellites récentes comparant la surface du lac au cours de l’année écoulée révèlent une réduction alarmante de 80 %, le lac n’ayant plus qu’une superficie de 170 kilomètres carrés. Cette transformation drastique est le signe d’un état désastreux, qui fait du lac Ourmia le sixième plus grand lac d’eau salée du monde, au bord de l’extinction, et le plus grand lac intérieur d’Iran.

Contrairement aux déclarations officielles affirmant la stabilité des niveaux d’eau du lac Ourmia, les faits suggèrent le contraire. L’impact des efforts en cours, tels que le groupe de travail sur la restauration du lac Ourmia lancé en 2013, a montré une amélioration temporaire, la surface de l’eau du lac s’étendant à 3 102 kilomètres carrés en 2019. Toutefois, les années suivantes ont été marquées par un déclin continu, la surface du lac tombant à moins de 880 kilomètres carrés en 2022.

Les images récentes indiquant la disparition du lac Ourmia ont été publiées alors que, le 12 septembre, Firuz Ghasemzadeh, porte-parole de l’industrie de l’eau du régime, a déclaré : « Le lac Ourmia ne s’est pas asséché, et les rumeurs circulant sur l’assèchement complet du lac Ourmia sont infondées. »

Selon le dernier rapport du centre de recherche en télédétection de l’université technologique Sharif, intitulé « Analysis of the Elevation, Surface, and Volume of Lake Urmia Using Satellite Images« , publié en novembre, l’évolution du niveau du lac Ourmia entre 2015 et 2023 a été étudiée à l’aide d’images satellite LANDSAT.

Les ramifications s’étendent au-delà du lac Ourmia, car d’autres plans d’eau à travers le pays, tels que Shadegan, Hoorolazim, Bakhtegan, Hamoun-e Jazmourian, Ghavkhouni, et bien d’autres, sont confrontés à des défis similaires. Cependant, ce qui distingue le lac Ourmia, c’est sa vaste étendue, équivalente à la taille de la province d’Alborz, et la transformation de son lit asséché en un centre colossal de production de poussière dans le nord-ouest. La salinité du lit desséché du lac exacerbe les conséquences sanitaires, industrielles, sociales et économiques des tempêtes de poussière, ce qui en fait une priorité absolue pour une attention et une intervention immédiates.

À la lumière de ces crises environnementales, un examen plus approfondi révèle un aspect politique troublant. Le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran), par ses politiques destructrices à courte vue et motivées par l’argent, a été impliqué dans l’aggravation de l’épuisement des ressources en eau de l’Iran.

Le pasdaran ont construit de nombreux barrages sur les rivières qui se jettent dans le lac Ourmia, détournant l’eau du lac et contribuant à son rétrécissement. Grâce à ses vastes exploitations agricoles, les pasdaran a encouragé les pratiques agricoles à forte consommation d’eau dans la région, ce qui a contribué à l’épuisement des ressources en eau du lac. La domination des pasdaran sur les agences environnementales iraniennes a entravé les efforts déployés pour protéger le lac Ourmia et s’attaquer aux facteurs qui contribuent à son assèchement.

Il est essentiel d’agir de toute urgence, car l’avenir du lac Ourmia est en péril. Cette situation représente plus qu’une simple tragédie environnementale ; il s’agit d’une crise complexe qui nécessite une attention et une résolution immédiates. Au cours des quatre dernières décennies, les Iraniens ont compris que tant que la dictature théocratique resterait au pouvoir, ils seraient privés non seulement de libertés sociopolitiques et d’opportunités économiques, mais aussi d’une vie saine.