dimanche, juin 16, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceL’ancien vice-président Vidal-Quadras à l’intergroupe du Parlement européen : l’UE doit changer...

L’ancien vice-président Vidal-Quadras à l’intergroupe du Parlement européen : l’UE doit changer sa politique à l’égard de l’Iran

L’ancien vice-président Vidal-Quadras à l’intergroupe du Parlement européen : l’UE doit changer sa politique à l’égard de l’Iran

L’ancien premier vice-président du Parlement européen, le professeur Alejo Vidal-Quadras, a écrit une lettre pertinente lors d’une réunion organisée par les Amis d’un Iran libre au PE à Strasbourg le 22 novembre 2023.

Dans sa lettre, le professeur Vidal-Quadras décrit quatre méthodes employées par le régime iranien et affirme que tous les efforts de complaisance passés avec ce régime ont échoué. Prônant une stratégie de fermeté, il souligne la nécessité de sanctions, de pressions diplomatiques, d’isolement international et de soutien à l’opposition démocratique iranienne.

Le texte intégral de la lettre du professeur Vidal-Quadras suit :

Message de l’ancien vice-président du Parlement européen, Alejo Vidal-Quadras, à lire lors de la réunion organisée à Strasbourg par l’intergroupe des Amis de l’Iran libre le 22 novembre 2023 :

Chère Madame la Présidente, Maryam Radjavi, chers coprésidents des Amis de l’Iran libre, Javier Zarzalejos et Milan Zver, chers collègues et amis.

Le 9 novembre à Madrid, j’ai reçu une balle dans le visage avec l’intention de me tuer, mais miraculeusement, ma vie a été préservée, même si la balle m’a détruit la mâchoire. Mon état de santé actuel se rétablit lentement et il me faudra un certain temps avant d’être à pleine vitesse. Je suis sûr que je compterai sur votre aide pour effectuer mon retour au travail le plus tôt possible.

Tout d’abord, je tiens à vous remercier tous du fond du cœur pour les nombreuses expressions de solidarité et de soutien que j’ai reçues de votre part depuis que j’ai été victime de cet attentat terroriste. Je tiens tout particulièrement à exprimer ma gratitude à la Présidente Roberta Metsola pour avoir ouvert la séance plénière d’hier en évoquant mon cas et, bien sûr, à ma très chère amie Maryam, notre dirigeante et source d’inspiration pour l’affection et l’attention la plus attentionnée qui m’ont été accordées au cours de ces journées. Elles resteront toujours dans ma mémoire.

La deuxième chose que je veux faire est de vous féliciter pour votre courage et votre détermination à organiser cet événement après ce qui m’est arrivé. Cela reflète votre engagement sans faille envers nos valeurs européennes de démocratie et de liberté et votre courage personnel pour ne pas laisser le régime criminel iranien intimider nos institutions. C’est un grand honneur d’avoir participé avec beaucoup d’entre vous au projet collectif moral le plus élevé de toute l’histoire : l’Union européenne.

Troisième idée, permettez-moi de vous rappeler que le régime iranien utilise quatre méthodes pour nous imposer sa volonté maligne. La première est basée sur la panique ressentie par les gouvernements occidentaux à l’égard d’un Iran équipé de l’arme nucléaire. De ce point de vue, le JCPOA est purement tactique pour gagner du temps jusqu’à ce qu’ils atteignent leurs objectifs. La seconde est la prise d’otages et l’échange d’otages. Les mollahs arrêtent des visiteurs occidentaux innocents en Iran et, après les avoir échangés contre des terroristes condamnés, purgent des peines sur les territoires européens ou américains. Le troisième élément repose sur les intérêts obscurs de certaines grandes entreprises occidentales opérant en Iran. Sur ce point précis, faire des affaires avec la dictature iranienne est du pain pour aujourd’hui et de la faim pour demain. Et la quatrième et dernière méthode est la capacité du régime iranien à planifier et exécuter des attaques terroristes comme celle dont j’ai récemment été victime. Nous ne devons pas oublier que si vous acceptez le chantage une fois, vous serez soumis à un chantage pour toujours.

Enfin, permettez-moi de vous dire très clairement que la politique de l’UE à l’égard de la République islamique d’Iran doit changer et que ce changement doit être aussi profond qu’efficace. Pendant des décennies, l’Occident a tenté d’apaiser, de négocier, de dialoguer et de faire des concessions. Nous avons désormais toutes les preuves que cette approche n’a pas fonctionné et qu’elle ne fonctionnera jamais. On peut faire l’effort de faire des compromis avec un ennemi rationnel. Parvenir à un accord avec le Mal Absolu irrationnel est tout simplement impossible. Le régime iranien ne veut pas établir un rapport de force entre nous, il veut nous balayer de la surface de la terre. Tant que nous ne comprendrons pas et n’accepterons pas cette terrible vérité, nous échouerons et serons vaincus.

Il n’y a qu’une seule politique intelligente que l’Occident puisse appliquer à l’égard du régime iranien, à la fois fondée sur des principes et pratique, et c’est celle de la fermeté, de la persévérance et de la force. La bonne combinaison de sanctions, de pressions diplomatiques et politiques, d’isolement international et de soutien total à l’opposition démocratique iranienne, telle qu’exprimée dans le plan en dix points de Mme Radjavi, est la seule manière de réussir. Toute autre stratégie est une perte de temps. Il existe deux voies sûres vers l’échec : demander l’impossible et reporter l’inévitable. Nous avons commis ces deux erreurs au cours des 40 dernières années à l’égard de la théocratie iranienne. Il est temps de changer. Il est temps d’être à la hauteur de nos normes éthiques et politiques. Il est temps de prendre sans hésitation le parti du peuple iranien. Il est temps de gagner.

Merci encore pour votre amitié dans ces moments difficiles pour moi, j’espère vous retrouver bientôt dans de meilleures conditions.