mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsSix journalistes interpellés en moins d'une semaine

Six journalistes interpellés en moins d’une semaine

ImageRSF – Reporters sans frontières condamne la vague d’interpellations de journalistes proches des réformateurs, et demande la libération immédiate de tous les professionnels des médias détenus dans le pays.

 

« En Iran, tous les prétextes sont bons pour empêcher les journalistes de s’exprimer. Contrôlés à la fois par les services sécuritaires de l’Etat et par le clergé, les médias qui ne défendent pas la vision de la Révolution islamique prônée par le gouvernement, sont suspendus et leurs journalistes arrêtés sans mandat et sans motif. Ils sont relâchés après avoir payé des amendes exorbitantes mais risquent d’être renvoyés en prison à tout moment et ne peuvent pas travailler dans de bonnes conditions », a déclaré l’organisation.

Une de l’hebdomadaire Safir DashtestanLe 16 octobre dernier, l’hebdomadaire réformateur Safir Dashtestan (L’ambassadeur du Dashtestan, en persan) a été suspendu. Le directeur du journal, M. Pourmand, le rédacteur en chef, Hossin Rouin, ainsi que la sténographe de la rédaction ont été arrêtés suite à la publication, dans le dernier numéro (voir photo), d’un article satirique sur le Guide suprême de la République islamique, l’ayatollah Ali Khamenei. Les deux journalistes et leur collaboratrice ont été tour à tour libérés sous caution.

De plus, suite au prêche du vendredi 13 octobre, des manifestations avaient été organisées, par les mollahs de la ville de Boucheir (Sud), devant le siège du journal (voir photo). Proche des réformateurs, cet hebdomadaire est connu pour ses articles critiques du clergé iranien et particulièrement de l’ayatollah Mesbah, candidat aux élections de l’Assemblée des experts (organisme chargé de sélectionner le Guide suprême de la Révolution islamique).

Manifestation du 13 octobre 2006

Par ailleurs, le 12 octobre 2006, trois journalistes de l’hebdomadaire Rouji Ha Lat (L’aube, en kurde) ont été interpellés. Farhad Aminpour, Reza Alipour et Saman Solimani ont été arrêtés au siège du journal dans la ville de Sanandej (Kurdistan iranien) sans aucun motif. On ignore leur lieu de détention et leurs familles n’ont reçu aucune nouvelle depuis leur arrestation.

Enfin, Hossin Shakery, journaliste de l’hebdomadaire Payâm-é-Jonob (Le message du Sud, en persan) a été convoqué, le 14 octobre 2006, au tribunal de la ville de Boucheir où il a été mis en examen pour « trouble de l’opinion publique ». N’ayant pas pu payer à temps la caution de 100 millions de rials (envion 9 000 euros) fixée par le juge, M. Shakery a dû passer 48 heures en prison. Le directeur de publication du journal a également reçu une convocation pour se présenter au tribunal.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe